Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL    

 

AMOURS HUMAINES - AMOURS COSMIQUES

 Par Rudolf Steiner

ANTHROPOSOPHIE

Cliquez ici

 

 

  

D'OU VIENT LA MALADIE ? Cliquez ici 

 

 

 

 

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Ce résumé de deux pages (Time new Roman, corps de 8), réalisé à partir à partir d’un livre de 38 pages

ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées 

ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte, pour ne pas alourdir le résumé.

Les parties surlignées et/ou en gras sont dues à l'auteur du résumé.

 Ce résumé ne reprend que très partiellement la présentation du livre original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans sa totalité.

Il est conseillé de compléter ce résumé par la lecture du  livre.

Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs 

pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Le résumé (2 pages) ne peut être qu'un aperçu de ce livre.

 

Vous pouvez commander ce livre, par exemple, à :  http://www.amazon.fr  ou http://www.alapage.com ou http://www.priceminister.com   

 

    

 

 

 
 

 AMOURS HUMAINES - AMOURS COSMIQUES - Résumé (2 pages) :

 

  

 

 

              AMOURS HUMAINES,    

                   AMOURS COSMIQUES

 

Par Rudolf Steiner (1912) & Simone Rihouët-Coroze (1969) ©2003 Editions Triades – F75014 Paris –  Les Cahiers de Triades - 38 pages

 

LA MISSION DE LA TERRE par Rudolf Steiner

La conférence de Rudolf Steiner, « La mission de la Terre », faite à Berlin le 14-05-1912, est extraite du cycle l’Homme terrestre et l’Homme cosmique (GA 133). Traduction de Raymond Burlotte.

 

Premier élément susceptible de détacher l’homme de son monde habituel et de l’amener, dans le monde sensible déjà, à voir le suprasensible :

… Tant que l’homme ne peut éprouver aucune surprise, aucun étonnement face aux phénomènes qui l’entourent, il ne fait que vivre au jour le jour, sans réfléchir, et ne s’interroge d’aucune manière sur le « pourquoi » des choses. Toute philosophie naît de l’étonnement

Les philosophes ont toujours cherché, en plus de ce qu’ils percevaient dans le monde sensible, un élément suprasensible, du moins avant que n’apparaisse le matérialisme…

L’âme se souvient de choses qu’elle a vécues avant d’entrer dans la vie terrestre, avant d’être liée à une existence sensorielle…

Si toute philosophie commence par l’étonnement, c’est parce que l’homme, avant d’être entré dans le monde sensible, a vécu dan un monde suprasensible, de telle sorte qu’à présent les choses sensibles ne correspondent pas à ce qu’il a perçu dans ce monde suprasensible…

 

Il existe un deuxième élément… C’est la compassion… Que nous puissions éprouver ce qui vit dans l’autre montre que l’on peut, dans le monde sensible déjà, sortir de soi et entrer dans d’autres êtres…

 

Il existe encore une troisième force qui permet à l’homme de dépasser ce que lui donne son corps physique. C’est la voix de la conscience

 

S’étonner, compatir et entendre la voix de sa conscience sont les trois forces grâce auxquelles l’homme s’élève au-dessus de lui-même et laisse briller en lui-même une lumière qui ne peut entrer dans son âme ni par la voie de l’entendement ni par celle des sens…

A notre époque, on ne se soucie guère de ce genre de mystères qui mettent en lumière le sens profond de l’existence…

Le sens de notre Terre est précisément que puisse apparaître ces trois facultés qui, sans cette phase de l’évolution, n’existeraient pas…

 

A notre époque de matérialisme, il est extrêmement difficile de se faire une idée juste de ce qu’est l’amour. Vous savez à quel point cette notion est faussée, caricaturée, parce que l’on confond l’idée d’amour avec celle de sexualité, avec laquelle elle n’a pourtant rien à faire.

Sur ce point, nos sociétés civilisées ne perdent pas seulement la raison ; elles s’écartent de ce qu’une pensée saine peut encore admettre ! A force de matérialisme, on ne tombe pas seulement dans l’illogisme et la déraison ; on atteint l’ignoble !

Le fait que, dans certaines circonstances, la sexualité peut s’adjoindre à l’amour entre l’homme et la femme ne justifie nullement que l’on confonde ces deux notions : l’amour qui élargit et englobe, et la sexualité dont le caractère est tout à fait spécifique…

 

Il existe… un fait qui met en évidence le caractère fondamental de l’idée d’amour et de compassion : cinq, six, sept siècles avant notre ère, des fondateurs de religions ou de grandes conceptions du monde apparaissent sur toute la Terre… Le trait commun est d’introduire partout les notions d’amour et de compassion… Tous professent.. . que l’amour et la compassion doivent régner parmi les âmes des hommes…

Les sentiments les plus élevés… sont l’amour et la compassion, et l’homme a pour tâche d’affiner toujours plus cette voix intérieure qui semble lui venir d’un autre monde…

Le Christ est lié à l’atmosphère spirituelle de la Terre… Le spirituel… est quelque chose qui dure. On ne peut pas en dire autant du physique, que ce soit pour les animaux, les plantes ou les minéraux…

 

Depuis le Mystère du Golgotha… tout ce qui peut vivre en les hommes lorsqu’ils s’étonnent, cela s’approche en fin de compte du Christ et participe à l’édification d’un corps astral pour l’impulsion du Christ.

Tout ce qui saisit les âmes humaines lorsqu’elles éprouvent de l’amour et de la compassion forme un corps éthérique pour l’impulsion du Christ.

Quant à la voix de la conscience qui parle aux hommes et oriente leur vie intérieure, elle donne à l’impulsion du Christ un corps physique, ou du moins ce qui lui correspond…

 

UNE FORME POUR L’AMOUR par Rudolf Steiner

La première école Waldorf fut ouverte par Rudolf Steiner et inaugurée par lui en septembre 1919…

Rudolf Steiner… dessina sur le cahier une forme pour l’amour. Ce fut celle-ci :

 

 

 

 

 

 

 

p. 1/2   - Amours humaines, Amours cosmiques

AMOURS HUMAINES, AMOURS COSMIQUES par Simone Rihouët-Coroze

L’article « Amours humaines, amours cosmiques »… a été publié dans la Revue Triades XVI n°4, été 1969.

 

LES MILLE VISAGES DE L’AMOUR

Le mot aimer,…  insigne ambiguïté… Dans le cas de la justice…  en anglais… mot love, en allemand de lieben, en espagnol de amar.  Et dans le cas de la salade,… l’anglais…  like, l’allemand gern haben, l’espagnol gustare… Le français n’a qu’un mot à tout faire…

L’AMOUR-CONSOMMATION 

… On appelle amour : une sorte d’avidité à l’égard de ce qui vous manque. On aime ce qu’on veut attirer à soi, prendre…

On n’aime pas l’autre pour l’être qu’il est, mais pour la chose qu’il signifie et dont on a besoin… L’amour faim aime pour se nourrir…

Cet appétit est le signe qu’il est en vie, qu’il attire à lui pour se sentir plus fort, tout simplement pour se sentir être. Cette contraction du vivant est le futur support de la conscience de soi… L’amour pourrait-il avoir pour origine cette soif d’exister, cet égocentrisme ?

L’AMOUR-EFFUSION

Mais on appelle aussi amour l’impulsion commune à tout ce qui respire, et qui est juste le contraire de la première…

L’amour qu’on ressent pour sa descendance a certes une tendance rayonnante que n’a pas l’amour-faim. Car assurer la continuité de l’existence reçue, aimer dans un être la lignée qui se propage au-delà de soi-même, c’est déjà de l’altruisme…

Les parents doivent surmonter les liens du sang pour découvrir chez leurs enfants la manifestation d’un esprit nouveau, s’ouvrir à cet esprit, même s’il ne vient pas d’eux, même s’il n’est pas conforme à ce qu’eux-mêmes avaient reçu et tendaient instinctivement à transmettre. Cette ouverture-là est la rude, mais véritable, « école des parents ». Ceux qui la font s’élève au niveau de l’amour-échange… Ainsi seulement se dépasse l’amour-instinct qui sinon resterait amour à sens unique, unissant le géniteur à sa progéniture…

L’AMOUR DU COUPLE

… L’union du couple peut se faire à tous les niveaux, celui des corps, des âmes, des esprits…

L’homme et la femme aspirent à s’unir d’amour, d’abord en prenant conscience de leur incomplétude. Ils sont poussés à échanger les dons que chacun peut apporter à l’autre. L’amour leur apparaît comme un désir, une nostalgie de ce qui pourra venir les parfaire. La force qui pousse l’un vers l’autre les deux sexes divisés n’est qu’une modalité de quelque chose de beaucoup plus grand, plus vaste : la tendance à se délivrer de toutes ces différenciations qui font de nous des êtres particuliers, fragmentés, afin de reconstituer l’unité perdue.

Peut-être est-ce par là que l’amour est si près de la mort. Peut-être est-ce aussi par là qu’il peut prendre une force de convergence i passionnée, devenir si exclusif qu’il ne permet plus à un être de vivre si l’aimé n’est plus là. « Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé… » car c’est à travers lui qu’on respirait. Hors de lui plus rien n’existe…

L’AMOUR-AMITIE

… Les âmes… peuvent offrir entre elles des caractères complémentaires. On impose parfois le mot d’amitié à l’amour entre les âmes qui ne comporte pas d’union charnelle. L’imprécision des mots révèle la confusion, car il s’agit bien de  la même force de recherche de complémentarité. Dans l’union de deux âmes qui s’appuient l’une sur l’autre, qu’on l’appelle amitié ou amour, c’est toujours cette même grande force qui tend à rejoindre la perfection, l’amour cosmique… Il quitte le passé pour entreprendre l’ascension de l’avenir…

L’AMOUR COMMUNAUTAIRE

A l’âge de l’adolescence, on peut ressentir une onde qui n’a pas d’objet précis, mais qui monte du cœur aux lèvres, torrentielle : j’aime… Quoi ? Qui ? Ce qui est beau, ce qui vit ! On cherche quelqu’un à préférer parmi ses camarades, à admirer parmi ses maîtres. S’il ne s’en trouve pas, on fait la découverte miraculeuse de la nature en une aspiration qui s’adresse à la mer, aux arbres, au monde entier, bien au-delà des préoccupations sexuelles, parfois même pour ne pas s’y laisser prendre quand on les a entrevues.

Cet immense besoin de communion, de communication, entraîne l’adolescent vers une vision de l’amour étrangère à l’égocentrisme. C’est une grâce d’état de la jeunesse… Ce germe est l’héritage du christianisme où qu’il apparaisse…

AMOUR COSMIQUE

… La création naît… d’un acte d’amour… Ce don est accueilli sous sa forme la plus primitive qui soit : celle d’un état de pure chaleur…

Manifestation de la vie… Vouloir cosmique… Ces trois forces : Amour, Vie, Vouloir, forment un tout, indissolublement lié en l’homme…

Image d’une future et nouvelle hiérarchie céleste qui sera la dixième… Son rôle sera d’actualiser la force… de la liberté, sans pourtant l’opposer à l’amour. Au contraire, elle devra unir amour et liberté… L’homme doit un jour être « comme les dieux »…

L’amour humain naît de l’isolement

… L’homme a la nostalgie du Paradis perdu… Pensée, sentiment, volonté, deviennent la proie des passions, de l’erreur, de l’ambition…

Avec le renforcement personnel du moi, le mal s’est ancré dans l’âme humaine, mais en même temps… la conscience du bien…

Le Christ incarne l’amour sans calcul, sans l’escompte d’un profit… C’est un dieu d’amour qui vient guérir, réparer, sauver…

La condition humaine dans l’état de division

Seuls des êtres qui souffrent d’être séparés peuvent prendre conscience qu’ils s’aiment… Cette division fut…le masculin et le féminin…

La division des sexes eut pour corollaire cosmique l’expulsion de la Lune… L’unité doit se scinder pour que chaque partie prenne conscience de sa particularité et cherche en connaissance de cause à reconstruire l’unité...

Dans la nature complexe de l’amour humain, cohabitent chaotiquement la nostalgie…, les désirs…, les aspirations…

Le moi est par nature totalitaire. Concentrique au début, il veut tout ; rayonnant quand il est « retourné », il peut tout…

Le don du Christ à l’homme terrestre avait été d’inoculer l’amour qui retourne le moi,… vers le don pur, l’acte libre, l’amour gratuit…

Gratuité de l’amour

Comment guérir de l’égoïsme en amour ? En méditant quelque peu sur l’amour gratuit.

Il n’est d’amour véritable que celui qui est donné à fond perdu, qui ne rapporte rien, même pas ce petit témoignage qu’on se donne à soi-même… Même l’acte d’amour qui n’attend sa compensation que dans une vie future n’est pas pur…

Il est dangereux de se livrer à l’amour gratuit sans être fortement équilibré par les deux autres forces-mères de l’âme humaine : la puissance (ou volonté) et la sagesse (ou connaissance)… Pour l’anthroposophie, l’intensification des forces de l’amour ne peut s’exercer que dans l’équilibre avec les autres fonctions de l’âme… « L’amour ne doit jamais oublier qu’il a pour sœur la sagesse. »…

L’amour – comme la liberté – sont les deux grandes espérances de l’humanité… Alors qu’elles végètent dans l’indifférence ou le mépris…

Conclusion

… La créature s’élève par ses propres forces… L’amour fut le premier mot de l’épopée humaine, et il en sera le dernier.

p. 2/2   - Amours humaines, Amours cosmiques

 

 

 

Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL