Retour ACCUEIL     Retour CHEMIN      Retour ESSENTIEL    

D'OU VIENT LA MALADIE ?

Livre : MÉDECINE ANTHROPOSOPHIQUE 

un élargissement de l'art de guérir

Livre CHANGEZ VOTRE FUTUR par les ouvertures temporelles : Cliquez ici

Deux livres sur la médecine anthroposophique (Steiner & Dr Bühler-Dr Wolff) :

Cliquez ici

Livre L'HOMME SUR LE SEUIL ou le pari du développement intérieur (Dr B.C.J. Lievegoed) :  Cliquez ici

D'OU VIENT LA MALADIE ?   

Cliquez ici

MÉTHODE DU DÉDOUBLEMENT .

Chemin Cliquez ici  

MÉTHODE DU DÉDOUBLEMENT 

Présentation Cliquez ici

 

   

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Ce résumé de 6 pages (taille des caractères : 10 ), réalisé à partir à partir d’un livre de 201 pages ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte,  pour ne pas alourdir le résumé..

Les titres des chapitres et des divers sous-chapitres (en gras) sont ceux du texte original.

Les parties en italique étaient écrites en italique dans le texte original. 

Les ‘nb’ sont de l'auteur du résumé.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans sa totalité.

 Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Ce résumé (6 pages 21x29,7) ne peut être qu'un aperçu de ce livre que vous pouvez acheter en ligne auprès, par exemple, de http://www.edition-jouvence.com  ou http://www.amazon.fr  ou http://www.alapage.com ou http://www.priceminister.com 

 

  

 
   

 

 

MEDECINE ANTHROPOSOPHIQUE

UN ELARGISSEMENT DE L’ART DE GUERIR

 

 par le Docteur Victor Bott

© Éditions Triades  75006 Paris  - 1972  (1ère  édition) – 1987 (2ème édition) et 2003 (3ème édition)

   

RÉSUMÉ PRATIQUE

 

INTRODUCTION

 

PREMIÈRE PARTIE : L’HOMME A LA LUMIÈRE DE L’ANTHROPOSOPHIE

… Envisagé sous son seul aspect matériel, l’être humain est incompréhensible.

Ce n’est qu’en le considérant dans sa totalité, formé d’un corps, d’une âme et d’un esprit qu’il devient possible de s’en faire une idée satisfaisante.

Le corps lui-même est composé de deux parties : l’une que nous pouvons peser, qui appartient à l’espace et l’autre, qui faisant de lui un être vivant, en perpétuelle transformation, appartient au temps..

Cela fait en tout quatre éléments que nous appellerons les éléments constitutifs.

Sous un autre aspect, celui de sa forme visible, de ses fonctions aussi, l’homme se révèle un ensemble constitué par deux pôles contraires réunis par un élément médian – le tout formant une triade…

 

CHAPITRE 1 : LES QUATRE ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE L’HOMME

Questions posées par la vie

Les lois du monde minéral n’expliquent pas la vie 

… Tant que la pomme fait partie du pommier, elle est soumise à des forces cosmiques, solaires et autres, de direction opposée...

Les forces éthériques :

Ces forces, sans lesquelles, il n’est point de vie, l’Anthroposophie les appelle forces éthériques ou forces modelantes…

Ces forces éthériques ou modelantes constituent pour chaque être vivant une sorte de deuxième corps, le corps éthérique, intimement uni au corps physique, seul accessible à nos sens…

Visualisation des forces éthériques

Les cristallisations sensibles 

… Pour se manifester, les forces éthériques ont besoin d’un support matériel, d’un instrument. Celui-ci est constitué par l’eau…

La vie animale 

… Il (nb : l’animal) peut se déplacer, sauter, grimper, voire voler.

Ce mouvement qui le caractérise est inséparable d’une double faculté : la sensibilité.

Le désir comme la crainte peuvent le provoquer.

Attraction et répulsion, nous pourrions dire sympathie et antipathie sont les pôles entre lesquels oscille perpétuellement l’animal.

Ces états affectifs lui sont intérieurs et se manifestent extérieurement par des mouvements…

Le processus d’intériorisation chez l’animal

Nous sommes ainsi, avec l’animal, en présence d’une faculté nouvelle que nous ne trouvons pas chez la plante, celle de l’intériorisation. Chez l’animal le monde extérieur devient contenu……

Le corps psychique ou astral

Nous devons nous demander ce qui provoque cette gastrulation.

Pour que celle-ci ait lieu, il est nécessaire qu’une force agisse…

La croissance, la multiplication cellulaire, la reproduction sont des manifestations des forces éthériques mais dans la gastrulation apparaît, avec un phénomène nouveau, une force nouvelle, différente des forces éthériques et qui n’existe pas dans la plante.

Après avoir provoqué cette invagination et s’être constitué une cavité, cette force s’y installe comme dans un nid.

Elle constitue chez l’animal un troisième élément – les deux premiers étant les corps physique et éthériques – que l’Anthroposophie appelle corps psychique ou corps astral… Tout ce qui est sensibilité – instincts, désirs, passions, attraction et répulsions – est l’expression de ce corps astral, du psychisme, du contenu de l’âme.

Ce qu’apporte le monde extérieur est intériorisé par le corps astral puis à nouveau extériorisé sous forme de mouvement…

Le corps astral, lui, ne peut agir qu’à travers l’élément gazeux…

L’expérience de Carrel

Langage et pensée

… Une troisième faculté qui n’appartient qu’à l’homme est la pensée qui elle aussi s’apprend…

Le moi individuel (*)

… L’homme peut aussi rentrer en lui-même et observer sa propre pensée. Il peut devenir objet pour lui-même et aussi se nommer lui-même par ce petit mot qu’il ne saurait appliquer à aucun autre : MOI… Ce moi… est… une entité aussi réelle que le sont le corps physique, le corps éthérique et le corps astral ; c’est l’esprit humain… Il a… un substrat matériel : l’organisme de chaleur…

Nous pouvons résumer cela dans le tableau suivant :

 

ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS DE L’HOMME

SUPPORT ORGANIQUE

ÉLÉMENTS NATURELS

 

MOI OU ESPRIT HUMAIN

 

CORPS PSYCHIQUE OU ASTRAL

 

CORPS ETHERIQUE

 

CORPS PHYSIQUE

 

 

ORGANISME DE CHALEUR

 

ORGANISME – AIR

 

ORGANISME – EAU

 

ORGANISME MINERAL

 

FEU

 

AIR

 

EAU

 

TERRE

 

L’homme et la liberté 

 … L’animal est entièrement livré à ses instincts, à ses pulsions.

L’homme est, grâce à son moi, en mesure de s’y opposer. Il a en lui la possibilité de la liberté ; il peut faire un choix en fonction d’un idéal moral.

Cette liberté ne lui est pas donnée (sinon elle ne serait plus une liberté !), mais il lui est possible de la conquérir par sa propre volonté.

Ces passions, instincts, nous les avons en commun avec tous les hommes ; c’est dans la façon de les dominer que nous nous distinguons les uns des autres.

L’individualité humaine

… Chaque homme… est un être à part, à nul autre pareil…

Il (nb : le corps physique) ne fait que recevoir par l’intermédiaire du corps astral et du corps éthérique l’empreinte du moi.

En effet, la substance du corps physique s’est entièrement renouvelée en sept ans ; elle serait donc incapable de maintenir la structure humaine dans son intégrité sans l’action du moi sur le corps physique à travers la médiation du corps astral et du corps éthérique…

Rapports entre les quatre éléments

Le corps physique et le corps éthérique, étroitement liés, coïncident presque exactement et ne seront séparés qu’à la mort. Ils forment le complexe inférieur physique-éthérique.

Le complexe supérieur – corps astral et moi – réalise également une union étroite, mais il serait inexact d’y appliquer une notion d’espace, telle que nous la concevons dans le monde matériel, notion à laquelle il faut substituer celle du degré de conscience…

Pendant le sommeil le complexe supérieur se détache de l’inférieur et ce qui reste dans le lit peut alors se comparer à une plante, avec la différence cependant que, chez l’homme, les éléments supérieurs ont laissé une impulsion résiduelle dans le corps éthérique.

Peu à peu cette impulsion s’amortit et l’être humain ne pouvant vivre sans elle, il devient nécessaire que le moi et le corps astral s’incarnent à nouveau dans le complexe inférieur, autrement dit que l’homme se réveille.

La conscience éveillée et la conscience de soi sont en effet liées à la présence du moi et du corps astral dans le complexe inférieur.

Lorsqu’à la mort, le corps éthérique quitte également le corps physique, ce dernier retourne au monde minéral, en subit à nouveau exclusivement les influences et se désagrège.

 

(*) La 2ème édition présente la note suivante :

« Il y a quelques années, M. R. Hediger attira notre attention sur le fait que le terme de Moi qu’utilisent les philosophes de langue française ne correspond qu’imparfaitement au Ich  des auteurs allemands. Il proposait de remplacer le Moi par le Je qui est la traduction exacte de Ich : Je exprime en effet davantage un état d’activité que Moi. Aussi avons-nous, dans cette nouvelle édition, substitué Je à  Moi. »

 

CHAPITRE 2 : LA TRIADE HUMAINE

… Il nous faut maintenant étudier les rapports existant entre ces éléments et les différentes régions du corps éthérique.

La tripartition de l’homme

L’observation nous révèle une polarité entre le haut et le bas de l’organisme. Au pôle supérieur, la forme sphérique presque parfaite du crâne s’oppose à la structure rayonnante des membres…

Aspects physiologiques de la polarité

… Les os du crâne, le maxillaire inférieur mis à part, sont immobiles les uns par rapport aux autres ; au pôle opposé, les os des membres sont d’une extrême mobilité…

Le pôle céphalique est un lieu de concentration : lumière, sons, air, aliments y pénètrent.

A l’autre extrémité, nous rencontrons la dispersion dans le mouvement centrifuge des excrétions.

Entre les deux, nous trouvons l’harmonisation, le rétablissement de l’équilibre entre le haut et le bas.

Le système neuro-sensoriel, concentré principalement au pôle céphalique, est l’instrument de la sensibilité, de la pensée, de la conscience.

Le pôle inférieur est celui du mouvement, du métabolisme (qui est aussi mouvement), des échanges tant au sein de la musculature que de l’appareil digestif. Il est l’instrument de la volonté.

En harmonisant le haut et le bas, en faisant la liaison entre la pensée et la volonté, le système rythmique est l’instrument du sentiment, de l’affectivité.

Généralisation de la tripartition

L’homme est donc un être triparti, mais la description qui précède n’est qu’une grossière approche de la réalité, car nous pouvons retrouver cette tripartition à tous les étages, dans chaque région, dans chaque organe, dans chaque élément si petit soit-il.

Complexité de l’être humain

Interaction des deux pôles

… Un état normal implique l’équilibre entre ces deux pôles. (nb : pôle céphalique et pôle moteur-digestif).

Si l’un d’eux a tendance à faire prévaloir son activité, il faut que l’équilibre soit rétabli, tâche qui incombe au système rythmique dont le principal acteur est le cœur…

Confirmations expérimentales

Ce n’est que tout récemment que cette conception du cœur en tant qu’organe d’équilibration a pu être vérifiée et ceci de deux côtés différents…

Le pôle de la vie et le pôle de la mort

… La constante régénération des cellules de l’intestin, la multiplication cellulaire dans les organes de reproduction sont des processus éthériques par excellence, ce sont des manifestations de vie…

Métamorphose des forces éthériques dans la pensée

… Ces forces éthériques qui se sont détachées des organes neuro-sensoriels sont devenues disponibles sur un autre plan : celui de la pensée…

Nous pouvons, en pensée, créer les images les plus diverses, les modeler, les associer, les amputer et les faire croître à nouveau avec cette multiplicité d’aspects que nous trouvons dans le monde végétal…

Ces forces éthériques ont été métamorphosées et mises à la disposition du corps astral et du moi. Elles interviennent sur le plan psycho-spirituel.

Les deux faces du processus alimentaire

Liaison du corps astral et de l’organisme

Comment agissent corps astral et moi

… Nous avons vu que les forces du corps astral issues du pôle supérieur induisaient des processus de déconstruction sur les substances absorbées.

Au pôle supérieur, ces mêmes forces provoquent la dégradation des organes eux-mêmes chaque fois qu’elles entrent en jeu, donc lors des phénomènes de perception, de prise de conscience.

Par l’action du moi, c’est même plus qu’une dégradation, c’est un véritable processus de mort qui est provoqué.

Si les organes ne sont pas détruits, c’est que la partie du corps éthérique qui leur est restée liée régénère instantanément ce qui a été dégradé…

 

La conscience opposée à la vie

Les processus de conscience sont donc liés à une diminution de la vitalité ; nous comprenons mieux maintenant pourquoi la vie s’est si largement retirée de nos organes des sens, pourquoi le nerf ne repousse pas, pourquoi un œil ressemble tant à un appareil de physique.

C’est ce qui se passe par exemple dans une inflammation de l’œil ou de l’oreille, cas dans lequel ces organes deviennent inaptes à leur fonction de perception.

Déjà une simple conjonctivite gêne considérablement la vision ; une oreille atteinte d’otite n’entend plus.

Cela nous ouvre un nouvel horizon sur la notion de maladie.

 

CHAPITRE 3 : SANTÉ ET MALADIE

… Nous ne pouvons approcher la maladie qu’en observant le vivant.

Conscience et maladie

Une des caractéristiques de la maladie est d’être accompagnées de modifications de notre état de conscience…

L’état de bien-être est caractérisé par l’absence de conscience de ce qui se passe dans nos organes ; nous ne nous rendons compte de leur existence que lorsque leur fonctionnement est troublé.

Les processus de conscience appartiennent normalement à notre appareil neuro-sensoriel, au pôle céphalique ; ils y sont à leur place.

Lorsqu’ils se manifestent au pôle métaphysique ou dans la zone rythmique, ils sont l’expression d’un état morbide, d’une anomalie.

Déplacement des processus neuro-sensotriels

… Lorsque ces processus neuro-sensoriels prennent une importance relative trop grande, ils ont tendance à empiéter sur le reste de l’organisme où ils déclenchent des manifestations de conscience anormales.

Celles-ci peuvent intéresser des territoires plus ou moins étendus sous forme de simple gêne, de douleurs ou de crampes. Parallèlement, les fonctions métaboliques ou motrices sont entravées.

L’organisme dans son ensemble (ou un organe isole) a tendance à devenir trop « tête », les processus de conscience et de déconstruction s’intensifient aux dépens de ceux d’élaboration et de régénération…

La maladie apparaît ainsi comme un déplacement, comme une prépondérance des forces astrales sur les forces éthériques.

Ce qui était à sa place dans une région de l’organisme devient maladie ailleurs.

Retentissement sur le corps physique

Tant que cette action anormale de l’astral (et aussi du moi) atteint le corps éthérique seul, nous restons dans le domaine du fonctionnel, mais si elle se prolonge suffisamment, elle peut atteindre le corps physique, s’imprimer en lui à la manière d’un sceau, le déformer…

Il se peut, au contraire, que l’éthérique soit suffisamment fort pour compenser l’action de l’astral et du moi ; dans ce cas la maladie ne se manifeste même pas sur le plan fonctionnel et reste latente.

Ce n’est que passé un certain seuil, lorsque le corps éthérique n’est plus capable de rétablir l’harmonie que la maladie se manifeste.

La santé : un équilibre instable

La santé nous apparaît ainsi comme un état précaire, comme un équilibre instable qui doit constamment être rétabli, le grand fauteur de troubles étant le corps astral, le grand guérisseur notre corps éthérique.

Cela ne doit pas nous étonner si nous nous rappelons que le corps astral est le vecteur de nos instincts, de nos passions, de nos pulsions.

Nous comprenons aussi que l’homme, à qui une partie des forces éthériques ont été soustraites pour être mises au service de la pensée, est beaucoup plus vulnérable que les êtres moins évolués chez lesquels ces forces éthériques sont restées disponibles pour la régénération.

Le déplacement vers le pôle supérieur

… Nous sommes donc en face de deux aspects opposés de la maladie : dans le premier cas, le corps éthérique est sollicité outre mesure ; les forces dont il aurait besoin pour régénérer l’organisme lui sont en quelque sorte soustraites ; dans le second cas, les forces éthériques devenues libres restent inutilisées et manifestent leur potentialité où elles n’ont que faire.

Cette prédominance de l’éthérique s’accompagne d’ailleurs d’une diminution de la conscience, d’un certain degré d’obnubilation.

Effets d’une intellectualisation trop précoce

Les symptômes trompeurs

Inversion des tendances dans le temps

… En étudiant ce qui se passe en cas de blessure : dans une première phase apparaissent la douleur et l’inflammation, expression d’une activité accrue du corps astral (douleur) et du moi (chaleur).

Ensuite vient une phase proliférative où le corps éthérique régénère les tissus détruits et finalement une troisième phase de durcissement et de consolidation des tissus néoformés dans laquelle l’éthérique se retire à nouveau en partie de zone cicatricielle et l’astral intensifie à nouveau son action, ce qui se traduit pour notre conscience part des démangeaisons.

Si l’une de ces phases est entravée, nous n’aurons pas de guérison correcte…

Recherche des causes de la maladie

Il faut soigner la cause, non les symptômes de la maladie

La pneumonie

La médecine : une éducation de la pensée

Importance des facteurs psychiques

… Toute affection s’accompagne de modifications de la conscience et il n’existe pas de maladie dite mentale qui n’ait son cortège de modifications physiques.

Le corps ou plus exactement le complexe physique-éthérique est l’instrument du complexe astral-moi ; comment pourrait-il s’exprimer correctement à travers un instrument défectueux ?

Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les symptômes psychiques puissent nous aider à mieux comprendre ce qui se passe dans l’organisme…

 

CHAPITRE 4 : HYSTÉRIE ET NEURASTHÉNIE

 

CHAPITRE 5 : SOMMEIL ET VEILLE

L’insomnie : une maladie actuelle

Le rythme du sommeil

Le moi et le corps astral pendant le sommeil

Pourquoi dormons-nous ?

… Si le moi et une partie du corps astral se détachent pendant le sommeil des corps inférieurs, ils s’y incarnent à nouveau au réveil…

Les causes de l’insomnie

Nécessité d’un interrogatoire approfondi

Traitement des insomnies

Le rôle du froid

Facteurs digestifs

L’insomnie du neurasthénique…

… et son traitement

L’insomnie de l’hystérique…

… et son traitement

L’illusion des somnifères

Traitement de l’insomnie infantile…

… et sénile

Insomnie et matérialisme

Sommeil et veille nous apparaissent maintenant comme un grand rythme respiratoire : le matin, nous inspirons notre moi et notre corps astral, le soir nous les laissons dans notre lit…

Chaque inspiration nous éveille un peu, chaque expiration nous endort un peu.

Tout ce qui est vie est rythme.

 

CHAPITRE 6 : INFLAMMATION ET SCLÉROSE

 

DEUXIÈME PARTIE : LES ÉTAPES DU DÉVELOPPEMENT HUMAIN

 

CHAPITRE 7 : DE LA NAISSANCE A SEPT ANS

 

CHAPITRE 8 : DE SEPT A QUATORZE ANS

Développement de l’affectivité

… La formation de l’organisme jusqu’à sept ans était principalement sous la direction du corps éthérique, c’est maintenant le corps astral qui mènera la danse, car l’affectivité, mouvement de l’âme, est bien une sorte de danse qui trouve son aliment dans les perceptions sensorielles et s’exprime dans le mouvement des membres, oscillant ainsi entre le pôle céphalique et celui de la mobilité, les équilibrant…

Le moi vers la neuvième année

Vers la neuvième année se produit un événement qui nous rappelle ce qui s’est passé entre la deuxième année et la troisième année : un processus d’incarnation du moi…

La mue

… Nous pouvons donc dire que le corps astral « naît » vers les quatorze ans…

 

CHAPITRE 9 : DE QUATORZE A VINGT ET UN ANS

...

La naissance du moi

Vers vingt et un ans aura lieu une quatrième « naissance », celle du moi…

 

TROISIÈME PARTIE : LES QUATRE ORGANES CARDINAUX

Depuis fort longtemps un rôle dominant a été attribué à certains organes ou groupes d’organes que l’on a nommés organes cardinaux…

L’Anthroposophie montre que chacun de ces organes peut aussi être mis en rapport avec un des quatre éléments constitutifs de l’homme.

Nous résumerons l’ensemble de ces correspondances dans le tableau suivant :

 

ÉLÉMENTS CONSTITUTIFS

ORGANES CARDINAUX

ÉLÉMENTS NATURELS

TEMPÉRAMENTS

Moi

Cœur

Feu

Colérique

Corps astral

Rein

Air

Sanguin ou nerveux

Corps éthérique

Foie

Eau

Lymphatique ou Flegmatique

Corps physique

Poumon

Terre

Mélancolique

 

CHAPITRE 10 : LE POUMON

 

CHAPITRE 11 : LE FOIE

 

CHAPITRE 12 : LE REIN

 

CHAPITRE 13 : LE CŒUR

 

 

QUATRIÈME PARTIE : ÉTUDE DE QUELQUES PROBLÈMES PARTICULIERS

 

CHAPITRE 14 : LE PROBLÈME DU CANCER

 

CHAPITRE 15 : LE CYCLE GÉNITAL DE LA FEMME

 

CHAPITRE 16 : LE PROBLÈME DES AFFECTIONS CUTANÉES

 

POSTFACE

 

INDEX ALPHABÉTIQUE

 

 

Retour ACCUEIL     Retour CHEMIN      Retour ESSENTIEL