Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL           Retour SOMMAIRE

LE CHAKRA DU COEUR  

Guide pour la pratique des exercices complémentaires de Rudolf Steiner

ANTHROPOSOPHIE

Cliquez ici

 

 

  

D'OU VIENT LA MALADIE ? Cliquez ici 

LE COEUR ÉTHÉRIQUE
Exercices complémentaires de Steiner, par M. Le Guerrannic

Cliquez ici 

 

 

Le chakra du cœur  

 

Guide pour la pratique des exercices complémentaires de Rudolf Steiner

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Ce condensé d'une page et ce résumé de 9 pages (21x29,7), réalisés à partir à partir d’un livre de 198 pages, 

ne peuvent en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées 

ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte, pour ne pas alourdir le résumé.

 Ce résumé ne reprend que très partiellement la présentation du livre original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans sa totalité.

Il est conseillé de compléter ce résumé par la lecture du  livre : LE CHAKRA DU COEUR

Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs 

pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Ce condensé et ce résumé ne peuvent qu'être qu'un aperçu de ce livre.

    

 

 

 

 

Le chakra du cœur

 

 

LE CHAKRA DU CŒUR

Guide pour la pratique des exercices complémentaires de Rudolf Steiner

- CONDENSÉ -

Par Florin Lowndes  1997 – © 1996 Editions Les Trois Arches 78400 Chatou   (éditeur ayant cessé ses activités)  - 198 pages

 Nota : Dans la présentation faite dans cette page, vous trouvez d'abord le "CONDENSÉ" puis ensuite le "RÉSUMÉ". En cliquant sur l'exercice souhaité, vous arrivez à la page correspondante du "CONDENSÉ".

Ce sont des exercices de base, à associer aux autres exercices principaux. Ils protègent des influences négatives.

1er EXERCICE :  CONTRÔLE DE LA PENSÉE 

Régulation, maîtrise du flux de la pensée, contrôle de la pensée, acquisition d’une pensée claire, concentration.

Citations de Rudolf Steiner : « La première condition est l’acquisition d’une pensée parfaitement claire. »

Comment procéder : concentrer sa pensée sur un objet précis de manière structurée et harmonieuse. Choisir un objet simple et créé par l’homme, par exemple une aiguille, un crayon, une allumette, un  siège ou une serviette. Rassembler toutes les connaissances possibles concernant cet objet et les noter éventuellement pour les garder en mémoire.

Ce qu’il faut éviter : laisser vagabonder sa pensée au hasard et sans discipline. Rêvasser, s’éloigner de la voie.  

Ce qu’il est important d’observer : que cet enchaînement de pensées devienne pour nous une nécessité intérieure.

Questions qu’il faut se poser face à l’objet : différents éléments, composants, matières premières, but, histoire… ?

Exemple : crayon : 1. physique (externe) : forme, matière, odeur, goût ; 2.  éthérique (externe) : Processus ;

3. astral (externe) : Design, sensations ; 4. Niveau du moi : l’inventeur ; 5. astral (interne) : Nécessité, but et signification, conséquences sur la vie quotidienne et la culture… ; 6. éthérique (interne) : Histoire des instruments d’écriture, développement culturel ; 7. Niveau physique (interne) : Le concept ‘‘crayon’’  (fonction, taille, forme).

Complément : il est bon d’inverser les étapes de l’exercice en descendant de l’archétype jusqu’à l’objet concret.

Courant éthérique : un sentiment intérieur de fermeté et d’assurance en soi ; on s’efforcera de propager ce sentiment à la manière d’une eau que l’on ferait couler du front jusque dans milieu du dos.

2ème EXERCICE : CONTRÔLE DE LA VOLONTÉ  ]Contrôle de la volonté, contrôle de ses agissements, maîtrise des impulsions involontaires, initiatives de l’action, exercice de la volonté, maîtrise de l’âme sur sa volonté.

Paroles de Rudolf Steiner : « Le deuxième point consiste à introduire une cohérence semblable dans son agir. »

L’exercice : s’obliger chaque jour, à une heure précise, à des actions simples sans signification particulière.

Ce qu’il faut éviter : choisir toujours le même moment ou répéter toujours la même action.

Exemple type : 1. Décision ; 2. Actions ; 3. Nombre d’actions ; 4. Ratages.  Le but est la maîtrise du temps.  

Niveaux d’attention : physique : objets, espace, action ? ; éthérique : calme, stressant ? ; astral : état, moment ?  

Conseils pratiques : si on ne parvient pas à se rappeler des actions, c’est qu’on a besoin de les noter.  

Courant éthérique : désir de réaliser, depuis la tête et le front jusqu’au cœur et dans toute la partie supérieure du tronc.

3ème  EXERCICE : CONTRÔLE DU SENTIMENT Egalité d’humeur, équilibre, patience, relaxation, maîtrise sur les sentiments, indépendance par rapport au plaisir et à la souffrance, dépassement de l’envie et de la répulsion.

Paroles de Rudolf Steiner : « Veiller …à ce qu’aucune expérience ne provoque en nous la colère ou l’énervement).

Ce qu’il faut faire : liste des expressions à travers lesquelles nous laissons habituellement transparaître nos sentiments.

Ce qu’il faut éviter : justifier le pourquoi et le comment de telle ou telle expression. Réprimer ses sentiments.  

Niveau d’attention : physique (mimiques, gestes) ; éthérique (comportements, réactions) ; astral (états  d’âme).

Courant éthérique : calme intérieur, béatitude, région du cœur  puis dans les mains, dans les pieds et dans la tête.

4ème EXERCICE : ACCOMPLISSEMENT DE LA PENSÉE DANS LE SENTIMENT L’amour comme force du sentiment. -  Indulgence, tolérance, confiance dans son entourage, positivité, impartialité, découverte du beau et du vrai  en toutes choses. L’exercice : Découvrir le côté positif de tout ce qui nous arrive.

Paroles de Rudolf Steiner : « patience (tolérance) à l’égard des hommes, des autres êtres et aussi des faits... Positivité »

Ce qu’il faut faire : savoir reconnaître les aspects positifs d’une chose, d’une situation, d’une pensée ou d’un être.

Niveau d’attention : physique (objets, plantes, corps) ; éthérique (orages, faits) ; astral (avis, opinions, visions, idées).

Courant éthérique : béatitude, joie intense : région du cœur puis rayonnant vers la périphérie (yeux, oreilles, peau).

 

5ème EXERCICE : ACCOMPLISSEMENT DE LA PENSÉE DANS LA VOLONTÉ L’amour comme activité.

Impartialité, pensée en lien avec la volonté, absence de préjugés, ouverture d’esprit, liberté de jugement, confiance. L’exercice : tenir pour possible ce qui paraît de prime abord impossible. Trouver en soi cette force.

Citations de Rudolf Steiner : « absence de préjugés à l’égard des phénomènes… l’impartialité… être réceptif »

Niveau d’attention : physique (récits, ovnis) ; éthérique (lévitation) ; astral (clairvoyance, channeling, médiums).

Courant éthérique : sensation subtile, vient de la périphérie et pénètre dans le corps (yeux, oreilles, peau).  

6ème EXERCICE : ACCOMPLISSEMENT DE LA PENSÉE DANS LA PENSÉE L’amour en tant que pensée.

Cet exercice est le plus difficile à comprendre et à mettre en pratique. Il s’agit, en effet, de créer soi-même un objet de pensée pur puis de l’observer et de le méditer. ]Harmonie, harmonie de l’âme, persévérance, constance, équilibre psychique, équilibre et harmonie intérieurs, harmonie des forces spirituelles, harmonisation des cinq qualités, cohérence entre les cinq exercices, harmonie aux niveaux intellectuel, affectif et moral.

Paroles de Rudolf Steiner : «…  ne se laisse pas détourner par telle ou telle influence du but qu’il s’est fixé. »

Ce qu’il faut faire Constituer différents groupes d’exercices destinés à la pratique quotidienne. Faire un planning.

Courant éthérique : joie profonde et de satisfaction, comme si on sortait de son propre corps et que l’on rayonnait.  1

 

 Le chakra du cœur  - Résumé pratique :

 

LE CHAKRA DU COEUR

GUIDE POUR LA PRATIQUE DES EXERCICES COMPLÉMENTAIRES DE RUDOLF STEINER

 

LE CHAKRA DU CŒUR

Guide pour la pratique des exercices complémentaires de Rudolf Steiner

- RÉSUMÉ -

Par Florin Lowndes  1997 – © 1996 Editions Les Trois Arches 78400 Chatou   (éditeur ayant cessé ses activités) - 198 pages

 

PREMIÈRE PARTIE – LES CHAKRAS

 

MÉTHODOLOGIE

Points de vue : Les exercices dont il est question ici seront considérés selon les points de vue suivants :

1)       en tant qu’exercices destinés à ouvrir le chakra du cœur (exercices sur les chakras) ;

2)       en tant que chemin d’initiation ésotérique moderne ;

3)       en tant que champs d’activité des forces de l’âme et des forces antagonistes ;

4)       en tant que méditation autonome et dynamique (l’exercice global) ;

5)       en tant qu’expression de la pensée organique vivante de Rudolf Steiner ;

6)       en tant qu’exemples permettant d’illustrer l’imprécision inhérente à toute expérience spirituelle.

Les parties constitutives de l’être humain – 2 points de vue : La perception des corps suprasensibles peut se faire :

-          de l’intérieur vers l’extérieur (ex. : après… des vacances reposantes,… on se sent déborder d’énergie) ;

-          de l’extérieur vers l’intérieur (ex. : lorsque nous sommes malades,… on a l’impression d’avoir rétréci).

Outre le corps physique, les parties constitutives de l’être humain sont le corps éthérique et le corps astral. Et le corps du moi. Au-delà du moi, ce ne sont plus des corps, mais des membres psychiques ou purement spirituels.

L’ENSEIGNEMENT TRADITIONNEL DES CHAKRAS

Les chakras = organes de perception, organes communs à tous les corps suprasensibles.  Centres énergétiques.

En développant ses chakras, on crée les bases permettant d’acquérir une connaissance du monde suprasensible et de ses entités. Les 7 chakras se répartissent dans le corps éthérique de la manière suivante :

1)       Le chakra à 4 pétales (chakra racine) à la base du coccyx et s’ouvre vers le bas en direction de la Terre.

2)       Le chakra à 6 pétales (sacral ou chakra du sexe) au niveau des organes génitaux.

3)       Le chakra à 10 pétales (chakra du plexus solaire) dans la région du nombril et du plexus solaire.

4)       Le chakra à 12 pétales (chakra du cœur) est situé dans la région du cœur.

5)       Le chakra à 16 pétales (chakra du larynx) est situé dans la région du cou et de la nuque.

6)       Le chakra à 2 pétales (chakra du front), en fait 2 groupes comprenant chacun 48 pétales plus fins.

7)       Chakra à 1 000 pétales (chakra du vertex) situé au-dessus du sommet du crâne, s’ouvre vers le cosmos.

Les Kundalini : Lorsque le champ énergétique des chakras atteint… son niveau le plus élevé,… on parle alors de l’éveil des kundalini... Il entraîne un éveil spirituel, une entrée consciente dans le monde suprasensible…

LES CHAKRAS SELON L’ENSEIGNEMENT DE RUDOLF STEINER 

Chakra à 2 pétales (front) : aucun exercice – Pourtant exigence d’un penser clair… la plus grande clarté en parlant.

Chakra à 16 pétales (larynx) : 8 exercices… qui ont une certaine similitude avec l’enseignement du Bouddha .

Chakra à 12 pétales (cœur) : 6 exercices = 6 qualités,… traités dans la 2ème partie de ce livre.

Chakra à 10 pétales (plexus) : aucun exercice mais R. Steiner indique 5 conditions ou directions.

Chakra à 6 pétales (sacral) : R. Steiner indique 3 directions assez générales (vie du corps, de l’âme et de l’esprit).

LE CHAKRA DU CŒUR Examinons les 3 caractéristiques du chemin initiatique pour le développement des chakras.

I –           Le chemin initiatique moderne, qui vise en premier lieu à actionner le chakra du cœur, doit s’appuyer sur le chakra du front à 2 pétales, lequel est déjà ouvert, et sur le chakra du larynx à 16 pétales.

                La revivification du chakra du cœur est la grande tâche des temps présents et à venir.

II -          Le chakra du vertex, point culminant de l’ancien chemin est le point de départ du chemin moderne.

                L’ancien chemin avait pour but ultime de permettre  à l’homme d’acquérir une certaine autonomie par rapport à ses sens. « Le véritable amour humain a ses racines dans le spirituel. » (Macrocosme et microcosme)

                R. Steiner donne des indications sur une sorte de ‘‘cœur éthérique’’ situé à l’extérieur du corps humain, un  peu au-dessus du vertex – sorte d’organe de la pensée avec lequel l’homme est ‘‘présent avec son cœur à ce qu’il reconnaît spirituellement.’’.

III -        C’est du chakra du cœur que partira l’impulsion. (influence des chakras à 12 et 8 pétales) ‘‘La 4ème qualité – le désir de libération – sert ensuite à amener à maturité l’organe éthérique situé à proximité du cœur. Quand cette qualité devient habitude de l’âme, alors l’homme se libère de tout ce qui n’est lié qu’aux facultés de sa nature personnelle.’’

LES EXERCICES POUR LE CHAKRA DU CŒUREXERCICES COMPLÉMENTAIRES ET DE BASE

Ce sont des exercices de base, à associer aux autres exercices principaux. Ils protègent des influences négatives où nous sommes exposés si nous pratiquons la méditation ou d’autres formules mantriques. La morale courante n’est pas suffisante et peut être très égoïste (‘‘Je veux faire le bien pour que l’on me trouve bon.’’).

Certains défauts… apparaissent au grand jour car ils ne sont plus neutralisés par l’action équilibrante de l’âme.

p. 1/9 Le chakra du cœur

DEUXIÈME PARTIE – LES 6 EXERCICES

 

1er EXERCICE :  CONTRÔLE DE LA PENSÉE    Caractérisation : Régulation, maîtrise du flux de la pensée, contrôle de la pensée, acquisition d’une pensée claire, concentration.

Citations de Rudolf Steiner : « Le premier point que l’élève… observe est de régler le cours de ses pensées (c’est ce que l’on appelle le contrôle des pensées)…  Lorsque l’élève… entend des pensées illogiques, il fait aussitôt passer la pensée juste dans sa tête… »*.  «  Car lorsque, pendant un certain temps, on a fixé son attention sur quelque chose que l’on connaît bien, on peut être sûr de penser avec objectivité… »**.  « La première condition est l’acquisition d’une pensée parfaitement claire. Dans ce but, il faut se libérer chaque jour, même un très court instant, cinq minutes environ, du vagabondage des pensées. On doit devenir le maître du monde de ses pensées. »***

Comment procéder : Concentrer sa pensée sur un objet précis de manière structurée et harmonieuse. Choisir un objet simple et créé par l’homme, par exemple une aiguille, un crayon, une allumette, un  siège ou une serviette. Rassembler toutes les connaissances possibles concernant cet objet et les noter éventuellement pour les garder en mémoire.

-          On tâchera de rester aussi concret et aussi près que possible de l’objet et l’on évitera les interprétations.

-          On s’efforcera de construire une suite logique de pensées sur 3, 4 ou 7 niveaux (voir plus bas).

Ce qu’il faut éviter : - Laisser vagabonder sa pensée au hasard et sans discipline.

-          Avoir une pensée associative, dispersée, volontairement subjective, trop cérébrale.

-          Laisser venir à soi les pensées, s’abandonner à elles de manière passive au lieu d’élaborer soi-même un enchaînement de pensées.

-          Rêvasser, s’éloigner de la voie tracée.

Ce qu’il est important d’observer : Pratiquer les exercices de telle manière que cet enchaînement de pensées devienne pour nous une nécessité intérieure.

Questions qu’il faut se poser face à l’objet :

  1. Quels en sont les différents éléments, les différents composants, les matières premières ?
  2. Comment ses composants ont-ils été préparés et assemblés ?
  3. Quelles sont les raisons qui font que l’objet a été conçu de cette manière précise ? Dans quel but ? Qu’est-ce que j’éprouve en face de cet objet ?
  4. Par qui a-t-il été inventé ?
  5. Quelles étaient les motivations de son inventeur ?
  6. Quelle est l’histoire de cet objet ?
  7. Forme, matière et utilisation de l’objet – les différentes variantes possibles ?

Exemple : crayon : Par les 7 étapes de l’exercice, nous passons de l’objet concret à l’archétype de cet objet :

1. Niveau physique (externe) : forme (forme, taille, couleur, composants), matière (poids, surface, structure, consistance, température, son, épaisseur), odeur, goût, matériau des différents composants (bois, colle, gomme…).

2.  Niveau éthérique (externe) : Processus dans le temps, activités nécessaires à l’élaboration (composants, produit)

Bois (abattage, sciage). Mine (graphite, argile, cuisson). Colle. Laque. Peinture. Gomme. Assemblage. Distribution.

3. Niveau astral (externe) : Design (fonction, ergonomie, économie). Sensations (qualités, confort, esthétisme, usage).

4. Niveau du moi : l’inventeur : (par qui a-t-il été inventé, à quelle époque, quand et comment ?) : N. Conté (1795).

5. Niveau astral (interne) : Nécessité, but et signification, conséquences sur la vie quotidienne et la culture…

6. Niveau éthérique (interne) : Histoire des instruments d’écriture, conséquences sur le développement culturel.

7. Niveau physique (interne) : Le concept ‘‘crayon’’ (fonction, taille, forme, conception, dureté de la mine).

Complément : Une fois qu’on est parvenu à décrire la genèse de l’objet choisi, il est bon d’inverser les étapes de l’exercice en descendant de l’archétype jusqu’à l’objet concret.

Conseils pratiques : Il est recommandé de pratiquer cet exercice tôt le matin en raison de son action vivifiante. Même imparfaitement exécuté, il procure une énergie qui nous aide à nous redresser.

Remarques : Le fait de pratiquer en plus l’exercice à l’envers, de penser à l’envers donc, peut faire naître en nous une vague de pensée rythmique et pendulaire. Un tel « contrôle de la pensée » permet de faire l’expérience de la pensée comme oscillation, comme vague et comme activité du corps éthérique. On fait alors l’expérience de la pensée avec son corps éthérique.

On peut pratiquer aisément cet exercice au moyen de la pensée intellectuelle ordinaire. Cependant, pour qu’il prenne tout son sens, pour qu’il devienne un exercice véritablement ésotérique, il faut l’avoir répété jusqu’à ce qu’il soit devenu ennuyeux pour nous, jusqu’à ce qu’il soit devenu un « automatisme », une habitude, une faculté de notre âme, jusqu’à ce que nous soyons capable de concentrer toute notre attention sur autre chose que l’objet lui-même. C’est alors seulement que nous pourrons percevoir les ondulations de notre corps éthérique au moment du penser, l’activité pure de notre penser, le mouvement de notre pensée… Percevoir le courant éthérique relatif à cette pensée.

Courant éthérique : Un sentiment intérieur de fermeté et d’assurance en soi ; on s’efforcera de propager ce sentiment à la manière d’une eau que l’on ferait couler du front jusque dans milieu du dos.

Attitude : La première position de ‘‘Je pense la parole’’. Périphérie et centre ; le monde. (cf 3ème partie - 6 attitudes)

Bienfaits : Développement des facultés intellectuelles. Renforcement du support physique du moi et organisation plus harmonieuse de la vie quotidienne.

p. 2/9 Le chakra du cœur

2ème EXERCICE : CONTRÔLE DE LA VOLONTÉ  ]Contrôle de la volonté, contrôle de ses agissements, maîtrise des impulsions involontaires, initiatives de l’action, exercice de la volonté, maîtrise de l’âme sur sa volonté.

Paroles de Rudolf Steiner : « Le deuxième point consiste à introduire une cohérence semblable dans son agir (contrôle des actions). Toute inconstance, toute dysharmonie dans l’agir ont des effets pernicieux. »*. «  Dans sa vie de tous les jours, l’homme se laisse, en effet, dicter ses actions de l’extérieur. L’action la plus insignifiante, si elle est réellement le fruit de notre initiative personnelle, agit plus dans ce sens que tout ce que la vie extérieure nous pousse à faire. »**. « De même, il est préférable de commencer par une action insignifiante à laquelle nous devons nous contraindre, comme par exemple d’arroser à heure fixe une fleur que nous aurons achetée. Après quelque temps, on ajoutera une deuxième action à la première, puis une troisième, et ainsi de suite, autant que nous pourrons en ajouter sans nuire aux autres tâches. »***

L’exercice : S’obliger chaque jour, à une heure précise, à des actions sans signification particulière.

Ce qu’il faut faire : - Choisir une ou plusieurs actions que l’on accomplira chaque jour à heure fixe. Ces actions doivent être simples et insignifiantes et ne doivent pas faire partie des actions que nous accomplissons quotidiennement.

-          Accomplir l’action puis vérifier si l’on a scrupuleusement respecté l’heure fixée.

-          En cas de non respect, choisir sans attendre un autre moment et tenter à nouveau l’expérience. On s’efforcera, cependant, de ne pas répéter la tentative plus de trois fois.

-          Choisir des actions très simples, réalisables dans n’importe quelles circonstances. En voici quelques exemples : toucher son nez avec son annulaire gauche, ajuster son nœud de cravate, toucher un bouton de sa chemise, se frapper trois fois le genou droit avec la main gauche, se passer la main dans les cheveux, tracer un cercle dans l’air avec l’index, etc.

-          Ne jamais regarder sa montre avant d’avoir accompli l’action !

Ce qu’il faut éviter : Choisir toujours le même moment ou répéter toujours la même action ; car plusieurs actions identiques n’en font qu’une.

Ce qu’il est important de respecter : cet exercice peut aider à renforcer la volonté et à surmonter l’insatisfaction et l’agitation. Cependant, il ne faut pas surestimer ses propres forces. L’équilibre et la satisfaction intérieurs dépendent aussi de notre capacité à ne désirer que ce qui est accessible.

Exemple type : 1. Décision : chaque jour avant le petit-déjeuner, décider des actions à accomplir et du moment.

2. Actions : à 10h45 tracer un cercle en l’air avec index, à 14h se lever et respirer trois fois profondément…

3. Nombre d’actions : entre trois et cinq par jour. L’expérience a montré qu’il était irréaliste de chercher à en accomplir plus, tout au moins au début, à cause des répétitions nécessaires en cas d’oubli.

4. Ratages : immédiatement choisir une nouvelle action, un nouveau moment… Eviter les moments identiques. Ainsi, si l’on a raté le rendez-vous de 11h30, il est préférable de choisir 12h53 ou 16h22 plutôt que 12h30 ou 16h30.

Le but exotérique de l’exercice est la maîtrise du temps. On devrait être capable, après quelques mois d’une pratique régulière, de régler sa montre sur son horloge intérieure, et ce à la minute près.

Niveaux d’attention : On se rendra vite compte que certains moments de la journée ou certaines situations sont plus propices à l’accomplissement ponctuel des actions choisies. Il faut y être attentif, de même qu’il faut être attentif aux circonstances qui peuvent constituer un obstacle au bon déroulement… On se posera les questions :

- au niveau physique : était-on en train de manipuler des objets ? L’espace dans lequel on se trouvait était-il clos ou dégagé ? L’action à accomplir avait-elle un rapport avec notre corps ?

- au niveau éthérique : Etait-ce un moment plutôt calme de la journée ou, au contraire un moment particulièrement stressant ? Etait-on en train de s’adonner à un travail intellectuel ou manuel ? Etait-ce durant le travail ou durant les loisirs ? Etait-on malade ou en bonne santé ? Etc.

- au niveau astral : Quel était notre état physique ? La situation exigeait-elle beaucoup de concentration ? Etait-on en train de donner une conférence, de discuter, d’écrire, de conduire ? Etait-on détendu ? Etait-on en train de jouer ? Etait-ce durant la pause de midi ? Etait-on en train de lire un livre facile ? Etait-on en vacances ? Etc.

Conseils pratiques : Il est préférable au tout début, de ne pas chercher à exécuter plus de deux actions par jour, ceci afin de se ménager suffisamment de temps pour les répétitions.

Si l’on remarque que l’on ne parvient pas à se rappeler des actions que l’on a choisies, c’est qu’on a besoin de les noter. Avec la pratique, ce besoin deviendra de moins en moins fort et finira par disparaître totalement.

Courant éthérique : Un désir de réaliser des choses, l’impression d’avoir beaucoup d’énergie en soi, comme un torrent se déversant depuis la tête et le front jusqu’au cœur et dans toute la partie supérieure du tronc.

Attitude : La deuxième position de ‘‘Je pense la parole’’ - Du centre vers la périphérie. J’agis dans le monde.

Bienfaits : Lorsqu’on a atteint un certain degré de perfection, on est capable de se soustraire à la tyrannie du temps. On est capable de « gagner du temps ». Cet exercice nous aide à maîtriser nos impulsions volontaires et à prendre en main l’activité de notre corps éthérique, lequel est véritablement le corps du temps. Notre volonté, en ne se laissant plus entraîner par le courant du temps, peut partir sur de nouvelles bases.

…On peut constater, dans la vie de tous les jours, que le temps est élastique et ne correspond pas toujours aux mesures que l’on peut en faire : de très brefs instants peuvent paraître durer une éternité et vice versa. Le sens de cet exercice est donc de se libérer de la tyrannie du chronos pour trouver le kairos de son propre destin, le moment « juste ». On est alors en mesure de créer soi-même du temps. Nous ne pourrons plus dire alors : « Je n’ai pas le temps » ;  nous dirons : « J’ai du temps parce que je le veux ».

p. 3/9 Le chakra du cœur

3ème  EXERCICE : CONTRÔLE DU SENTIMENT

Caractérisation : Egalité d’humeur, équilibre de vie, patience, équilibre psychique, relaxation, maîtrise de l’âme sur les sentiments, indépendance par rapport au plaisir et à la souffrance, dépassement de l’envie et de la répulsion.

Paroles de Rudolf Steiner : « …Acquisition d’un certain équilibre dans la vie (équanimité). L’élève… s’efforce de maintenir égale son humeur, qu’il soit touché par la douleur ou par la joie… Le malheur, le danger le trouvent tout aussi armé que le bonheur, que ce qui l’aide. »*. « En ce qui concerne ses sentiments, l’âme doit s’entraîner, par la discipline spirituelle, à garder un certain sang-froid. Il faut pour cela qu’elle sache maîtriser l’expression de son plaisir ou de sa peine, de sa joie ou de sa douleur… On s’apercevra peu à peu qu’on ne devient nullement indifférent, mais au contraire plus sensible encore à ce qui se passe d’heureux ou de malheureux autour de soi… S’assurer qu’on peut partager pleinement la joie et la douleur d’autrui sans se laisser aller jusqu’à manifester involontairement  ce qu’on ressent.»**. « …Veiller …à ce qu’aucune expérience ne provoque en nous la colère ou l’énervement, à ce qu’aucune attente ne nous remplisse d’anxiété ou de crainte, à ce qu’aune situation ne nous déconcerte, etc. »***

L’exercice : Apprendre à maîtriser les manifestations de ses sentiments, de manière à ce que seuls puissent transparaître ceux qu’on a décidé d’exprimer.

Préparation : Il est important, avant de commencer cet exercice, d’apprendre à bien connaître ses sentiments ainsi que la manière dont on a l’habitude de les exprimer, notamment au moyen des mimiques. Dans les premiers temps, nous consacrerons donc un quart d’heure par jour à tâcher de découvrir par quel moyen nous exprimons habituellement nos émotions. L’exercice se déroule en trois étapes :

Première étape : consacrer un quart d’heure par jour au choix d’un certain nombre d’expressions appartenant à ‘‘notre répertoire’’ courant dans le but soit de les modérer (…si trop excessives), soit de les renforcer (…si trop peu marquées). Quand on aura atteint une bonne maîtrise, on pourra décider de ne plus laisser ses sentiments s’exprimer.  

Deuxième étape : le jour suivant, mettre ces résolutions en pratique, c’est-à-dire tâcher de modifier la manière dont s’expriment ces sentiments et non pas les sentiments eux-mêmes.

Troisième étape : récapituler mentalement l’exercice et se préparer pour le jour suivant.

Ce qu’il faut faire : - Dresser une liste informelle des expressions à travers lesquelles nous laissons habituellement transparaître nos sentiments. Par exemple : jurons, regards agressifs, gestes et paroles traduisant l’impatience, grimaces, voix forte, mains moites, froides ou tremblantes, larmes, perte de la voix, insultes, logorrhée, soupirs, fou rire, maux de ventre. Il est à  signaler que tous ces phénomènes sont involontaires. On s’attachera ensuite à distinguer lesquels sont les plus ‘‘extérieurs’’. On peut ajouter à cette liste les sentiments eux-mêmes : joie et peine, bonheur et tristesse, abattement et bien-être, témérité et courage, compassion et haine, etc…

- Comme il est difficile de se rendre compte de ses propres mimiques, on peut demander à un ami de nous les faire remarquer et de nous les décrire…

- On tâchera d’observer quelles sont nos tendances profondes et si l’on a tendance à exagérer dans telle ou telle direction. …Si certaines expressions sont comme atrophiées, s’efforcer d’y remédier au moyen de cet exercice.

- Le plus important est de porter sur soi un regard lucide et sans complaisance.

But : Le but de cet exercice est de nous rendre capable de maîtriser les hauts et les bas de notre vie affective, de rendre celle-ci plus riche,  de la libérer de tout préjugé, d’arriver à un état d’équilibre où les expressions de sympathie et d’antipathie se contrebalancent harmonieusement. La richesse de notre vie intérieure dépend, en effet, de notre capacité à exprimer nos sentiments de la manière la plus variée possible.

Ce qu’il faut éviter : - Justifier à ses propres yeux le pourquoi et le comment de telle ou telle expression.

-          Se laisser induire en erreur par une mauvaise observation.

-          Refuser l’aide des autres parce que l’on pense que l’on est seul à pouvoir porter un jugement impartial sur soi-même.

-          Réprimer ses sentiments au lieu de réprimer leur expression.

Facteurs déterminants : Les tempéraments jouent un rôle important dans l’expression des sentiments… Les colériques et les sanguins devront s’efforcer d’exprimer leurs sentiments de manière moins excessive, contrairement aux flegmatiques et aux mélancoliques qui devront s’efforcer, quant à eux, de le faire avec un peu plus de vigueur.

Niveau d’attention : Niveau physique : principalement mimiques et gestuelle du corps (position, gestes)  mais aussi les expressions plus difficilement contrôlables (les rougeurs, les larmes, les tremblements, la sudation...).

Niveau éthérique : certains comportements (partir en courant, pleurer, rire à gorge déployée), certaines réactions psychosomatiques (maux d’estomac ou les maux de tête, les réactions dépressives et hystériques...).

Niveau astral : états d’âme (excitation, indifférence, attitude distante et réservée, abattement, embarras, honte…).

Ce qui est important : être capable de ressentir beaucoup de choses sans être toutefois obligé de dévoiler involontairement ses sentiments.

Conseils pratique : ...Marquer d’un point noir ses échecs du jour sur un calendrier. Se tenir à 3 ou 4 expressions.

Courant éthérique : un sentiment de calme, de bien-être intérieur, de béatitude, concentré tout d’abord dans la région du cœur  puis se répandant dans les mains, dans les pieds et enfin dans la tête.

Attitude : 3ème attitude de « Je prends la parole ». L’homme étoile. L’esprit en moi.

Effet : Indépendance, sérénité, fermeté. Le corps éthérique maîtrisé devient une source de chaleur et de lumière spirituelles. Harmonisation de la vie affective par le contrôle de ses manifestations extérieures involontaires.

p. 4/9 Le chakra du cœur

4ème EXERCICE : ACCOMPLISSEMENT DE LA PENSÉE DANS LE SENTIMENT

L’amour comme force du sentiment.

Caractérisation : Indulgence, tolérance, confiance dans son entourage, positivité, impartialité, découverte du beau et du vrai  en toutes choses.

Paroles de Rudolf Steiner : « Le quatrième point est la patience (tolérance) à l’égard des hommes, des autres êtres et aussi des faits. L’élève… réfrène toute critique superflue de ce qui est imparfait, méchant et mauvais et cherche au contraire à comprendre ce qu’il advient… S’il arrive une information quelconque à l’élève…, il ne se répand pas en jugements négatifs, mais il accepte l’inévitable et cherche, dans la mesure de ses forces, à tourner la chose en bien. Il ne considère pas les opinions des autres de son point de vue seulement, mais cherche à se mettre à la place de l’autre. »*.

« Une qualité particulièrement importante est le ‘‘sens de la positivité’’. Cette qualité peut être développée par celui qui cherche, en toute chose, ce qui est bon, beau et utile et non pas ce qui est critiquable, laid ou contradictoire. »**. 

« L’exercice de ‘‘positivité’’… consiste à chercher dans toutes nos expériences, dans tous les êtres et en toutes choses ce qui est bon, excellent, beau, etc… Cet exercice est en lien avec ce que l’on appelle l’abstention de la critique. .. Il existe une différence entre le fait d’émettre un jugement à partir de ses sympathies ou antipathies personnelles, et le fait de se mettre à la place du phénomène ou de l’être auxquels nous sommes confrontés et de se demander comment ce phénomène ou cet être en sont venus à être tels qu’ils sont ou à agir tels qu’ils le font. En cultivant cette attitude, on prend l’habitude de chercher à améliorer ce qui est imparfait, plutôt que de le critiquer ou de le blâmer. »***. « Ce qui est faux, mauvais ou laid ne devrait jamais empêcher l’âme de reconnaître le vrai, le bon et le bien partout où ils se trouvent. Il ne faut pas confondre cette ‘‘positivité’’ avec l’absence de sens critique et la volonté de fermer les yeux devant ce qui est faux, mauvais ou médiocre. » ****

L’exercice : Découvrir le côté positif de tout ce qui nous arrive.

Ce qu’il faut faire : - Savoir reconnaître les aspects positifs d’une chose, d’une situation, d’une pensée ou d’un être qui nous paraissent à priori négatifs, désagréables ou repoussants.

- Parmi les choses qui nous sont arrivées au cours de la journée, en choisir quelques-unes et découvrir en elles au moins un aspect positif, avoir au moins une pensée positive sur chacune d’elles…

- L’aspect positif doit être recherché dans l’objet lui-même.

- Une fois l’aspect positif reconnu et intériorisé, laisser naître en soi les sentiments correspondant à cette positivité.

- Se limiter volontairement à l’aspect positif des choses.

- On veillera tout particulièrement à ne pas se laisser entraîner par une tendance constitutive de notre psychisme qui veut que nous ayons plus de mal à découvrir le côté positif qu le côté négatif des choses…

Ce qu’il faut éviter :

- Créer en soi des images ‘‘positives’’ de manière forcée et arbitraire au lieu de chercher dans l’objet lui-même.

- Rechercher le côté positif après-coup et non pas comme ce doit être le cas, pendant que l’on est en train de l’observer.

- Eviter que cette focalisation sur l’aspect positif ne devienne une attitude générale et systématique, ce qui amoindri  

Ce qui est important : - Se rappeler que cet exercice n’a de valeur que durant l’exercice lui-même.

-    Ne pas perdre ses facultés de jugement.

 -   Avoir conscience du fait que l’âme est portée vers la négativité et s’efforcer de contrôler cette tendance.

Niveau d’attention : L’exemple originel (chien mort, étendu… le Christ se met à louer les belles dents du chien.) :

Niveau physique : les objets matériels de toute sorte, que ce soient des pierres ou des objets créés par l’homme, mais aussi les plantes ou le corps des animaux ou des êtres humains.

Niveau éthérique : orages, tempêtes, tremblements de terre, inondations, de même que certains faits de société… Ce qu’il peut y avoir de positif dans  un divorce, une maladie voire un crime ne peut se révéler bien souvent qu’après coup.

Niveau astral : avis et opinions, visions du monde, idées, etc. toutes choses qu’on a l’habitude d’émettre un jugement négatif lorsqu’elles ne correspondent pas à notre propre façon de voir.

On peut aussi procéder à une classification en fonction de bien, de beau et de vrai.

Conseils pratiques : Il peut se révéler très utile de consigner par écrit les phénomènes dont nous aurons  noté qu’ils éveillent en nous un sentiment d’antipathie. On sera très certainement étonné de constater à quel point est longue la liste des phénomènes, opinions et situations qui déclenchent en nous des réactions négatives.

Courant éthérique : Un sentiment de béatitude et de joie intense (l’impression de grandir) concentré tout d’abord dans la région du cœur puis rayonnant vers la périphérie, à travers les yeux principalement puis les oreilles et toute la surface de la peau. On se vit soi-même comme un corps éthérique étendu, - L’amour comme force du sentiment.

Attitude : La quatrième attitude de « Je pense la parole ». - Centre et périphérie. Moi en l’esprit.

Effets : Le 4ème exercice nous aide à surmonter les forces négatives lucifériennes. Il libère le corps astral de la négativité de Lucifer (mensonge, illusion), améliore notre sensibilité et nos facultés de penser et renforce l’équilibre et la sérénité de l’âme. Notre vie affective peut se libérer du manichéisme réducteur dans lequel nos sentiments de sympathie et d’antipathie tendent à l’enfermer.

Le rapport entre le 4ème et le 3ème exercice : …Dans le 3ème exercice la perception est dirigée vers soi-même (aspect intérieur de la tentation luciférienne)  alors que, dans le quatrième, elle se tourne vers le monde (aspect extérieur).

Guides spirituels : Au moyen du 4ème exercice, on aide le corps astral à se libérer progressivement de cette volonté négative et à la remplacer par une volonté positive. C’est seulement à cette condition qu’il pourra se transformer en Soi-Esprit.

p. 5/9 Le chakra du cœur

5ème EXERCICE : ACCOMPLISSEMENT DE LA PENSÉE DANS LA VOLONTÉ L’amour comme activité.

Caractérisation : Impartialité, pensée en lien avec la volonté, absence de préjugés, ouverture d’esprit, liberté de jugement, confiance.

Citations de Rudolf Steiner : « Le cinquième point est l’absence de préjugés à l’égard des phénomènes de la vie  On parle aussi à ce propos de ‘‘foi’’ ou de ‘‘confiance’’. L’élève… aborde tout homme, tout être, avec cette confiance. Et dans ses actes, il se remplit de cette confiance… Il est prêt à tout instant à soumettre son opinion et avis à l’épreuve d’une nouvelle opinion et à la rectifier. Il reste constamment réceptif à tout ce qui lui advient. Et il a confiance dans l’efficacité de ce qu’il entreprend… S’il a une intention, il a aussi la foi en la force de cette intention. C’est la ‘‘foi qui est capable de déplacer des montagnes’’.  »*.

« En outre, il est important de développer l’impartialité…. Il est important… d’être ouvert à tout ce qui est nouveau et inconnu pour lui. Il tournera sept fois sa langue dans sa bouche avant de prononcer des jugements tels que : ‘‘c’est impossible’’ ou ‘‘cela ne se peut pas’’. Quelle que puisse être son opinion à propos d’une question, il doit être prêt, à chaque instant, à la remettre en cause. Tout amour propre en face de son opinion personnelle doit disparaître. »**.

« Au cinquième mois, on essaiera de faire en sorte d’accueillir toute expérience nouvelle avec impartialité. »***.

« On s’efforce de rester toujours réceptif à de nouvelles expériences sans se laisser troubler par ce qu’on a déjà vécu ou appris… Il faut bien juger ses expériences actuelles d’après celles du passé ; ces dernières sont à mettre sur un des plateaux de la balance, mais sur l’autre plateau, l’étudiant doit mettre sa prédisposition à sans cesse apprendre de nouveau. Il lui faut surtout admettre la possibilité que de nouvelles expériences puissent contredire les anciennes. »****

L’exercice : Tenir pour possible ce qui paraît de prime abord impossible.

Ce qu’il faut faire : - Chaque fois qu’une chose, une affirmation, une situation paraissent impossibles, trouver en soi la force de reconnaître que ce que l’on tient pour impossible ne l’est pas forcément.

- Selon la situation, prononcer intérieurement ou à haute voix la formule suivante : ‘‘Oui, cela doit être possible dans certaines circonstances’’. On peut aussi ajouter : ‘‘Car je ne connais pas encore tout ce qui existe.’’

- Saisir les occasions que nous offre la vie de mettre en pratique cet exercice.

- Être attentif à notre tendance innée de ne tenir pour vrai et réel que ce que nous avons déjà vécu, que ce à quoi nous sommes habitués.

- Ouvrir notre âme à tous les possibles. Accepter tout ce qui vient vers nous.

Ce qu’il faut éviter : - Remettre à plus tard notre prise de position.

-          Reconnaître uniquement pour la forme, sans conviction intérieure, que comme tout un chacun, nous ne pouvons connaître tout ce qui existe.

-          Accepter quelque chose d’inconnu sans réfléchir.

-          Devenir crédule.

Ce qui est important : - Se faire une idée très précise de l’imperfection et de l’état incomplet de notre propre expérience.

-          Ne pas seulement exercer la confiance mais aussi l’ouverture d’esprit.

-          Comprendre au mieux de quoi il est question et tâcher de fonder notre position de la manière la plus rigoureuse possible.

-          Devenir impartial et objectif.

Niveau d’attention : Niveau physique : récits de phénomènes invraisemblables tels que le monstre du Loch Ness, les ovnis, les extra-terrestres, la combustion instantanée, etc. On trouve de tels récits dans la presse à sensation.

Niveau éthérique : marcher sur l’eau, la dématérialisation instantanée, la lévitation, la résurrection, etc.

Niveau astral : clairvoyance, expériences au seuil de la mort, channeling, new-age, médiums, etc.

Indications pratiques : le fait de tenir une liste à jour, comme il est conseillé de le faire pour le quatrième exercice, nous permettra… de nous rendre compte du nombre impressionnant de phénomènes que nous avions jusque-là rejetés.

Courant éthérique : une sensation subtile, comme de l’air qui vibre. Elle vient de la périphérie et pénètre dans le corps à travers les yeux, les oreilles et toute la surface de la peau. On sent qu’il est possible d’avoir des perceptions autrement qu’au travers des organes sensoriels du corps physique. – L’amour comme activité.

Attitude : la cinquième attitude de « Je pense la parole ». – De la périphérie vers le centre. L’Esprit en moi.

Bienfaits : le cinquième exercice doit nous aider à vaincre Ahriman. Il délivre le corps éthérique de sa dépendance par rapport aux impressions sensorielles. Grâce à lui, un coin du voile de l’illusion matérialiste ahrimanienne peut être levé. Le passé n’est plus le seul facteur déterminant de la vie.

Le rapport entre le 5ème et le 2ème exercice : Le 5ème exercice agit au niveau éthérique. A ce niveau, la dépendance par rapport au temps devient moins forte grâce à la volonté, laquelle a été renforcée par le 2ème exercice. Dans le 5ème exercice, la pensée, affermie lors du 1er exercice, se lie avec cette volonté renforcée. Par ce moye, la ‘‘volonté négative’’ qui a plongé l’homme dans l’existence et l’a condamné à rester à la porte du monde spirituel peut se métamorphoser progressivement en ‘‘volonté positive’’ et la vie du monde spirituel se refléter à nouveau dans la vie humaine.

Guides spirituels : les Esprits de l’harmonie (les Chérubins). Ils dissipent dans le corps éthérique l’illusion du temps. Les Chérubins sont les gardiens de la vie de l’univers, de l’accord harmonieux… Le cinquième exercice permet à l’homme de s’ouvrir au monde spirituel et de déchirer le voile du temps tissé par Ahriman.

p. 6/9 Le chakra du cœur

6ème EXERCICE :ACCOMPLISSEMENT DE LA PENSÉE DANS LA PENSÉE L’amour en tant que pensée

But : Cet exercice est le plus difficile à comprendre et à mettre en pratique. Il s’agit, en effet, de créer soi-même un objet de pensée pur puis de l’observer et de le méditer.

Caractérisation : Harmonie, harmonie de l’âme, persévérance, constance, équilibre psychique, équilibre et harmonie intérieurs, harmonie des forces spirituelles, harmonisation des cinq qualités, cohérence entre les cinq exercices, harmonie aux niveaux intellectuel, affectif et moral.

Paroles de Rudolf Steiner : « … S’éduquer à la persévérance. L’élève… ne se laisse pas détourner par telle ou telle influence du but qu’il s’est fixé, tant qu’il peut considérer ce but comme juste. »*.

« Lorsque les cinq premières qualités de l’âme ont été acquises, une sixième s’impose alors d’elle-même : l’équilibre intérieur, l’harmonie es forces spirituelles… Il ne s’agit pas d’éviter de se laisser toucher par les choses, ni de fuir devant les imprévus de l’existence. Il s’agit, au contraire, de se donner pleinement à la vie tout en conservant équilibre et harmonie intérieurs. »**.      « Le 6ème mois, il faut essayer de pratiquer en alternance et de manière intensive, les 5 exercices. On atteint par ce moyen un bel équilibre de l’âme. »***.

« Telles sont donc les cinq qualités de l’âme que l’étudiant doit acquérir par un entraînement méthodique : la maîtrise de ses pensées, le contrôle de ses impulsions volontaires, la sérénité par rapport au plaisir et à la douleur, la positivité dans le jugement, l’objectivité dans la façon de concevoir la vie. Après s’être exercé pendant certaines périodes à acquérir ces qualités, on devra encore les mettre en harmonie dans l’âme. »****

L’exercice : méditer sur l’essence des 6 exercices ; le 6ème est engendré par la pratique simultanée des 5 précédents.

Ce qu’il faut faire : - Constituer différents groupes d’exercices destinés à la pratique quotidienne tels que :  groupes de 2 (1&2 ; 1&3 ; 2&3, 2&4 ; 3&4…) ; groupes de 3 (1,2&3 ; 1,2&4…) ; groupes de 4 (1,2,3&4…).

-          Reconnaître et comparer ce qui distingue et ce qui rapproche les exercices d’un même groupe.

-          Tâcher de bien saisir la dynamique de chaque exercice.

-          Utiliser la structure des sept corps de l’être humain comme base de l’exercice, reconnaître le lien existant entre chaque exercice et un membre précis de cette structure et pratiquer l’exercice correspondant.

-          Mettre en lien les 3 forces de l’âme (pensée, sentiment, volonté) avec les 3 contre-forces (Lucifer, Ahriman et les Asuras) et avec les 3 corps (corps physique, éthérique et astral).

-          Répartir les exercices sur toute la journée. On essaiera de garder à l’esprit les points suivants :

. seule l’activité propre de notre moi est capable de mener à bien les exercices ;

.  la manière dont l’exercice se déroule ;

. pourquoi, au travers de cet exercice, la base physique de l’être humain est métamorphosée ;

. à l’aide des six exercices, le moi modèle ses enveloppes.

Ce qu’il faut tâcher d’éviter : - Ne pratiquer les autres exercices que pour eux-mêmes, ce qui reviendrait à ne pas pratiquer véritablement l’exercice.

-          Choisir des rapports arbitraires, intellectuels et subjectifs qui ne découlent pas de la pratique de l’exercice.

Déroulement de l’exercice : Dans le courant de chaque journée, on choisira tout d’abord quelques-uns des cinq autres exercices, et on les pratiquera simultanément, dans toutes les combinaisons possibles.

A la fin de la journée, mais aussi durant l’exercice lui-même, on considérera les propriétés de chaque exercice, et on les comparera avec celle des autres exercices, ceci afin de découvrir les liens organiques qui les unissent.

On essaiera enfin d’intégrer chaque exercice dans l’organisme global des exercices, puis de porter sa réflexion sur cet organisme.

Grâce à cette considération d’ensemble, on devrait être en mesure de percevoir les 6 exercices comme les membres d’un seul et même organisme, et non pas comme des entités arbitrairement réunies. Seule la compréhension de cet organisme permet de saisir le sens, et donc aussi les effets de ces exercices.

Ce qui est important : - Saisir et percevoir l’organisme global de l’exercice comme une réalité spirituelle, comme une entité spirituelle.

-          Ressentir en soi-même les propriétés et la structure de cet exercice.

-          Comprendre qu’il s’agit au fond d’un paradoxe – penser sur le penser – mais que ce paradoxe, à un niveau supérieur d’expérience, devient tout à fait concret.

-          Comprendre que, grâce à la pratique de cet exercice, pensée, sentiment et volonté ordinaires sont élevés à un niveau supérieur.

Niveau d’attention : ... A chacun des 3 niveaux (physique, éthérique et astral), on trouve 2 exercices en polarité (moi et vers le monde) : 1-moi & 6-monde (physique), 2-moi & 5-monde (éthérique), 3-moi & 4-monde (astral).

Conseils pratiques : Pour cet exercice, il est pratiquement indispensable de faire un planning très précis des heures auxquelles on envisage de pratiquer tel ou tel exercice.

Courant éthérique : Un sentiment de joie profonde et de satisfaction, comme si l’on sortait de son propre corps et que l’on rayonnait dans le monde spirituel, reliant ainsi ce dernier à la Terre. – L’amour en tant que force de pensée.

Attitude : La sixième attitude de « Je pense la parole ». – L’homme-Rayon. Centre et périphérie. Moi

Bienfaits : Permet à la ‘‘volonté positive’’ de s’épanouir et de vaincre la ‘‘pensée négative’’ engendrée par les Asuras. ¤

Rapports entre le 6ème et le 1er exercice : 1er : activité créatrice orientée vers extérieur… 6ème : orientée vers l’intérieur.

Guides spirituels : Découvrir le lien qui relie la pensée à elle-même… Véritable exercice de l’amour qui nous unit…

p. 7/9 Le chakra du cœur

COMPLÉMENTS AU SIXIÈME EXERCICE :

 ¤ : BIENFAITS (texte complet) :

Cet exercice permet de neutraliser l’action destructrice et porteuse de chaos des Asuras. Ces derniers sont les forces négatives qui s’opposent avec le plus de force à la spiritualisation de l’homme. Le renforcement du lien qui unit la pensée à elle-même renforce la base spirituelle du corps physique, ce qui a pour conséquence de réduire l’action e la pesanteur sur la pensée humaine. L’activité pensante elle-même peut ainsi s’affranchir progressivement des lourdeurs du cerveau et se lier avec le cœur dispensateur de vie.

Les Asuras sont plus puissants qu’Arhiman et Lucifer. Arhiman ne peut agir que sur le corps éthérique, lequel n’est pas assujetti aux lois implacables de la matière, comme la pesanteur, par exemple. Lucifer ne peut agir que sur le corps astral. L’action des Asuras, quant à elle, s’étend jusqu’au niveau de la matière. Ils prennent part à la gestion de l’espace physique en tant que maîtres du chaos. Leur dessein est de décomposer et de dissoudre tout ce qui possède forme et structure. Par leur action – et c’est là l’aspect positif de leurs menées – ce qui existe peut être réduit à néant, ce qui permet à des choses nouvelles de voir le jour et au monde de poursuivre son développement. L’homme doit néanmoins s’opposer à ces forces de chaos et les vaincre. Ce combat a lieu à l’intérieur du corps humain, là où la matière est transformée en chaos puis recomposée et remodelée. L’homme édifie à chaque instant son propre corps. Il peut prendre conscience en donnant forme à des pensées. Par le fait de donner forme à des pensées, on s’oppose à ses « entraîneurs » (cf. l’exercice 4), car ceux-ci n’ont de cesse qu’ils n’aient semé le désordre et la confusion dans nos esprits. Il s’agit en fait ici plus d’une structuration spatiale des pensées que d’une structuration logique. A l’intérieur de cet espace, les pensées s’orientent dans trois directions différentes : vers le haut, c’est-à-dire aux niveaux physique, éthérique, astral et au niveau du moi ; vers la gauche et vers la droite en une sorte de polarité ; vers l’avant et vers l’arrière dans l’intensification de leur force. Par rapport à ce type de pensée, la pensée logique est une pensée unidimensionnelle, linéaire et limitée au plan physique.

Cet exercice permet à la ‘‘volonté positive’’ de s’épanouir dans la pensée et de vaincre la ‘‘pensée négative’’ engendrée par les maîtres du chaos.

 

RAPPORTS ENTRE LE SIXIÈME ET LE PREMIER EXERCICE (texte complet) :

La pensée, renforcée par le premier exercice, est maintenant centrée sur elle-même ce qui lui permet de devenir autonome et créatrice. Dans le premier exercice, l’activité créatrice s’applique à des objets ; elle est onc orientée vers l’extérieur. Dans le sixième exercice, elle s’applique à elle-même ; elle est donc orientée vers l’intérieur. En revanche, elle s’applique, dans le premier exercice, à l’exercice lui-même (vers l’intérieur), alors que dans le sixième exercice, elle s’applique aux autres exercices (vers l’extérieur).

 

GUIDES SPIRITUELS (texte complet) :

Les Esprits de l’Amour (les Séraphins). Ils affranchissent le corps physique de la pesanteur.

Le corps physique apparaît comme le support de la vie terrestre et de l’incarnation. Sans corps physique, la vie sur terre est impossible. En tant que fondement de l’homme sur terre, le corps physique correspond au fondement universel de toute existence, à savoir le pur amour cosmique. L’amour est à la fois l’énergie et la substance de toute existence ; il émane des Esprits de l’Amour.

« L’homme est un être de pensée. » (Théosophie) ; lui-même est la pensée des hiérarchies. En  tant qu’homme, il a été formé à partir de la substance de la pensée. L’essence de son être se révèle dans la pensée. Dans l’exercice du contrôle de la pensée et dans l’exercice de l’harmonie de l’âme, le façonnement de la pensée (Gedankengestaltung) devient le fondement des autres exercices.

Rudolf Steiner, après avoir attiré l’attention sur le lien existant entre pensée et sentiment d’une part (quatrième exercice) et pensée et volonté d’autre part (cinquième exercice), nous laisse libres dans le sixième exercice de découvrir nous-mêmes le lien qui relie la pensée à elle-même (c’est là l’un des thèmes principaux de Philosophie de la liberté). C’est cela le véritable exercice de l’amour qui nous unit les uns aux autres.

 

 

---------

Remarque de l’éditeur

 

Ce livre comporte de nombreuses références à des ouvrages de Rudolf Steiner…. Quelques ouvrages sont cités très souvent… Nous les avons signalées par des * :

 

* =  L’Initiation ou comment parvenir à des connaissances des mondes supérieurs - GA 10

** = Les degrés de la connaissance supérieure – GA 12

*** = Les Six exercices - GA 245              

Et en plus : **** = La Science de l’occulte - GA 13

p. 8/9 Le chakra du cœur

LES COURANTS ÉTHÉRIQUES :

… Ce ne sont pas les courants ‘‘normaux’’ du corps éthériques, ceux qui parcourent tous les chakras – les méridiens de l’acupuncture – et maintiennent notre corps en vie. Les courants éthériques dont il est question ici sont des courants dirigés par le corps astral Ils travaillent en un lien harmonieux avec le développement du corps éthérique et s’écoulent à a frontière entre le corps éthérique et le corps astral plutôt qu’à l’intérieur du corps…

   Ces courants éthériques ont été désignés par Rudolf Steiner comme des « sentiments » ; ce qui veut dire qu’ils ne sont pas, à proprement parler, vécus comme des sensations, puisque leurs effets ne se font pas ressentir dans le corps. Leur activité, à la frontière entre le corps éthérique et le corps astral, est vécu plutôt comme un sentiment d’énergie et de force que comme un sentiment spirituel… Ci-après… caractérisation selon Rudolf Steiner :

1er exercice : Fermeté, sûreté : impression que des rayons sont projetés du devant de la tête jusque dans la moelle épinière.

2ème exercice : Fermeté, actif ‘‘Je suis capable’’ : dans toute la partie supérieure du corps… déverser dans le cœur.

3ème exercice : Tranquillité intérieure : dans son corps, en la faisant rayonner… vers les mains, les pieds et… la tête.

4ème exercice : Rapport plus intime à l’espace : diriger vers le cœur, puis rayonner vers les yeux, les oreilles et toute la peau.

5ème exercice : Pouvoir avoir des perceptions en-dehors de son corps : faire pénétrer par les 5 sens (yeux, oreilles, peau).

6ème exercice : Sentiment de devenir plus grand, de croître au-delà de sa propre peau : raccorder à l’exercice global.

 

METHODE DE TRAVAIL :

- … Choisir une journée favorable pour le début des exercices… Propices sont les dimanches, le 1er jour du mois.

- Avoir acquis une vision globale des 6 exercices… afin de pouvoir... se placer dans une perspective d’ensemble.

- … Consacrer au moins 2 semaines à la pratique de chaque exercice… Le mieux… généralement 4 semaines.

- Il est indispensable de respecter l’ordre dans lequel les exercices ont été donnés… Sinon, on ne tire aucun profit.

- Avant de se lancer… on peut s’accorder une petite période d’essai (1 semaine par exercice) ... sans bénéfice.

- Si insuccès…, maladie…, voyage… poursuivre… s’engager à faire mieux… Plutôt que de ne rien faire du tout… se concentrer… un moment sur les exercices… les porter dans sa conscience, ne serait-ce qu’un court instant.

- Il ne faut pas chercher à atteindre la perfection. Il suffit de faire pour le mieux en fonction de ses possibilités.

- Leur rôle protecteur consiste à empêcher les forces nuisibles de pénétrer dans les corps éthérique et physique de l‘homme lorsqu’il quitte son corps et n’est plus présent dans le corps astral et le moi (cas de certaines méditations).

 

TROISIÈME PARTIE – L’EXERCICE DU CŒUR

  Des extraits plus importants de ce troisème chapitre sont présentés au lien : Eurythmie.htm

LES SIX POSITIONS d’eurythmie de « Je pense la parole » : 1. « Je pense la parole » ; 2. « Je parle » ; 3. « J’ai parlé » ; 4. « Je me cherche en l’Esprit » ; 5. « Je me sens en moi-même » ; 6. « Je suis sur le chemin de l’Esprit ».

 

LES SIX ATTITUDES (Les positions d’Agrippa von Nettesheim)

1ère attitude (nuque) : bras horizontaux (contenu de la pensée : la parole), corps vertical (point de vue de la pensée).

2ème attitude (larynx) : bras légèrement soulevés, mains au niveau du larynx, jambes un peu écartées (agir).

3ème attitude (cœur) : mains au niveau du cœur, jambes écartées (équilibre en forme d’étoile, image de l’âme).

4ème attitude (nombril) : bras et jambes très écartées, dirigées vers l’infini, croisement dans la région du nombril.

5ème attitude (vertex) : mains et jambes se rapprochent, mains abaissées jusqu’à la hauteur du sommet du crâne.

6ème attitude (corps entier) : bras tendus en position verticale, jambes serrées = rayon depuis la terre vers le cosmos.

 

L’EXERCICES DU CŒUR Chacune de ces composantes a pour but de permettre l’ouverture du chakra du coeur

1er exercice : corps physique : Contrôle de la pensée – Fermeté et assurances intérieures, sentiment de vérité.

2ème exercice : corps éthérique : Contrôle de la volonté – Sentiment d’énergie et de puissance ; bouclier devant le cœur.

3ème exercice : corps astral : Contrôle du sentiment – Sentiment de calme et d’équilibre ; on est en paix avec le monde.

4ème exercice : corps astral : Réalisation du sentiment – Sentiment de faire rayonner l’amour dans le monde.

5ème exercice : corps éthérique : Réalisation de la volonté – Sentiment d’espoir total, dans le présent, ouvert à l’avenir.

6ème exercice : corps physique : Réalisation de la pensée – Confiance inébranlable en soi-même et dans le monde.

1er & 6ème : Esprits de l’amour – Pensées – Asuras. Entités des hiérarchies : Séraphins ] Homme-Esprit.

2ème & 5ème : Esprit de l’harmonie – Volonté – Ahriman. Entités des hiérarchies : Chérubins ] Esprit de vie.

3ème & 4ème : Esprit de la volonté – Sentiment – Lucifer. Entités des hiérarchies : Trônes ] Moi spirituel.

Deux exercices de Rudolf Steiner auxquels se rapporte l’exercice du cœur ou plutôt dont ce dernier… une variante :

Exercice : 1. « Je fais face à mon destin… » ; 2. « Je m’engage sur le chemin de vie avec assurance » ; 3. « La force s’écoule dans mon cœur » ; 4. « Je nourris l’amour dans mon être » ; 5. « L’espoir accompagne chacun de mes actes » ; 6. « Je mets la confiance dans toutes mes pensées ». Voir la correspondance avec les 6 exercices…

Méditation : « Dieu est en moi (Point jaune, Cercle bleu) – Je suis en Dieu (Point bleu, Cercle jaune)»

 

QUATRIÈME PARTIE – LA NOUVELLE PENSÉE AVEC LE CŒUR

Les 2 chemins ésotériques de Rudolf Steiner : 1ère voie : la pratique des 6 exercices complémentaires est nécessaire.

2ème voie : plus sûre, plus difficile, la meilleure, la manière la plus efficace : décrite dans Philosophie de la liberté.1

p. 9/9 Le chakra du cœur

 

 

Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL         Retour SOMMAIRE