Retour ACCUEIL     Retour CHEMIN      Retour ESSENTIEL     Retour ANTHROPOSOPHIE

MANUEL FAMILIAL DE MEDECINE ANTHROPOSOPHIQUE

L'application au quotidien d'une conception globale de l'homme

L'HOMME SUR LE SEUIL Tome 1

par Docteur Victor Lievegoed

Cliquez ici

Livre MÉDECINE ANTHROPOSOPHIQUE 

un élargissement de l'art de guérir (Dr Bott) : Cliquez ici 

Deux livres sur la médecine anthroposophique (Steiner & Dr Bühler-Dr Wolff)

Cliquez ici

D'OU VIENT LA MALADIE ?  Cliquez ici

ÊTRE VIVANT

 

Cliquez ici 

ANTHROPOSOPHIE

 

Cliquez ici

 

   

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Ce résumé de 1 page (Time New Roman, taille des caractères : 8), réalisé à partir à partir d’un livre de 95 pages ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte,  pour ne pas alourdir le résumé..

Les titres des chapitres et des divers sous-chapitres (en gras) sont ceux du texte original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans sa totalité.

 Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Ce résumé (1 page 21x29,7) ne peut être qu'un aperçu de ce livre que vous pouvez acheter en ligne auprès, par exemple, de http://www.edition-jouvence.com  ou http://www.amazon.fr  ou http://www.alapage.com ou http://www.priceminister.com 

 

 
   

 

 

MANUEL FAMILIAL DE MEDECINE ANTHROPOSOPHIQUE

L’APPLICATION AU QUOTIDIEN D’UNE CONCEPTION GLOBALE DE L’HOMME

Par le docteur Joseph HERIARD DUBREUIL, mathématicien, philosophe, médecin ©1995 IPREDIS -  75020 Paris - 95 pages

 

RÉSUMÉ PRATIQUE

 

INDICATIONS PRATIQUES Un petit livre essentiellement pratique. Enumération des affections et de leur traitement.

 

INTRODUCTION A LA MEDECINE ANTHROPOSOPHIQUE Exposé sur la nature de l’homme.

… La distinction entre ce que l’on peut soigner soi-même et ce qui nécessite le recours au médecin n’est pas tranchée ; elle dépend en fait de chacun. On peut admettre que certaines personnes – il en existe- ne recourent presque jamais aux soins d’un médecin, ni à quelque remède que ce soit. Il est en effet une façon de se soigner soi-même sans le secours ‘autrui et sans recours à un remède quelconque, parce qu’on sait puiser en soi la force nécessaire. Cette attitude, encore rare, est probablement appelée à se répandre…

Peur et courage devant la maladie

La possibilité de se guérir par soi-même et de surmonter la maladie est illustrée par cette remarque de Goethe : « Napoléon a réellement visité les pestiférés, pour montrer par son exemple qu’on peut triompher de la peur. Et il a raison !... »… Cette remarque est toujours vraie…

La peur et les « complications »

… Dans les convulsions de l’enfant et dans toute complication en général, nous avons en effet l’exemple de ce qui se passe lorsque le malade ou l’entourage, la mère habituellement dans le cas du jeune enfant, est débordé, se ressent débordé par la situation, la peur et une certaine part d’affolement prenant alors le dessus. Il en résulte aussitôt une aggravation objective, et souvent très grave, des symptômes…

Surmonter la peur peut guérir

… Si chez la mère la peur, l’inquiétude, prennent le dessus, l’atmosphère psychique dans laquelle vit cet enfant se modifie, et il en résulte pour lui une aggravation qui se manifeste dans le physique ; le phénomène est descendu d’un degré…

La « loi pédagogique »

… La loi est ainsi expliquée…  : « Par exemple l’enfant veut marcher et ne le peut pas… Tant que cela vous émeut et provoque en vous de la sympathie ou de l’antipathie… vous ne pourrez rééduquer efficacement. » Il s’agit de surmonter sympathie et antipathie, de se faire une image objective du phénomène, et de l’accepter avec sérénité sans éprouver autre chose à cet égard que de la compassion Cet exemple qui est donné pour l’éducation d’enfants déficients s’applique en tous point à la pratique de la médecine, et peut être transposé. On le transposera aussi dans cette forme d’autoguérison  dont nous avons parlé, et où l’on est soi-même son propre éducateur, son propre thérapeute. 

L’homme, première force de guérison

… La victoire sur la peur telle qu’elle est rapportée de Napoléon ou de Goethe lui-même peut s’interpréter ainsi comme la victoire de la partie supérieure de l’homme, le moi, sur la partie inférieure qui se manifeste dans la peur… C’est évidemment le moyen le plus efficace de combattre toute maladie à sa racine, pourrai-t-on dire, par l’élément le plus élevé de la nature humaine…

Quatre constituants en l’homme

… En plus de cet homme solide, on peut aussi considérer l’ensemble des liquides présents dans le corps… on a ainsi comme un homme liquide, relativement séparé du premier… On peut encore considérer… l’air qui à chaque instant emplit un certain espace en lui… Et puis on envisage encore l’ensemble de la chaleur répandue dans la totalité de l’organisme… En particulier, le moi vit dans la chaleur, s’exprime dans la chaleur, et toute activité le concernant se manifeste comme quelque chose qui a une répercussion dans les modifications de chaleur qui accompagnent cette activité. Le psychisme à son tour se manifeste plutôt dans l’organisme aérien, et la vie biologique dans l’organisme liquide…

L’homme et la nature

… La nature avec laquelle l’homme forme un tout… La seule thérapeutique que nous avons citée jusqu’ici, c’est le moi lui-même actif dans sa volonté ; il agit pratiquement toujours mais il est clair que la plupart du temps son action est insuffisante, qu’il a besoin d’être aidé…

Le médicament homéopathique … Agir… au moyen de substances extraites des règnes de la nature…

Le médicament anthroposophique

... La médecine anthroposophique se différencie de l’homéopathie en e qu’elle n’utilise pas seulement le procédé des dilutions de Hahnemann… Dans les maladies qu’on pourrait dire ‘‘hautement civilisées’’ de notre époque, il faut recourir à une intelligence de ce qui se passe dans le processus de maladie, et préparer la substance pour qu’elle puisse agir et susciter des processus guérisseurs.

Complexité des maladies actuelles

… On peut se nourrir de fruits et de crudités, et ce faisant on reste très proche de la nature. En ce sens, c’est une méthode qui a de grandes vertus thérapeutiques. Mais en général nous faisons cuire nos aliments, et nous avons recours à des viandes, des poissons, des pâtisseries, qui sont très éloignés de la nature directement comestible comme la salade ou les fruits crus…

Le médicament minéral

Pour toutes ces maladies qui résultent de l’activité supérieure de l’homme,… on devra recourir à une thérapeutique qui met en jeu des forces plus profondes, plus difficiles à vaincre, et c’est ainsi que s’explique le recours aux minéraux…

Substance et processus … Tout processus à l’intérieur de l’homme a son équivalent dans la nature extérieure…

Connaissance du remède … Cette connaissance … impose de la renouveler sans cesse, et de ne pas céder à l’automatisme…◙                                                                                                

p. 1/1   -   Manuel familial de médecine anthroposophique

 

Retour ACCUEIL     Retour CHEMIN      Retour ESSENTIEL     Retour ANTHROPOSOPHIE