Télévision - 1 Français sur 2 a recours aux produits à base de plantes. Quelles sont leur vertus, où les trouver et comment s’en servir ? Ces plantes qui nous font du bien - France 5 - La quotidienne
Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE             Retour ALIMENTATION - HYGIENISME    Retour TV SANTÉ            Retour TV_SAGESSES_BOUDDHISTES      

TV - CES PLANTES QUI NOUS FONT DU BIEN

PRÉSENTATION

- 17.11.2014 CES PLANTES QUI NOUS FONT DU BIEN sur France 5 - La Quotidienne.
1 Français sur 2 a recours aux produits à base de plantes. Quelles sont leur vertus, où les trouver et comment s’en servir ?

PRÉSENTATION :

 

Dossier relatif aux émissions de télévision concernant le domaine de la santé et pour réfléchir !

Il s'agit de comprendre comment la télévision nous renvoie les informations relatives à la santé.

Les transcriptions écrites sont faites avec l'aide des sous-titres.
- Site de Télé Scoop pour les scripts des sous-titres : http://telescoop.tv/



 


CES PLANTES QUI NOUS FONT DU BIEN


France 5 - Lundi 17 novembre 2014 - La Quotidienne - Magazine

VIDÉOS - L'EMISSION

1 Français sur 2 a recours aux produits à base de plantes.
Quelles sont leur vertus, où les trouver et comment s’en servir ?



Photo de l'album sur Facebook

 

(Re)voir la séquence avec Dailymotion (enregistrement entre 22'19 et 50'53) :
http://www.dailymotion.com/video/x2ajnwn (28'34)


Ces plantes qui nous font du bien - 17.11.2014 by conscience33 


Télécharger l'émission complète avec Captvty pendant 6 jours :
http://captvty.fr/

Vidéo de l'émission complète sur France 5 :
http://www.france5.fr/emissions/la-quotidienne/diffusions/17-11-2014_279675

Vidéo de l'émission complète sur Pluzz.fr en replay 6 jours :
http://pluzz.francetv.fr/videos/la_quotidienne.html#startTimecode=0



L'EMISSION :

Lu au lien http://www.france5.fr/emissions/la-quotidienne/a-la-une/se-soigner-par-les-plantes-vaut-il-vraiment-le-coup_279697

SE SOIGNER PAR LES PLANTES VAUT-IL VRAIMENT LE COUP ?

1 Français sur 2 a recours aux produits à base de plantes. Quelles sont leur vertus, où les trouver et comment s’en servir ? On en parle aujourd’hui dans La Quotidienne !

Très tendance ces dernières années, les plantes sont absolument partout et pourraient être la réponse à tous nos maux. Naturelle, la phytothérapie n’en reste pas moins une médecine. Comme le précise le Dr Jacques Labescat, médecin généraliste et phytothérapeute présent aujourd’hui sur notre plateau « La phytothérapie est une médecine donc ce n’est pas anodin, mais ce n’est pas dangereux ».
 

Tournez-vous vers des spécialistes

La première chose à faire si cette méthode vous intéresse est d’en parler à votre médecin. En effet les plantes peuvent vous aider à prévenir et soulager certains maux du quotidien mais il existe des contre-indications. Les femmes enceintes ou allaitantes et les nourrissons sont évidemment les premiers concernés, car les plantes ont des principes actifs très puissants. De la même façon elles peuvent nuire à certains traitements médicamenteux classiques pris au même moment.

Pour cette raison il est évidemment peu recommandable d’acheter gélules et préparations sur Internet. Le Dr Labescat est catégorique « Je suis complètement contre les achats de plantes sur le net ! Il n’y a aucune traçabilité, aucun moyen de savoir d’où vient ce que vous achetez. La plante a pu être cueillie en bord d’autoroute, ou juste tout simplement au mauvais moment. Il faut faire extrêmement attention ! »

 

En complément des médicaments

Pour ce qui est de l’efficacité, les avis divergent. Certains médecins parlent d’effet placebo, quand d’autres évoquent de réels résultats. Dans tous les cas, il est impossible de se soigner exclusivement par les plantes. « On ne guérit pas tout avec les plantes, mais on ne guérit pas tout avec les médicaments non plus. » nous explique le Dr Labescat. « Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi n’importe comment. L’idée est de proposer plusieurs cartes au patient. Si un traitement ne marche pas, pourquoi ne pas tenter les principes actifs des plantes qui sont parfois bien plus efficaces ? Dans certains cas les plantes apportent un véritable plus aux médicaments classiques. Elles peuvent par exemple aider à soulager les effets de la chimiothérapie. »

Si cette approche vous intéresse, sachez enfin que les cures de plantes doivent être de courtes durées. Prises au long court elles perdent de leur efficacité. Demandez conseil à votre pharmacien.

Rebecca Chapel

 

Lu au lien : http://pluzz.francetv.fr/videos/la_quotidienne.html#startTimecode=0

L'émission : Entourés d'experts, Maya Lauqué et Thomas Isle s'intéressent aux initiatives concernant les nouvelles formes de consommation collaborative. Chaque jour, un grand dossier est abordé et des conseils sont prodigués. L'émission se prolonge sur les réseaux sociaux et sur Internet pour permettre aux téléspectateurs d'y participer.

Le programme : Zoom sur les nouvelles formes de consommation collaboratives, solidaires, responsables durables ou économiques avec le magazine «La Quotidienne». Entourés d'experts, Maya Lauqué et Thomas Isle s'intéressent aux initiatives et aux expériences mises en place.


TRANSCRIPTION DE L'ÉMISSION À PARTIR DES SOUS-TITRES :
(enregistrement entre 22'19 et 50'53)

-Tout de suite, on va parler de ces plantes qui nous font du bien, et pas uniquement à notre libido, Gérard. Dossier du jour.
- Changer le monde, changer les choses avec des bouquets de roses...
- Thomas : C'est la plus ancienne médecine du monde. Elle revient en force, ces dernières années: la phytothérapie. En gélules ou en vrac, on trouve de plus en plus de plantes médicinales en magasin ou sur Internet. Quels sont les bons produits et comment être sûr de leur efficacité? Quelles sont les plantes utiles à avoir chez soi? On en parle avec nos invités du jour. Vous pouvez réagir et poser toutes vos questions en direct.
- Maya : Avec nous aujourd'hui, le Dr J.Labescat. Vous étés médecin généraliste et phytothérapeute. Vous êtes également l'auteur de ce livre. Vous êtes directrice de la rédaction de Pleine Vie. Vous consacrez un dossier à ces plantes qui nous soignent.
- Thomas : Tout d'abord, où doit-on acheter ces fameuses plantes qui nous font du bien? Les conseils ne sont pas toujours au niveau.
- Revenir au naturel... Depuis quelque temps, les plantes sont à la mode. On leur prêterait même toutes sortes de pouvoirs, mais encore faut-il savoir comment les utiliser.
Tisanes, gélules, bougies ou cosmétique, les plantes sont partout. Elles font vendre. 63 % des Français font confiance 1 consommateur sur 2 dit même y avoir fréquemment recours.
- J'utilise beaucoup la verveine. On se sent très bien le soir avant de dormir.
- J'utilise parfois des produits à base d'aloe vera.
- Pour soigner, surtout la roquette.
- Chaque semaine, la presse en vante les mérites. Il y en a pour tous les maux et à tous les prix. Difficile de s'y retrouver. Qui dit naturel ne dit pas forcément sans danger. En caméra discrète, je me rends dans une pharmacie spécialisé en phytothérapie.
- Bonjour. Je cherche la reine des prés. On m'a dit que c'était pas mal pour les maux de tête.
- Le conseil est approximatif. Contre les douleurs musculaires, la vendeuse m'oriente vers des gélules. L'un des produits les plus chers du rayon. Lorsque je l'interroge sur la provenance de l'une des plantes, elle botte en touche. Nouvelle tentative dans ce magasin bio spécialisé. Première surprise, tout est en libre-service, y compris les produits à base de plantes. Je sollicite l'aide d'un vendeur. Je prétends être enceinte. Mais à y regarder de plus près, l'étiquette mentionne bien "déconseillé aux femmes enceintes". La vendeuse me propose aussi un jus à base de millepertuis et de la sauge. Pourtant, ces 2 plantes laxatives pourraient entraîner la perte Chaque année, les plantes sont responsables de 6000 intoxications en France.
- C.Brun : On s'imagine que, parce que ça provient de la nature, ça n'a aucun effet. Je dis que ça peut être dangereux, ce genre de choses. On peut passer à côté d'une pathologie plus importante.
- Pour cette personne, la prescription d'une plante doit être faite par un expert. Des consommateurs mal informés qui jouent aux botanistes et des industriels qui surfent sur la tendance. Sprays assainissants et plantes vendus à 20 euros, tous ces produits s'arrachent en boutique. Pour cet herboriste, c'est avant tout du business.
- M.Pierre: Les gélules rapportent beaucoup plus d'argent et sont plus faciles à vendre pour le public.
Contrairement à ce que l'on croit, la présentation sous forme de comprimé ou de gélule n'est pas plus efficace, puisqu'on met une quantité beaucoup moins importante de plantes. D'autre part, si, depuis des millénaires, on utilise des plantes en tisane, c'est bien parce que c'est la présentation la plus active pour l'organisme.
- Plus efficace et plus économique. Ce paquet de 200 g est l'équivalent d'une boîte de gélules. Privilégiez des plantes du terroir et si possible, de saison.
- Maya: On a reçu une petite phrase de Mina.
- Dr J.Labescat : "Qui a de la sauge dans son jardin n'a pas besoin de médecin", voici un autre proverbe. Le problème des plantes, c'est que le gouvernement de Vichy nous a plantés. A savoir que les 3 dernières lois qui restent concernent la suppression du diplôme d'herboriste.
- Thomas: C'est à cause de Vichy qu'il n'y a plus d'herboriste ?
- Dr J.Labescat: Oui. Il a pris les plantes à son nom et aujourd'hui, les plantes médicinales sont distribuées exclusivement en pharmacies. Les pharmaciens ne sont pas toujours des herboristes.
- Valérie: Il n'y a plus de diplôme. On en trouve encore quelques-uns qui marchent sur le vieux diplôme. Il faut faire très attention. Il y a la question de la traçabilité. A défaut d'herboristes, on se tourne vers les pharmaciens. Mais à condition qu'ils s'y connaissent un peu!
- Dr J.Labescat : Non seulement ils ne sont pas tous compétents, mais en plus, ils ont des produits finis. Ils ont des plantes qui arrivent et ne savent pas d'où elles viennent, comment elles ont été traitées. La plante, c'est un être vivant. Si on ne la ramasse pas à la bonne période lunaire, si on ne la traite pas bien ou si on ne l'irradie pas, on a des produits qui ne valent rien.
- Thomas : Il faut faire attention quand on les ramasse soi-même.
- J.Thiriet : Oui. Des directives européennes interdisent la vente de plantes médicinales sur les marchés. Mais la France a droit à une mesure particulière parce que c'est une vieille tradition. C'est un peu comme les champignons. Ramassez-les si vous les connaissez.
Ensuite, il faut les faire sécher. Il ne faut pas faire n'importe quoi avec les plantes.
- Maya : Et ce qu'on trouve sur Internet ?
- Dr J.Labescat : A éviter. On ne sait pas d'où ça vient. Il n'y a pas de conseil.
- J.Thiriet : Il y a quand même quelques sites... Le problème, c'est qu'il y a peu de jardins médicinaux et que nous serons devant le même problème que pour l'agroalimentaire. Je prends l'exemple de l'arthrose. 10 millions de gens souffrent d'arthrose en France. Ils vont prendre de l'harpagophytum. Mais où pousse-t-il? A un moment, on ne va pas réussir à fournir tout le monde. On a dit la même chose du soja. Il va falloir suivre tout cela et le tracer.
- Valérie: J'ai regardé des sites Internet, hier. Pour n'importe quelle plante, quand on tape sur Internet, on va avoir 30 sites. On a une telle offre! Comment peut-on savoir lesquelles sont bonnes, lesquelles sont tracées?
- Dr J.Labescat: Moi, je ne vais pas sur Internet pour acheter des plantes. A l'oeil, on voit déjà l'aspect de la plante. Si elle est complètement séchée, en poudre, on n'aura rien. Ensuite, il y a le conseil du professionnel. Si on va chez un pharmacien et qu'il nous parle de son fournisseur...
- Fabien: Il faut donc trouver le bon pharmacien.
- Thomas: Est-ce qu'il y a des risques à consommer certaines plantes ?
- Dr J.Labescat : Il y a déjà le risque que ça ne serve à rien. Sinon, il y a aussi des problèmes de toxicité. Si on les ramasse dans les pays de l'Est, où ils sont moins scrupuleux, voire en Chine... Les plantes chinoises, bonjour !
- Maya: Est-ce que sur une plante anodine comme le thym ou le romarin, on risque un surdosage?
- Dr J.Labescat : Le problème du thym, c'est que les feuilles ramassent tous les polluants. Mais ce n'est pas dangereux. Pourquoi des plantes plutôt que des médicaments ? Les plantes, c'est un ensemble. L'ortie blanche, par exemple, a 200 composants. L'écorce de saule...
- Thomas: Vous dites donc que c'est plus riche qu'un médicament ?
- Dr J.Labescat : Oui. En plus, il n'y a pas la notion de principes actifs qui peut être dangereuse.
Regardez le nombre de médicaments que l'on supprime chaque mois. On attaque actuellement la levure de riz rouge contre le cholestérol. Il y a tellement de médicaments à base de levure de riz rouge. On peut breveter un médicament avec une plante.
- Thomas : Les Français consomment énormément de médicaments. Est-ce la même chose pour les plantes ?
- J.Thiriet : On a des études qui sont ce qu'elles sont. Apparemment, 1 Français sur 2 se servirait des plantes. Je crois que 9/10, ça va être sur une population très précise, sur les femmes et sur les plus de 50 ans. C'est eux qui se méfient aujourd'hui des chimiothérapies à outrance ou de l'industrie pharmaceutique, dont on commence à connaître les effets secondaires. Ils ont aussi une vraie préoccupation. C'est ce qu'on appelle la médecine de la longévité, qui n'est pas prise en charge autrement que par les médecines complémentaires. Quand vous voyez un médecin et que vous lui dites que vous avez mal aux genoux parce que vous avez de l'arthrose et qu'il vous dit que c'est lié à l'âge, je vous conseille de changer de médecin.
- Dr J.Labescat : L'effet de mode, on s'en moque. Il y a toujours un effet de mode. Il y a 30 ans, quand je me suis installé, c'est moi qui proposais les plantes. Maintenant, on me les demande. On n'a pas trouvé de nouvel antibiotique depuis longtemps. Quand vous faites une analyse d'urine, on teste l'antibiogramme et on se demande quels médicaments vont être efficaces. L'efficacité de la lavande, du thym et d'un tas de plantes est bien plus grande que celle des médicaments.
- Maya: On a un SMS.
- Valérie: La phytothérapie, c'est l'utilisation de l'ensemble de la plante. La gemmothérapie, c'est la thérapie par les bourgeons et les jeunes pousses. La teneur en principes actifs est plus élevée.
- Thomas: Si vous avez un patient qui dit qu'il veut uniquement être soigné par les plantes, qu'est-ce que vous lui dites ?
- Dr J.Labescat : Je lui dis La médecine, au XXIe siècle, ce n'est pas une médecine de plantes. C'est une médecine dont les plantes font partie.
Je donne des traitements a la chimiothérapie, mais je ne remplacerai jamais
- Maya: La mise au point est claire. Vous donnez une dizaine de plantes incontournables dans une pharmacie Phyto.
- J.Thiriet : Il y a des petits contraintes avec les antihistaminiques. Pour se dérouiller, vous avez l'harpagophytum et le curcuma. Vous pouvez en mettre dans la cuisine, aussi.
- Dr J.Labescat: On l'utilisait déjà comme antioxydant, à l'époque, pour garder les poissons. Il y a eu beaucoup de brevets sur l'harpagophytum. Il y a plus de 20 composants, mais on arrive pas a connaître les composants actifs. Mais l'ensemble est actif.
- Maya : Pour sublimer les effets de ces plantes, que faut-il faire ?
- J.Thiriet : Des tisanes. Ce sont des plantes que vous allez macérer pendant 8 heures. Après, vous allez en prendre 2 ou 3 tasses par jour. Mais je ne veux pas me lancer dans la posologie.
- Dr J.Labescat : On peut prendre également des salades, comme la salade d'ortie. La soupe d'ortie... C'est contre les bouffées de chaleur. Il y a des moments dans la vie où les gens ont des troubles et ont du mal à trouver des réponses.
- Dr J.Labescat : La sauge, pas s'il y a un problème de sensibilité aux oestrogènes.
- Valérie: Il faut faire attention.
- Dr J.Labescat : On ne peut pas nous dire que les plantes, c'est du placebo, puisqu'il y a des contre-indications. Le millepertuis est contre-indiqué avec un certain nombre de médicaments.
- Valérie: Les anticoagulants, notamment.
- Gérard: Est-ce que les contre-indications sont notées sur l'emballage ?
- Dr J.Labescat : Non.
- Gérard: On est quasiment dans des produits pharmaceutiques. C'est étonnant qu'il n'y ait pas
- Dr J.Labescat : C'est là où le pharmacien doit donner un conseil. Il faut des herboristes vraiment motivés pour vous conseiller.
- J.Thiriet : Ensuite, il y a des reminéralisants.
- Maya : En soupe, en tisane, en salade, a chacun sa méthode pour se soigner grâce aux plantes. Certains conservent chez eux de nombreuses plantes pour soigner les maux du quotidien. D'autres se concentrent sur une seule.
- Chaque jour, c'est le même rituel. La cuisine d'Adeline déborde de plantes.
- J'en ai vraiment partout.
- Une tradition qu'elle a conservée de son enfance en Iran, pays des roses et du safran.
- J'allais cueillir quelques plantes. Autour de Téhéran, il y a de la montagne. En hiver, ma mère faisait beaucoup d'infusions a l'eucalyptus. Elle nous soignait toujours avec des plantes. Quand on était enrhumés, elle nous préparait des grands verres, des infusions. Si j'allais à l'école, à midi, rebelote.
- Avec ces recettes de grand-mère, d'autres ont bâti des empires. Un drôle de cérémonial vient de commencer, avec un massage très spécial et très végétal.
- On se sert du jus de raisin pour réhydrater vos cellules en profondeur. Il y a un pouvoir antioxydant, vous retrouvez de l'éclat.
- Une sensation de bien-être, de frais sur la peau.
- Vous n'avez pas envie de les manger, les raisins?
- Ce raisin est né dans le vignoble d'un grand cru bordelais.
- Issues d'une famille de viticulteurs, Alice et sa sœur développent toute une gamme de cosmétiques et de soins autour d'une seule plante millénaire, la vigne.
- C'est notre or.
- Avec une dose de marketing, elle décide de déposer le concept.
- Les gens ont l'impression qu'ils vont se baigner dans une cuve de vin, mais derrière, il y a des brevets et des choses scientifiquement prouvées. On va utiliser les pépins de raisin blanc parce qu'ils sont intacts et contiennent tous les principes actifs anti-âge.
- Ces soins n'ont aucune visée médicale. Qu'importe, Patrick est déjà converti aux bienfaits du raisin.
- J'ai fait une cure de vinothérapie.
- Cette citadine vient avant tout ici pour se faire plaisir et être dépaysée.
- On est entouré par la nature. Il y a de la lumière, même quand il ne fait pas beau. Les conditions sont réunies pour se détendre, mais aussi pour revenir tonique.
- Le spa s'adresse à une clientèle plutôt aisée. Comptez 100 euros par soin. 2014 s'annonce déjà comme un bon millésime.
- Thomas: Ça donne envie. Quand vous voyez ces produits à base de vin, de vigne, vous dites que c'est du pur marketing?
- Dr J.Labescat : Pas du tout. La vigne, plutôt les feuilles que les raisins, c'est très bien. Ce n'est pas du tout négatif. J'ai même fait un bouquin sur les vins de plantes. Des médicaments classiques peuvent entraîner des troubles digestifs au niveau du foie ou de l'intestin. Avec la plante, il va y avoir un effet drainant. Le millepertuis renforce l'effet de certains médicaments.
- Thomas: Nous avons une réaction d'un téléspectateur. Combien de temps se conserve une plante ?
- Dr J.Labescat : Il faut la ramasser dans de bonnes conditions, qu'elle ne soit pas humide. Ensuite, il faut s'en occuper. C'est un être vivant. Autrefois, les herboristes avaient des séchoirs. Il existe un conservatoire en botanique où on montre les séchoirs et comment ça se passe. C'est un métier.
- Maya : Ça, on le garde combien
- Dr J.Labescat : Quand ce sont des plantes en vrac, maximum 2 ans. Quand c'est en huile essentielle, il faut bien refermer le flacon et le mettre à l'abri de l'air et de la lumière. Les huiles essentielles, pas avant Et pas pour les femmes enceintes.
- Dr J.Labescat : En phytothérapie, je donne souvent des infusions de coquelicot aux enfants qui dorment mal. C'est mieux que le calvados dans le biberon! La camomille est utilisée régulièrement pour les maux Ça fait même partie du rituel d'endormissement. On va raconter la petite histoire a l'enfant, on lui donne une tisane à prendre.
- Thomas : Autre réaction.
- J.Thiriet : Je suis d'accord. Du thym et surtout, ceci.
- Maya : Quand on cueille soi-même les plantes, on peut les mélanger ?
- Dr J.Labescat : Ça ne risque rien. Il ne faut pas se tromper sur les plantes. La racine de gentiane peut être confondue avec le vérâtre blanc, qui est mortel. Il faut donc voir le pharmacien.
- Fabien : Il n'y a pas un site Internet qui répertorie tout ça ?
- Gérard : Il ne faut donc pas opposer cela aux médicaments. Si on a une espérance de vie de 90 ans, c'est aussi parce qu'on a des médicaments.
- J.Thiriet : Bien sûr. L'aspirine est à base de plantes.
- Dr J.Labescat : Le dernier médicament pour le cancer du sein, c'est de l'extrait d'if.
- J.Thiriet : C'est pour cela qu'on parle de médecines complémentaires. Elles fonctionnent toutes ensemble.
- Thomas : C'est le premier conseil que l'on peut donner. Voici les autres.
- Thomas : Evitez Internet, où l'on peut trouver tout et n'importe quoi. Merci à tous les 2 d'être venus aujourd'hui.

 

Présentation d'une transcription sur TéléScoop :
http://telescoop.tv/browse/737860/7/la-quotidienne.html

 


 

 

Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE             Retour ALIMENTATION - HYGIENISME    Retour TV SANTÉ            Retour TV_SAGESSES_BOUDDHISTES