Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL    

LA CONSCIENCE DE L'INITIE par Rudolf Steiner

 LES VRAIS CHEMINS ET LES CHEMINS ERRONES DE L'INVESTIGATION SPIRITUELLE

ANTHROPOSOPHIE

Cliquez ici

 

 

  

D'OU VIENT LA MALADIE ? Cliquez ici 

 

 

 

 

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Ce résumé de dix pages (Time new Roman, corps de 9), réalisé à partir à partir d’un livre de 291 pages

ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées 

ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte, pour ne pas alourdir le résumé.

Les parties surlignées et/ou en gras sont dues à l'auteur du résumé.

 Ce résumé ne reprend que très partiellement la présentation du livre original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans sa totalité.

Il est conseillé de compléter ce résumé par la lecture du  livre.

Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs 

pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Le résumé (10 pages) ne peut être qu'un aperçu de ce livre.

 

Vous pouvez commander ce livre, par exemple, à :  http://www.amazon.fr  ou http://www.alapage.com ou http://www.priceminister.com   

 

      

 

 LA CONSCIENCE DE L'INITIE - Résumé (10 pages) :

 

 

 

LA CONSCIENCE DE L’INITIE

LES VRAIS CHEMINS ET LES CHEMINS ERRONES DE L’INVESTIGATION SPIRITUELLE

GA 243 - Par Rudolf Steiner, Torquay, 11 au 22 août 1924 ©1996 Editions Novalis – F 78360 Montesson – 291 pages

Traduit de la transcription, non revue par Rudolf Steiner, de conférences faites aux membres, par Geneviève Bideau

 

1ère  Conférence – LA NATURE EST LA GRANDE ILLUSION                                                

POURQUOI, AU FOND, RECHERCHONS-NOUS L’INVESTIGATION SPIRITUELLE ?

… Il n’existe nulle part d’élément physique qui n’ait d’une manière quelconque à l’arrière plan un élément spirituel, qui est l’acteur principal… Tout élément spirituel qui peut être trouvé quelque part est aussi à l’œuvre jusque dans le physique à un moment quelconque ou en un lieu quelconque…

Ce monde que nous voyons avec nos sens est la grande illusion, car la Maya est, on le sait, la grande illusion. Et si ce monde – c’est ainsi qu’on a ressenti les choses au cours de l’évolution de l’humanité – est la grande illusion, il faut que l’homme aille au-delà de cette grande illusion pour trouver la vraie réalité…

L’alliance de ces deux paroles – celle qui est venue d’Orient : « Le monde est Maya » et l’antique parole grecque : « Connais-toi toi-même » - fut la source d’où  jaillit pour toute l’humanité son aspiration à une connaissance spirituelle. Mais dans tous les anciens Mystères, l’aspiration à la vérité elle-même jaillissait aussi de ce double sentiment que le monde est en fait une illusion, que l’homme doit se connaître soi-même.

Mais c’est seulement dans la vie que l’on parvient à résoudre cette question ; ce n’est pas dans le penser, c’est au contraire dans le vouloir et en prenant pleinement sa place dans la réalité qui nous est immédiatement accessible, à nous les hommes…

 

LES VRAIS CHEMINS POUR ACCEDER A UN CONNAÎTRE QUI SOIT SPIRITUELLEMENT REEL

… L’art véritable doit être puisé au spirituel…

On savait, à l’intérieur même de ces Mystères : si l’on veut agir sur l’être humain, on n’a pas le droit de rester dans l’illusion, il faut se frayer un chemin jusqu’à la vérité du monde divin…

 

LA CONNAISSANCE DU MONDE DANS SA TOTALITE GRACE AU REGARD SPIRITUEL AU SEIN DES PHENOMENES PHYSIQUES

… IL faut que vienne maintenant un temps où l’on doit revenir de la connaissance universelle et admirable du monde extérieur à un nouveau savoir des Mystères…

 

2ème   Conférence – LES TROIS MONDES ET LEURS REFLETS                                             

 DIFFERENCES ENTRE LES ETATS DE CONSCIENCE DES TEMPS ANCIENS ET CEUX DES TEMPS MODERNES

... Pour la conscience moderne il est de la plus haute importance d’être éveillé lorsque le soleil brille dans le ciel, ou pendant un temps aussi long que le temps solaire, et d’être endormi pendant un temps aussi long que le temps de la nuit…

Les Chaldéens de l’Antiquité s’éveillaient dans la vingt et unième, vingt-deuxième année de leur vie, commençaient à regarder le monde en toute clarté et disaient : j’ai dormi jusqu’à la vingt et unième, vingt deuxième année de ma vie. Ils croyaient ensuite qu’ils vivaient dans un état de conscience éveillé jusqu’à la soixantaine et qu’ensuite, devenus des vieillards, ils allaient non, certes, s’endormir, mais entrer dans une vie plus clairement consciente. Aussi les vieillards étaient-ils considérés comme ceux qui étaient sages, comme ceux qui, avec la conscience qu’ils avaient acquise depuis la vingtième année, entraient maintenant dans le monde du sommeil, mai y devenaient extrêmement clairvoyants…

Aujourd’hui, on les [les anciens] considère comme de vieux croutons débiles…

 

L’IMAGINATION QUI, DANS LE RÊVE ACTUEL, CREE SUR LE MODE DE LA NATURE

… Dans l’image du rêve, nous percevons quelque chose qui est en fait interne à notre organisme propre….

Il y a dans le rêve une imagination qui crée sur le mode de la nature. Quelque chose d’extérieur s’exprime dans le rêve…

Les hommes peuvent rêver du monde supra-sensible en images sensibles de rêve.

Ainsi, à côté de la conscience éveillée habituelle, la conscience humaine d’aujourd’hui a le rêve. Et il faut bien dire en effet qu’avoir tendance à faire des rêves fait en réalité de nous des poètes…

On peut développer la conscience habituelle en faisant certains exercices de l’âme, on peut rendre plus actives toute la vie des pensées, la vie des sentiments, la vie de la volonté, toute la vie intérieure en s’adonnant à certaines représentations et aussi à des ensembles de mots, de sorte qu’on peut presque toucher du doigt les pensées, que les sentiments deviennent pour ainsi dire des êtres vivants.

Alors il se produit quelque chose qui est le début d’une initiation moderne…

Seul celui qui malgré son rêver diurne est aussi éveillé qu’un autre homme et peut cependant continuer à rêver pour la raison qu’il a rendu son penser et son ressentir beaucoup plus actifs que les autres hommes commence à devenir initié…

On commence à rêver d’autre chose tout autour de l’être humain, donc maintenant à rêver la vérité, à rêver l’aura et à voir en esprit le sens intérieur, spirituel des actions qui sont accomplies entre les hommes…

Cette autre façon de voir est particulièrement frappante lorsqu’on regarde des animaux, le monde animal…

Un monde tout nouveau vient s’ajouter aux animaux, si bien que pour chaque espèce animale, pour tous les lions, pour tous les tigres, pour toutes les espèces animales il y a quelque chose qui ressemble à un être humain…

Les animaux ont aussi en eux quelque chose comme les hommes, un élément d’âme, mais il ne se trouve pas dans le monde où l’homme a son élément d’âme…

L’animal laisse quelque chose en haut : son âme-genre, son âme-espèce et ne se promène sur terre qu’avec ce qui évolue sur quatre pattes. Nous traînons sur terre ce que les animaux laissent en haut…

p. 1/10  La conscience de l’initié

Il faut que nous éveillions notre conscience de rêve, alors nous pouvons plonger notre regard dans ce qui est encore présent dans le monde animal. Celui qui peut faire cela appelle alors ce deuxième monde, face au monde physique, le monde de l’âme ou le plan de l’âme, le plan astral face au plan physique…

 

COMMENT CONTINUER A AFFERMIR LA VIE DE L’ÂME

… Lorsqu’on a commencé par renforcer son penser et son ressentir, on peut alors faire le vide dans sa conscience tout à fait à volonté et on reste éveillé. On ne fait que ce que l’on eut faire de par sa volonté, on est éveillé de par sa libre volonté. On ne s’endort pas. Mais on n’a plus le monde des sens en face de soi. On n’a plus ses pensées et souvenirs habituels en soi. On a fait le vide dans sa conscience. Mais alors un vrai monde spirituel entre aussitôt dans cette conscience vide…

Nous sommes entourés d’un monde spirituel quand nous avons commencé par rendre notre conscience éveillée et vide.

Nous percevons tout ce tapis du monde des plantes, nous le laissons agir sur notre âme

Maintenant nous savons que c’est le monde des plantes. Il n’est absolument pas sur la Terre, il est au-dehors dans le cosmos, il est empli de forces et sublime et puissant et grand. Et qu’est-ce donc, ce que nous avons vu en bas, de jour, dans le tapis végétal coloré, qu’est-ce donc ? C’est l’image reflétée de ce qui est là-haut.

Et nous le savons maintenant, le cosmos avec sa vie de formes en mouvement, avec sa vie de formes constituées d’êtres, il se reflète sur la Terre. A sa surface, celle-ci est un miroir. Lorsque nous nous regardons dans un miroir, nous savons que ce n’est qu’une image reflétée de nous-mêmes. Nous sommes là. Nous nos reflétons tels que nous sommes dans une orme extérieure…

En tant qu’homme, je porte en moi le monde physique, le monde astral, le monde spirituel.

Voir clairement cela, se fondre dans la nature en s’élevant vers les cieux, se fondre en l’homme jusque là où les cieux s’ouvrent en lui, cela signifie s’élever à la recherche de l’esprit.

 

3ème   Conférence – FORME ET SUBSTANTIALITE DU MINERAL EN RAPPORT AVEC LES ETATS DE CONSCIENCE DE L’HOMME                                                                                                          

L’ESSENCE DES MINERAUX CRISTALLISES

… Les cristaux, les cristaux minéraux deviennent un merveilleux objet de recherche et d’observation pour celui qui veut précisément pénétrer dans les mondes supérieurs…

Dans chaque cristal isolé qui a une structure parfaite de tous côtés on peut voir un monde en réduction…

Chacun de ces cristaux naît de la façon que j’ai décrite et il nous faut nous dire : donc il existe des courants cosmiques faits de bien des façons, en réalité autant de mondes de l’espace ; il n’existe pas un monde, il existe autant de mondes de l’espace que de cristaux qui constituent la Terre…

En tant qu’hommes, nous nos trouvons ici sur terre et nous nous disons : dans le terrestre se rencontrent les actes de nombreux mondes… Dans les cristaux, nous voyons les dieux…

Il faut que… l’homme puisse à chaque cristal qu’il regarde voir en outre la présence et l’agir d’un Dieu dans l’univers. Alors ce n’est pas la tête qui s’emplit de pensées seulement, c’est l’âme humaine tout entière qui s’emplit de contenu cosmique…

L’anthroposophie est là pour emplir l’homme tout entier d’illumination au sujet de l’univers, de vénération et d’adoration de l’univers. Il faut que l’homme célèbre en son âme ce que j’aimerais appeler un culte intérieur qui élit demeure dans tous les objets et tous les processus du monde. Et il faut que ce culte-là devienne connaissance.

 

SUBSTANTIALITE ET METALLITE DU MONDE MINERAL

… On n’a jamais besoin dans la vie de plus de confiance en soi, de plus de courage intérieur qu’à l’instant où la charge de plomb de ses propres égoïsmes – car les péchés sont toujours des égoïsmes – pèse sur l’âme face au monde minéral cristallisé…

Si l’on garde courage, si l’on se dit : une goutte du divin repose en toi, tu ne peux pas sombrer, tu es d’essence divine ; quand cela devient pour vous une expérience, et non seulement une théorie, on reçoit le courage d’avoir la volonté de garder maintenant la verticale et de continuer…

Lorsqu’on éprouve intérieurement un fort sentiment de douleur, si bien que l’on se ressent intérieurement plus fortement que dans la vie normale – la douleur est, on le sait, une intensification du sentiment intérieur – on n’est de nouveau pas dans un état de conscience habituel. Dans la vie terrestre habituelle entre la naissance et la mort, on a une sorte d’état de conscience intermédiaire. C’est dans cet état de conscience qu’il faut se maintenir. Quand cet état de conscience devient trop ténu, on s’évanouit. Lorsqu’il devient trop épais, trop dense, trop conscient en soi-même, vient la douleur ; la dissolution dans le néant, qui est le propre de l’évanouissement, la compression dans la douleur sont les déviations de la conscience dans les deux directions…

Nous pouvons dire ceci : l’or agit sur le cœur de l’homme… L’or a sur l’homme interne une action infiniment harmonisante, équilibrante…

Mais maintenant on est dans le monde astral par le fait qu’on s’est concentré sur la métallité du fer…

Le chemin de l’or au fer est le chemin qui vous fait entrer dans l’univers…

Ce qui est situé dans le larynx (fer : rouge) vit au-dehors dans l’univers. Et encore plus loin au-dehors vit ce qui est situé au-dessus des yeux dans la tête (étain)…

Et tout en haut, là où se trouve la conscience du plomb, où nous atteignons jusqu’à Saturne, notre tête ne sait rien du feuilleton que nous écrivons, nous l’écrivons avec le cœur…

 

QUITTER LA CONSCIENCE DE L’ESPACE POUR ENTRER DANS LA CONSCIENCE DU TEMPS

… Nous pouvons nous concentrer sur la métallité du cuivre, pour ainsi dire nous fondre dans le cuivre, devenir entièrement cuivre dans la vie de notre âme, nous perdre dans la couleur, dans la consistance, dans cette striure superficielle caractéristique du cuivre, bref, dans tout ce que l’on peut éprouver en son âme au contact de la métallité du cuivre…

p. 2/10  La conscience de l’initié

Cela rayonne alors, depuis ce point qui se trouve au-dessous du cœur, dans tout le corps. On sent ainsi un deuxième corps en soi-même, un deuxième homme

Lorsqu’on sort de son corps avec ce deuxième homme que je viens de décrire, on peut continuer à suivre l’âme qui a franchi la porte de la mort…

Ainsi nous avons maintenant la conscience habituelle du jour dans le cœur (I), une deuxième forme de conscience dans le larynx (II), une troisième forme de conscience dans la région des yeux (III), une quatrième forme de conscience dans la tête, en haut (IV) qui déjà fait entièrement pénétrer dans le cosmos, puis une cinquième forme de conscience qui cette fois ne conduit pas au-dehors dans les mondes de l’espace, mais fait remonter dans les temps passés…

Vous le voyez, se plonger dans d’autres états de conscience, c’est tout ce qui importe…

C’est le secret de l’investigation d’autres mondes que l’homme lui-même devient autre dans sa conscience. Car ce n’est pas en se livrant à des élucubrations ou des recherches avec les mêmes moyens que ceux que l’on a dans la vie habituelle que l’on pénètre dans d’autres mondes, mais par la métamorphose, par la transformation de la conscience en d’autres formes de conscience.

 

4ème   Conférence – LE MYSTERE DE L’INVESTIGATION D’AUTRES MONDES PAR LA METAMORPHOSE DE LA CONSCIENCE                                                                                                                         

LE LIEN ENTRE LA METALLITE ET D’AUTRES ETATS DE CONSCIENCE DE L’HOMME

… De même que nous sommes aujourd’hui conscients que ce n’est pas nous qui faisons le rouge de la rose, mais que la rose fait sur nous une impression, de même les ho hommes des temps anciens étaient au clair sur le fait que les pensées viennent des choses et entrent en l’homme, qu’elles entrent sous forme d’inspiration.

En ces anciens temps l’homme pouvait, grâce à sa corporéité différente, développer une sensibilité très fine à l’égard de ce qui se passait en lui…

Aujourd’hui la seule voie juste consiste en ce que l’homme se familiarise en son âme, comme je l’ai décrit hier, avec la nature, l’essence du cuivre ; il faut qu’il acquière une sensation très précise de la couleur du cuivre lorsqu’on le trouve quelque part…

Quand l’être humain acquiert un sentiment de cette façon, ce sentiment sur lequel il médite alors, sur lequel il se concentre agit de façon juste sur l’homme moderne.

Et là, vous pouvez dire : Oui, mais tu as écrit ton livre, Comment parvient-on à des connaissances sur les mondes supérieurs ?... Il y est décrit de quelle façon l’on doit se plonger dans la nature des cristaux, des plantes et ainsi de suite. On y indique des exercices, par exemple des exercices de confiance ensoi, des exercices de concentration sur des contenus tout à fait précis. A vrai dire, ils coïncident avec ce que je viens d’exposer sur la nature du cuivre. On ne dit pas que l’on doive avoir devant soi la nature du cuivre, mais on dit : essaie donc de prendre un contenu simple quelconque et concentre-toi chaque matin et chaque soir sur ce contenu. Cela signifie en fait – mais c’est seulement exprimé en d’autres termes – se concentrer sur la nature du cuivre. On indique alors seulement sous l’aspect du contenu de l’âme ce que l’on pourrait aussi indiquer en se référant à la métallité.

Si je dis à quelqu’un : il importe que tu te concentres sur un contenu précis de l’âme, par exemple : « La sagesse rayonne dans la lumière » chaque matin et chaque soir, cela agit en son âme s’il le fait vraiment. Et cela agit tout autant que si je lui avais dit : apprends à connaître la nature du cuivre sous tous ses aspects et concentre-toi sur le cuivre…

On est malade de l’estomac parce que l’on est trop avec les morts…

Si l’on prescrit à cet homme du cuivre à un dosage approprié, il évite désormais pour son propre salut davantage la région des morts, alors qu’il séjourne de plus en plus dans la région des morts. C’est le côté spirituel de la guérison…

Aujourd’hui, c’est la substance morale qui relève du domaine de l’évolution de l’âme ; la substance physique relève du médecin…

 

MODIFICATIONS DE LA POSITION DE L’HOMME VIS-A-VIS DE LA CONNAISSANCE AU COURS DE L’HISTOIRE

… La nature était un grand et puissant être spirituel qui a déployé partout son action : là où les pierres se sont formées dans la montagne, là où les plantes sont sorties du sol et ont poussé, là où les étoiles ont resplendi ans le ciel. Partout se mouvait un être immensément grand…

La déesse Nature est en tout cela, vivante et mouvante. Une déesse, un être spirituel divin, dont on savait qu’on ne peut le connaître dans son essence que si l’on sait le contempler

 

IMAGES DES TEMPS ANCIENS

… Essayons de placer devant notre âme une image des Mystères éphésiens, des Mystères d’Ephèse, dans lesquels également, on le sait, Héraclite l’obscur a encore été initié lui aussi…

Ressens que tu es toi-même tout un monde qui est plus mystérieux, plus grandiose, même s’il est plus petit du point de vue de l’espace, que l’univers que tu embrasses du regard depuis la terre jusqu’aux étoiles. Ressens cela ! Ressens-toi en tant qu’homme comme un monde qui a une plus grande plénitude que le monde que tu vois avec tes yeux, que tu embrasses de tes pensées. Ressens le monde en toi à l’intérieur de ta peau. Puis ressens comment, à partir de ton monde tu regardes maintenant le monde qui va de la Terre aux étoiles. Ensuite tu seras enveloppé par le sommeil… Tu seras alors hors de ton corps…

L’illusion, c’est la façon dont on voit cela… La façon dont tu regardes, cela, c’est l’illusion…

Et ainsi, en ces temps anciens, l’élève apprenait du maître, le maître de l’élève…

Les chemins qui mènent à la spiritualité humaine et à la spiritualité du cosmos, nous ne les comprenons que si nous ne nous contentons pas de caractériser les différents états de conscience que l’homme eut atteindre, mais si nous regardons comment ces états de conscience se sont peu à peu métamorphosés au cours de l’évolution de l’humanité, si nous regardons à quel point étaient différentes les connaissances qui vivaient dans les entretiens qu’avaient ceux qui sortaient du temple d’Ephèse…

p. 3/10  La conscience de l’initié

5ème   Conférence –  L’ANIMATION INTERNE DE L’ÂME PAR LES PROPRIETES DU METALLIQUE                                                         

L’ETAT-CUIVRE  DE L’HOMME

… En tant qu’homme, par le fait que tes sens sont implantés dans ton corps, tu es en relation intime avec ce deuxième monde.

Et de tout temps on a nommé ce deuxième monde – nous pouvons garder cette expression – le monde des éléments. Au sein de ce monde, cela n’a pas de sens de parler d’oxygène, d’hydrogène, d’azote, etc. Nous pouvons en parler entre la naissance et la mort. Au sein de ce monde seul a un sens de parler des éléments : la terre, l’eau, l’air, le feu et la lumière, etc…

Et c’est ainsi qu’on passe d’une légalité purement arbitraire du monde à une réalité douée d’êtres où au lieu de parvenir à des lois de la nature en unissant l’expérience et la réflexion, on éprouve des sentiments à l’égard d’êtres d’un autre monde qui vous communiquent des connaissances, parce qu’ils savent des choses que doivent encore apprendre les hommes que nous sommes…

Le cerveau est pour le monde spirituel l’organe le moins important qui soit. Aussi faut-il mettre le cerveau hors circuit dès que l’on veut entrer ne serait-ce que dans le premier monde qui jouxte notre monde. Il faut mettre le cerveau hors circuit. Et avec ce cerveau hors-circuit, il faut aussitôt vivre cette fois-ci dans les sens, mais après avoir imprimé dans les sens cet élément spirituel que l’on a éveillé ; alors on arrive à l’imagination

On sait aussi que la plongée dans des états de vie plus profonds est liée au développement d’états de conscience spirituels plus élevés que ceux que nous avons dans la vie habituelle…

Nos sens, qui se trouvent à la surface de notre corps voient ce monde élémentaire…

Un monde est là, d’une tout autre nature. Je l’efface avec mon cerveau et je regarde le monde qui, précisément, est le monde connu de l’être humain, celui de la conscience habituelle. Et il existe effectivement pour l’homme moderne cette méditation dont j’ai parlé hier…

 

LE MYSTERE DU MERCURE

… Développer pour ainsi dire une vie intérieure en affinité avec la métallité en un sens moral fait partie pour l’homme d’aujourd’hui de la véritable évolution spirituelle…

Le mercure n’est qu’une partie de ce qu’on appelle en science de l’esprit très généralement le mercuriel ; le métallique-liquide, tout ce qui est métallique-liquide, c’est le mercuriel, à ceci près que dans l’état de la nature où nous nous trouvons il n’y a précisément que le seul métal vif-argent qui soit métallique-liquide, et de ce fait mercuriel…

Son action sur l’homme est telle qu’il met très généralement hors-circuit en l’homme les actions qui s’exercent sur lui depuis le monde physique et même depuis le monde que je viens de décrire, le monde élémentaire…

Le cuivre, le fer font passer l’être humain dans ce deuxième monde…

Le corps astral de l’homme est pour ainsi dire incité à ne s’intéresser en l’homme qu’aux organes qui sont formés à partir du monde des astres. Aussi, dès que la conscience de l’homme se concentre sur la métallité du mercure, sur les propriétés du mercure, sur le liquide-métallique, sur ce qu’il y a dans le mercuriel de singulièrement intangible et pourtant apparenté à l’être humain, celui-ci se trouve empli intérieurement d’un troisième homme cette fois

Ce n’est pas au premier chef quelque chose que l’on puisse décrire comme merveilleux et agréable, car l’être humain a le sentiment de n’avoir pour ainsi dire pas de cerveau, pas d’organe des sens, mais c’est comme si tout était en mouvement et en agitation en lui, comme si cela le démangeait et fourmillait partout, comme s’il y avait à l’intérieur un remuement et une activité, une circulation et une vie en tous sens. Tout est alors soudain en nous dans une agitation interne, en liaison avec une agitation à l’extérieur…

Sous l’influence du vif-argent, sous l’impulsion du vif-argent, l’être humain ne ressent pas son cerveau ; c’est un trou. C’est aussi une bonne chose pour la perception du monde spirituel ; le cerveau n’st là d’aucune utilité…

Dans ce mouvement où circulent l’air, la vapeur, la fumée, il y a précisément des entités spirituelles. La nature divine dont Brunetto Latini parle encore avec tant de vie, s’est retournée…

Maintenant, elle se retourne et on a au-dessous de soi le terrestre et l’élémentaire, au-dessus de soi le monde des astres

Mais les astres ne sont pas des astres comme nous les avons vus lorsque nous étions sur terre et que nous les voyions de nos yeux, les astres s’avèrent être des colonies d’entités spirituelles. Nous sommes derechef dans le monde que je vous ai décrit, que je vous ai déjà décrit comme ayant été suscité en l’homme par son affinité avec la métallité de l’étain. Car entre le mercure et l’étai il y a une affinité interne dans la direction indiquée…

C’est effectivement le mystère du mercure que le mercure emporte l’homme hors du monde où il se trouve – le monde physique sensible – qu’il l’introduit dans le monde où il se trouve entre la mort et une nouvelle naissance, parce que le vif-argent, le mercure, a une parenté interne avec ce qui en l’être humain n’est pas du tout de cette Terre, mais est introduit à partir du monde où nous vivons entre la mort et une nouvelle naissance. La circulation de nos humeurs, ce dont nous avons maintenant la sensation, cela n’est pas de ce monde, cela est déterminé et introduit à partir du monde que nous parcourons entre la mort et une nouvelle naissance…

Nous vivons dans la circulation de nos humeurs qui est cependant liée à la circulation des humeurs du cosmos tout entier…

Mais si l’on pénètre maintenant plus en profondeur, on découvre que s’y mêle ce que l’on appelle le karma, ce que l’on appelle l’épreuve du destin…

Ainsi, tout est dans le monde lié l’un à l’autre, tissé l’un dans l’autre. Le physique n’est que l’illusion, une illusion physique. Le spirituel n’est que pour le physique une illusion, une illusion abstraite. En vérité, le physique est tissé dans le spirituel, le spirituel tissé dans le physique…, lorsqu’ils s’en sont détachés, les organes qui ne peuvent se former qu’à partir du monde spirituel…

Je me trouve donc devant un malade dont la circulation des humeurs s’est détachée du monde spirituel… Le mercure agit sur l'organisme humain de façon à remettre en contact avec le monde spirituel. Ainsi vous voyez quelle relation dangereuse, aimerais-je dire, mais en même temps évidemment nécessaire existe entre la connaissance des états de conscience de l’homme et la connaissance des maladies. Il y a des liens entre les deux…

p. 4/10  La conscience de l’initié

Nous sommes bien au point de l’évolution de l’humanité où, parce que les anciennes traditions issues de la clairvoyance originelle ont peu à peu disparu, il faut trouver le spirituel de façon nouvelle.

 

LE MYSTERE DE L’ARGENT

… Si l’on peut dire que derrière le cuivre  se trouve l’impulsion cosmique qui fait surgir magiquement en l’être humain ce premier homme supérieur ; que derrière le mercure se trouve une deuxième force cosmique qui fait surgir magiquement un deuxième homme qui est lié au monde des astres, et de ce fait au monde spirituel où nous vivons entre la mort et une novelle naissance, il faut dire de la métallité de l’argent encore tout autre chose…

Par le fait qu’il intensifie sa relation à l’argent, l’être humain se met directement en contact avec les forces, les impulsions qui agissent depuis les vies terrestres précédentes…

Quand l’être humain se concentre sur les propriétés particulières de l’argent – ce qui dure longtemps jusqu’à ce que ce soit efficace - … de la chaleur est présente dans la circulation du sang…

En ce qui, dans le sang, anime de son impulsion de la juste façon notre vie sous forme de chaleur est agissant ce qui envoie sa force depuis les vies terrestres précédentes…

Celui qui est en mesure de regarder l’argent de la juste façon sait que l’argent est le signe extérieur des cycles de la vie humaine sur terre. Aussi le mystère de l’argent est-il lié à la reproduction, à tous les mystères qui se rapportent à la reproduction, pour la bonne raison que l’homme conduit par la reproduction son être jusque dans ses vies terrestres précédentes…

Alors naissent des maladies dont nous pouvons dire qu’elles sont là par le fait que tout ce qui est en relation avec notre chaleur sanguine est coupé de ce à quoi il devrait en réalité être lié, coupé des vies terrestres antérieures.

Qu’est-ce que la fièvre ? La fièvre, quand on l’appréhende sous son aspect spirituel, est le résultat de fait que l’organisation humaine se détache de l’insertion normale dans les vies terrestres antérieures qui continuent à agir…

Ainsi l’étude d’une réalité comme la métallité de l’argent, qui s’avère être une sorte de remède merveilleux précisément dans toutes les affections qui ont d’une façon ou d’une autre des origines karmiques, le mystère de l’argent nous conduit en profondeur dans d’autres mystères du monde et nous avons avec cette étude épuisé à peu près les métallités qui seraient à mentionner en ce qui concerne d’autres états de conscience de l’homme…

 

6ème   Conférence –  CONNAISSANCES ACQUISES PAR L’INTUITION                                

LA VEILLE DIURNE ET LA CONSCIENCE DE RÊVE

… Ce que l’on nomme connaissance acquise par l’initiation tient au fait que par les différents états de conscience sont créés des connaissances du monde. Nous voulons aujourd’hui nous représenter comment l’homme peut être en relation avec le monde par ces différents états de conscience…

L’état de conscience de rêve où l’homme ne fait aujourd’hui l’expérience que de souvenirs de la vie de veille ou aussi de petites irruptions de la vie spirituelle…

L’homme… pote en lui premièrement son corps physique… C’est le premier membre de la nature humaine…

Comme deuxième membre, l’homme a un corps éthérique, le corps des forces organisatrices…

Ensuite, l’homme a dans son organisation un troisième membre… nous le nommons corps astral

Ainsi, on peut dire : L’homme porte en soi son corps physique, il est perceptible par les sens.

L’homme porte en soi son corps éthérique ; il est perceptible par l’imagination, il est perceptible par les forces que nous pouvons acquérir, de la façon qui a été décrite, par la méditation, par la concentration.

Mais lorsqu’avec toutes ces forces nous voulons appréhender l’être humain, nous ne percevons de son corps astral que le vide, un néant spatial, une sorte de trou… C’est seulement lorsque… on arrive à la conscience de veille vide, lorsqu’on est donc capable de se placer face au monde dans un état totalement éveillé, lorsqu’on ne perçoit rien de sensible, lorsque se taisent même le penser et les souvenirs, et lorsque cependant on perçoit un monde, que ce vide se remplit que nous savons que nous avons en nous dans ce vide la première réalité spirituelle, le corps astral de l’être humain.

Un autre membre de l’organisation humaine est le moi proprement dit. Nous ne percevons ce moi que lorsque la conscience vide est encore beaucoup plus développée. Or celui qui rêve se trouve dans la situation qu’il a d’un côté, séparés, dans le lit le corps physique et le corps éthérique ou corps de forces formatrices ; de l’autre côté, séparés, le corps astral et le moi sont dans le monde spirituel

Précisément grâce à cet entraînement de l’âme dont je vous ai parlé dans mes livres, des organes – des yeux de l’âme, des oreilles de l’âme, etc. – peuvent venir dans le corps astral et dans l’organisation du moi. L’être humain peut parvenir à ce but par un entraînement, par des exercices. Alors apparaît justement en lui la possibilité de voir dans le monde spirituel grâce à la vision de l’initiation

Grâce à la méditation et la concentration et parce qu’il a développé la conscience vide, il a la possibilité d’avoir des yeux de l’âme, des oreilles de l’âme. Maintenant, il ne perçoit pas ce qui se passe en lui, mais ce qui se passe à l’extérieur dans le monde spirituel. A la place des rêves apparaissent des perceptions du monde spirituel. Si bien que nous pouvons dire : la conscience de rêve est un  reflet chaotique de perceptions spirituelles

Quand on entre dans le monde de l’imagination, dans la vision du spirituel, on est constamment obligé de combattre contre les rêves qui veulent se manifester…

Et seules la patience, la ténacité peuvent vaincre ce qui se manifeste là sous la forme d’un dur combat intérieur…

Une attitude intérieure extraordinairement forte, sensée est nécessaire à celui qui est vraiment candidat à l’nitiation…

Si l’on veut vraiment s’approcher du monde spirituel, il est d’un côté nécessaire de pouvoir éprouver un véritable enthousiasme à l’idée d’entrer dans le monde spirituel… D’un autre côté, cela peut induire à ce que l’on verse dans le fantastique, à ce que l’on se représente toutes sortes de choses possibles sous forme fantastique. Il faut donc d’un côté avoir la disposition qui pourrait vous conduire jusqu’aux sommets les plus élevés de l’imagination débridée, si l’on se laissait aller ; d’un autre côté, il faut unir le sens de l’objectivité à ce qui est activité intérieure, mobilité intérieure…

p. 5/10  La conscience de l’initié

Le corps n’est pas seulement corporel, le corps est imprégné de spiritualité…

Le rêve fait toujours surgir du spirituel, même si c’est justement très souvent le spirituel qui se trouve dans le corporel ; c’est ce qu’il faut discerner…

 

LES ÂGES DE LA VIE, ORGANES D’APPREHENSION

Le troisième état par lequel l’homme passe aujourd’hui dans la vie habituelle est l’état de sommeil sans rêves.

L’homme est dans le monde spirituel uniquement dans son moi et dans son corps astral. Mais il n’a pas d’organes. Il ne peut rien percevoir. Tout est ténèbres autour de lui. Il dort. C’est cela l’existence de sommeil : vivre dans le moi et dans le corps astral, sans que l’on puisse percevoir le monde riche, le monde majestueux qui est tout autour…

Il dort à tout ce qui est spirituel. Tel est l’homme dans la conscience de sommeil sans rêves… Il perçoit spirituellement…

On ne peut pas rendre l’homme apte à voir le spirituel par des mesures extérieures. On peut seulement le rendre apte à cela par le fait qu’il organise véritablement son être intérieur qui est d’ordinaire inorganisé…

Les âges de la vie sont… devenus des organes d’appréhension différenciés… Les âges de la vie sont des organes… Lorsqu’ils échangent avec vous dans la langue de la vie de l’esprit, ils ne peuvent vous expliquer que la sagesse, la spiritualité  intérieure qu’ils viennent d’acquérir à l’instant même. Et alors on se rend compte que l’on peut apprendre d’eux beaucoup, beaucoup de choses. Mais l fut prendre ce que disent ces esprits en leur faisant totalement confiance. Il faut l’apprendre d’eux…

 

LES SPHERES DES ASTRES INSEREES LES UNES DANS LES AUTRES

… Lorsqu’on se glisse dans un autre état de conscience et que l’on peut faire par exemple la chose suivante :  diriger son regard sur ce que l’on a vécu avec le premier état de conscience qui peut suivre le mort, diriger son regards vers ce que l’on a vécu depuis la naissance jusqu’à la septième année, jusqu’au changement de dentition et qui  est entré dans l’état de l’inspiration, si bien que c’est devenu une force intérieure de voyance – alors, on voit un autre monde autour de soi… Cet autre monde est celui que l’on peut appeler la sphère de la Lune (dessin, blanc)...

Ainsi on pénètre du regard dans cette sphère de la Lune, lorsqu’on regarde avec la force de ce que vous donnent les sept premières années de la vie…

Et lorsqu’ensuite les expériences de la deuxième période de vie, entre le changement de dentition et la puberté, deviennent force inspirative, on fait l’expérience de la sphère de mercure (rouge)… Ceci, donc (blanc), vient de la force du début de la vie jusqu’à la septième année de la vie ; ceci ici (rouge), vint de la force de la septième à la quatorzième année de la vie…

Et lorsqu’ensuite on atteint la puberté, que l’on traverse la période de la vie qui va de la quatorzième année de la vie, alors on entre par la vie dans la sphère de vénus

Puis… les expériences que l’on vit entre la vingt et unième et la quarante-deuxième année, alors on se sait à l’intérieur de la sphère solaire

Et de même, si l’on peut jeter un regard rétrospectif sur la vie jusqu’à la quarante-neuvième année, se révèlent les mystères de Mars.

Si l’on peut jeter un regard rétrospectif sur la vie jusqu’à la cinquante-sixième année, se révèlent les mystères de Jupiter<.

Les mystères de Saturne… se révèlent lorsqu’on peut jeter un regard rétrospectif sur ce qui se passe de la cinquante-sixième à la soixante-troisième année…

Nous sommes plongés avec la Terre à l’intérieur des sphères qui s’insèrent les unes dans les autres. Sept sphères sont insérées les unes dans les autres et dans notre croissance nous entrons au cours de la vie dans ces sphères insérées les unes dans les autres, nous sommes liés à elles…

Lorsque nous sommes arrivés à Saturne, nous avons traversé toutes les expériences dont la sphère des planètes, ou plutôt les êtres de la sphère des planètes nous ont fait la grâce de nous doter et nous recevons alors, si l’on exprime cela au sens occulte, la vie qui nous est offerte en cadeau, où nous nous mouvons librement dans le cosmos, qui du point de vue de l’initié jette un regard rétrospectif sur la vie des planètes et qui peut d’une certaine façon être émancipée de ce qui à des âges antérieurs constitue encore des nécessités…

 

 7ème   Conférence –  CONNAISSANCES DES ASTRES                                                                                                                        

LES ARRIERE-PLANS SPIRITUELS DU DEVENIR HISTORIQUE DE L’HUMANITE ET SES DIFFERENTES QUALITES DE MANIFESTATION

Nous avons vu que l’homme, par le fait que dans la vision spirituelle il perçoit dans leur ensemble et domine du regard les différentes périodes de sa vie, parvient à l’inspiration ; grâce à celle-ci, il est en mesure d’élever par degrés sa conscience jusqu’à ce que peut lui dire le monde des astres, ce monde des astres qu’il faut naturellement concevoir comme une expression, une manifestation d’entités purement spirituelles et de faits purement spirituels…

Il nous faut entrer de plus en plus dans époque spirituelle…

A l’époque où nous sommes entrés en tant qu’hommes dans les années soixante-dix du siècle passé, ce sont essentiellement les forces spirituelles provenant du Soleil qui doivent devenir dominantes en tout, dans la vie physique des hommes, dans la vie psychique des homes, dans la vie scientifique, dans la vie artistique, dans la vie religieuse. Ce que le Soleil a à dire au monde, ce que le Soleil a à faire dans le monde, cela doit à notre époque se répandre toujours davantage…

A vrai dire, le Soleil… c’est une somme d’êtres spirituels. Et les principales entités spirituelles… se groupent autour d’un certain être que… nous pouvons nommer l’entité de Michaël. Michaël agit à partir du Soleil. Et ce que le Soleil a à donner au monde, on peut aussi l’appeler ce que Michaël avec les siens a à donner au monde.

Cette époque-là fut donc précédée de l’époque que j’ai décrite de la façon indiquée. Ce n’étaient pas alors les forces du Soleil qui impulsaient la vie des hommes, le savoir des hommes, l’agir des hommes, non, c’étaient les forces de la Lune. Ce sont elles qui, pour l’époque qui prit fin dans les années soixante-dix du siècle précédent et qui durait depuis trois siècles, ce sont elles qui avaient à donner l’impulsion pour toutes choses.

p. 6/10  La conscience de l’initié

Et là encore, les entités déterminantes qui exerçaient alors leur influence considérable sur l’évolution de la Terre et de l’humanité étaient groupées autour d’un être qui, de nouveau selon une ancienne dénomination, peut être appelé Gabriel

 A notre époque, ce sont les adultes qui sont particulièrement importants pour la direction cosmique du monde tout entier…

Cela donne précisément à cette époque qui remonte du XVe au IXe siècle la coloration particulière pour la connaissance issue de l’initiation ; là nous remontons à une époque où Mercure donne les principales forces d’impulsions pour la Terre et l’humanité.

Et l’être autour duquel tout se groupe peut ici encore être désigné d’un nom ancien, celui de Raphaël : Raphaël à cette époque qui a précédé la Renaissance…

Et là, il est en particulier très important d’aller rencontrer les êtres qui à cette époque-là – l’époque de Raphaël – ont été liés à la connaissance de la nature…

 

LES ENTITES LUNAIRES

… Raphaël lui-même, qui ne s’est jamais incarné dans un corps physique, reste à l’arrière-plan…

Ce sont ces êtres imposants, qui sont aujourd’hui en permanence les habitants de la sphère lunaire, qui viennent surtout à votre rencontre et les âmes humaines passent davantage à l’arrière-plan…

Nous savons en effet – vous pouvez le lire dans ma Science de l’occulte dans ses grandes lignes – que la lune elle-même en tant que corps cosmique fut un jour liée à la Terre et s’est ensuite séparée de la Terre. Ces entités ont accompagné cette séparation de la Lune…

Elles s’intéressaient de façon tout à fait extraordinaire aux mouvements qui étaient faits.

Mais il s’y ajouta alors ce qui venait là de la Terre et ce qui est resté, mais que l’homme z=ensuite remarqua moins. Et cela fait toutes sortes de choses, voyez-vous ; il y a donc là en premier lieu, si j’y ajoute tout de suite ce que je viens d’expliquer, ce qui rayonne de l’homme sous forme de mouvements.

Donc des mouvements rayonnant de l’homme, c’est ce qui peut être particulièrement sujet à conversation avec ces entités… [Mouvements émanant de l’homme]

Donc un rayonnement de liquide, un rayonnement de liquide à travers la peau, c’est ce qui était particulièrement important et essentiel à l’époque de ces entités… [Rayonnements cutanés du liquide]

La troisième chose à laquelle ces entités sont particulièrement réceptives, c’est l’expiration cutanée, donc l’élément gazeux que fait rayonner l’être humain à partir de lui-même… [Rayonnements cutanés de l’aérien]

En quatrième lieu vient le rayonnement de chaleur… [Rayonnement de chaleur]

A cela s’ajoute encore en cinquième lieu le rayonnement de lumière qui existe aussi tout à fait. Tout être humain est lumineux, rayonne de la lumière non seulement par son aura, mais aussi par son organisme physique et par son organisme éthérique… [Rayonnement de lumière]

Il existe ensuite une sixième forme de rayonnement, c’est le rayonnement de forces chimique. Il n’est effectivement présent sur terre à une échelle conséquente que dans de rares cas… Donc quand des hommes deviennent conscients de leurs rayonnements chimiques et s’en servent, il se fait sur terre de la magie noire. [Rayonnement de forces chimiques (magie noire)]

La septième sorte de rayonnement est tout simplement le rayonnement spirituel de la vie elle-même… [Rayonnement vital]

Ces êtres lunaires peuvent toujours compter et travailler avec les forces qui se trouvent dans ce rayonnement chimique. Mais seulement quand il y a la pleine Lune, quand la Lune est éclairée par le Soleil et qu’ils peuvent entrer dans le champ de la clarté du Soleil, alors, sous l’action de la lumière du Soleil, ils peuvent compter avec le rayonnement de vie.

Et ce rayonnement de la vie, voyez-vous, c’est lui qui doit entrer dans notre époque, car c’est quelque chose de bon, par opposition à tout ce qui est à rejeter ; car il faut que peu à peu cette maîtrise du rayonnement de vie, du rayonnement vital soit lié à toutes les impulsions qui doivent être données à l’époque de Michaël.

C’est ceci qu’il faut principalement apprendre : ne pas agir de façon morte avec ce qui vient du monde spirituel, mais agir de façon immédiatement vivante avec ce qui vient du monde spirituel

 

LES NATURES MEDIUMNIQUES ET LEURS RAYONNEMENTS

… Etant donné le développement de l’intérêt que certains êtres lunaires prennent aux mouvements que font les hommes lorsqu’ils écrivent, lorsqu’ils dessinent aussi, qu’à cet intérêt qui apparaît aussi au regard spirituel sur ces êtres, prennent de l’intérêt cette fois pour leur part certains êtres élémentaires du monde spirituel. Des êtres élémentaires qui sont inférieurs aux êtres lunaires, qui ne s’incarne du reste jamais sur terre, mais qui vivent néanmoins précisément à l’état d’êtres spirituels-éthériques dans le monde limitrophe dont j’ai parlé….

Il y a certaines personnes qui, lorsqu’elles écrivent, ou encore pensent, ou même ressentent, sont profondément plongées dans leur corps éthérique. Tout ce qui est dans leur corps éthérique participe et s’exprime aussi fortement dans le corps physique. Et chez ces personnes il se produit qu’elles refoulent entièrement ce qui est dans leur moi et que s’anime dans leur corps astral, éthérique ou physique, une imitation de l’écriture, du dessin. Ce sont les médiums…

Ces entités elles aussi entrent dans des hommes dont la conscience supérieure est atténuée et qui ont une certaine force d’expérience artistique qui vit dans leur corps éthérique, dans leur corps astral, qu’ils font ensuite passer de ce fait dans les rayonnements qui émanent d’eux…

Je vous ai dit… dans ma Science de l’occulte que la Lune fut dans le passé unie à la Terre. Mais il y a beaucoup de forces que la Lune n’a pas entraînées avec elle… Beaucoup d’entre elles sont restées sur la Terre et imprègnent maintenant…

Donc lorsqu’on travaille ici sur terre avec des forces de la Lune, avec des forces qui en fait ne font pas partie des forces normales des minéraux, des plantes, des animaux et des hommes, on peut avec ces forces lunaires entrer de façon indue directement dans le domaine où l’on rencontre des entités qui en tant qu’êtres élémentaires peuvent apprendre bien des choses des êtres lunaires, mais comme je vous l’ai indiqué, d’une façon qui ne convient pas à notre monde…

p. 7/10  La conscience de l’initié

8ème   Conférence –                                                                                                                                                                                       

LES POSSIBILITES DE DEVIATION DANS LA RECHERCHE SPIRITUELLE : LES ESPRITS ELEMENTAIRES AHRIMANIENS

… Dans cette sphère [la sphère de Raphaël], on apprend avant tout à connaître les forces de guérison de la nature humaine…

Toutes les plantes qui, dans l’une quelconque de leurs parties, aspirent de l’astral du cosmos deviennent vénéneuses…

Notre corps astral porte en lui des forces qui, lorsqu’elles entrent dans la plante, se présentent sous forme de poison. – Et c’est ainsi que l’on doit aussi concevoir le poison. On ne parvient à une connaissance intérieure du poison que parce qu’on sait qu’en tant qu’homme on a normalement en soi dans son corps astral les forces de tous les poisons qui existent, car cela fait partie de l’essence de l’être humain…

Toutes les plantes qui, dans l’une quelconque de leurs parties, aspirent de l’astral du cosmos devient vénéneuses…

Notre corps astral porte en lui des forces qui, lorsqu’elles entrent dans la plante, se présentent sous forme de poison…

Et il en est ainsi de toutes les plantes vénéneuses. Elles s’approprient ce qu’en tant que plantes elles ne sont pas censées avoir, mais qui est pour la première fois légitime chez l’animal…

Au milieu de nous se trouvent des entités qui sont chargées dans le plan cosmique d’emporter dans l’avenir tout ce que les hommes ne peuvent pas eux-mêmes emporter d’une vie terrestre dans l’autre…. Ces entités ont dû se servir d’autres entités qui leur furent étrangères pendant longtemps, qui ont suivi une toute autre évolution que les êtres spirituels qui nous sont liés.

J’ai appelé dans mes livres ces autres entités qui ont traversé une toute autre évolution les entités ahrimaniennes… Ce sont des entités qui peuvent donc comprendre par leurs forces cosmiques ahrimaniennes un dispositif particulier de notre époque présente, par exemple la construction d’une auto, et qui emportent dans des temps futurs ce qui a été acquis dans la civilisation de l’humanité et que l’homme ne peut emporter d’une incarnation à l’autre…

 

LA POSSESSION

Nous pouvons maintenant, à l’aide des représentations que nous avons acquises de cette façon, caractériser ce qu’est en réalité un homme médiumnique. Il nous faut naturellement distinguer entre un homme médiumnique au sens le plus large du terme et ce que l’on appelle un médium au sens propre du terme…

Dans le monde physique, nous sommes un médium pour notre propre esprit. Donc, si l’on prend ce terme de médium au sens le plus large, on pourrait dire de tout être qu’il est d’une certaine façon un médium…

Un homme médiumnique est un homme qui a développé certaines parties du cerveau de façon à ce qu’elles puissent être mises hors circuit de l’ensemble de son entité. Si bien que chez un médium précisément les parties du cerveau qui soutiennent particulièrement l’activité du moi ne sont à certains moments pas là pour servir de fondement à cette activité du moi…

De ce fait, certaines entités du type de celles que je viens de caractériser prennent l’envie de se couler dans ces parties du cerveau à la place du moi humain… Cet homme est alors pour ce temps porteur non pas d’un moi humain, mais d’un être élémentaire qui néglige son devoir dans le cosmos….

La compréhension de ces manifestations spirituelles est impossible lorsqu’on ne connaît ces entités que dans un monde dont elles ne font pas du tout partie. C’est ce qu’il y a de trompeur, d’illusoire au plus haut point dans tout ce qui entre dans le monde par la conscience médiumnique : ceux qui rencontrent ces entités ne savent pas de quelle nature sont en fait ces entités…

Mais de ce fait elles dépouillent l’homme en majeure partie de sa tâche d’avenir…

 

LE MYSTERE INTERIEUR DE L’ETRE MEDIUMNIQUE

… Mais au fond, le danger que ce monde de l’esprit s’introduise d’une façon semblable  à ce que nous avons décrit pour la belladone existe chaque fois que l’état de conscience, c’est-à-dire la présence active du moi est réprimée en l’homme, que l’homme est donc dans un état d’engourdissement proche de la perte de connaissance ou qu’il perd effectivement connaissance.

Chaque fois que la conscience de l’homme est atténuée, non par le sommeil normal, mais par quelque chose d’autre, le danger existe que s’ouvre alors une fenêtre accessible au monde que j’ai décrit ici…

 

9ème   Conférence – LES CHEMINS ANORMAUX POUR ENTRER DANS LE MONDE SPIRITUEL ET LEUR METAMORPHOSE                                                                                                                                 

L’UTILISATION DE REPRESENTATIONS SCIENTIFIQUES POUR LE CHEMIN DE CONNAISSANCE

… L’état de médium est toujours un état de somnambule…

Ces grands instructeurs [spirituels originels de l’humanité allant et venant parmi les hommes] de l’humanité se sont retirés sur la Lune, on ne peut les trouver aujourd’hui que dans la sphère lunaire, ils ont mis là-bas à leur service toutes sortes d’êtres qui ne sont jamais venus sur terre, ils vivent parmi ces êtres élémentaires et agissent sur l’homme en particulier lorsqu’il a franchi la porte de la mort en lui expliquant comment il doit se comporter en accord avec son karma. C’est aussi à ces êtres que l’on a affaire lorsqu’on veut tout d’abord pénétrer dans le monde spirituel…

Certes, les processus dont on fait l’expérience dans le rêve sont dans le corps astral, qui est encore à l’extérieur du corps physique et du corps éthérique ; mais pour la conscience habituelle, seul le moi peut faire une expérience dans le rêve. Chez l’initié, le moi fait une expérience, et surtout le corps astral… L’initié fait aussi une expérience avec son corps astral…

Il y a toujours pour l’homme un danger à vouloir pénétrer dans ces mondes. Car dans ces mondes, l’initié a par exemple, quand il plonge avec la connaissance imaginative dans ce qui est d’ordinaire rempli par les rêves, aussitôt le sentiment qu’il perd le monde, que sa conscience se perd pour ainsi dire dans le vide…

C’est pour que ce ne soit pas le cas qu’existent les exercices décrits dans mon livre Comment parvient-on à des connaissances des mondes supérieurs ?...

p. 8/10  La conscience de l’initié

SURMONTER LA CARRICATURE DES METHODES SCIENTIFIQUES DANS L’ETUDE DU MEDIUMNISME ET DU SOMNAMBULISME

En fait, l’état opposé de façon polaire à l’état de rêve est l’état de somnambulisme ou de médiumnisme. Le rêveur vit entièrement dans son moi et son corps astral, en dehors de son corps physique et de son corps éthérique… Donc le dormeur plonge pour ainsi dire dans sa propre entité et, de ce fait, dans le monde. C’est exactement l’inverse qui est le cas chez le médium et le somnambule…

Le médium, le somnambule ne peuvent pas se soucier de leur corps physique et de leur cops éthérique. Ils sont pour ainsi dire un territoire abandonné…

Si l’on étudiait de près les phénomènes, on verrait qu’on n’a dans le médium et le somnambule que quelque chose d’extérieur, un automate du corps physique et éthérique, qu’en fait on n’étudie pas du tout le spirituel, mais que ce que l’on veut étudier a quitté ce que l’on a devant soi….

 

L’ART, UN PONT QUI MENE DE LA MATIERE A L’ESPRIT

Il faut laisser le monde physique être le monde physique et chercher le spirituel là où il est, certes aussi là où se trouve le monde physique, mais précisément dans les sphères qui pénètrent de toutes parts le monde physique et qui sont spirituelles…

Dans l’art ce qui était perceptible extérieurement par les sens est spiritualisé, imprégné des impulsions du monde spirituel ; ce qui est perceptible intérieurement en l’âme est représenté sous une forme corporelle extérieure… Les Drames-Mystères naquirent. L’eurythmie naquit. L’art de la parole fut développé…

L’art de la parole, tel qu’il est pratiqué par Marie Steiner, doit être de nouveau amené au niveau qu’il a eu un jour lorsque les hommes étaient doués d’une spiritualité instinctive. A cette  époque-là, quand on parlait, le rythme, la mesure avaient plus d’importance que l’expression abstraite extérieure sous forme de mots. Et en eurythmie on reconquiert l’être de mouvement en l’homme qui se déploie devant nous, tel qu’est l’homme en tant qu’entité d’âme et d’esprit.

On peut… voir dans les phénomènes du somnambulisme… ce qui procède en réalité chez le malade du fait que son moi et son corps astral se sont d’une façon quelconque retirés de manière anormale d’un organe ou de l’organisme tout entier et que de ce fait le malade tombe sous certaines influences spirituelles…

 

10ème   Conférence – LES INFLUENCES DU COSMOS EXTRA-TERRESTRE SUR LA CONSCIENCE HUMAINE  

ACTIONS DU SOLEIL ET ACTIONS DE LA LUNE

Pour entrer dans le monde de l’esprit, il existe, comme je l’ai montré hier, deux chemins anormaux, apparaissant sous une forme pathologique, d’un côté le chemin de l’approfondissement mystique intérieur, par lequel on se trouve tout à coup dans les profondeurs du monde du rêve, de l’autre côté, le chemin qui, aimerais-je dire, sous une forme scientifique caricaturale passe davantage par les phénomènes qui se présentent extérieurement chez les somnambules, chez les médiums ; j’ai montré que ces deux chemins doivent être pris et prolongés de façon féconde si l’on veut que la connaissance de l’initiation voie réellement le jour

Vous pouvez bien sûr voir facilement que parmi tout ce qui agit sur les humains, outre les actions de la Terre, ce sont les actions du Soleil et les actions de la Lune qui sont prédominantes…

Les actions du Soleil font surgir magiquement toute la végétation. Les actions du Soleil sont nécessaires pour tout ce qui est animal, mais aussi pour tout ce qui en l’homme est physique et éthérique…

Le charme de la Lune stimule l’imagination créatrice, non seulement chez les amoureux qui aiment régler leurs affaires d’amour à la lumière de la Lune, mais chez les hommes de la connaissance aussi, on pressent que les actions de la Lune s’exercent sur la Terre, même si elles sont d’une toute autre nature…

L’homme d’aujourd’hui vit pour ainsi dire sous l’influence de la Terre, de la Lune et du Soleil…

Si nous regardons comment l’être humain se trouve pendant le sommeil – le corps physique et le corps éthérique sont séparés du corps astral et du moi – nous trouvons que dans ce que l’être humain a dégagé de son corps physique et de son corps éthérique, dans son corps astral et dans son moi, il conserve avec soin intérieurement, entre l’endormissement et le réveil, les actions du Soleil

A l’instant où le sommeil nous fait entrer dans l’autre état, la lumière du Soleil, visible pour l’œil spirituel, commence à briller dans notre moi et notre corps astral. Nous avons alors entre l’endormissement et le réveil le Soleil en nous

Quant aux actions de la Lune, et peu importe qu’il s’agisse de la nouvelle Lune ou de la pleine Lune – car cela change les actions, mais elles sont présentes lors de toutes les phases de la Lune -, elles arrivent sur l’homme de l’extérieur et s’étendent sur le corps physique et le corps éthérique. Si bien que nous avons ceci… : dans le corps physique et éthérique pendant le sommeil des actions du Soleil venant du moi et du corps astral ; des actions de la Lune depuis l’extérieur sur le corps physique et le corps éthérique…

Pendant la veille, c’est l’inverse. Lorsque nous nous éveillons, nous portons à l’intérieur, tout à fait à l’intérieur les actions de la Lune en nous et les actions du Soleil viennent de l’extérieur…

Dans le moi de l’homme et dans le corps astral vit le Soleil pendant le sommeil et la Lune pendant la veille. Dans le corps physique et le corps éthérique vit le Soleil pendant la veille, la Lune pendant le sommeil…

 

L’APPREHENSION VIVANTE DE LA SPHERE DE LA LUNE, POINT DE DEPART D’UN CHEMIN D’INITIE

… Ce qui doit absolument apparaître lorsqu’on acquiert la conscience de l’initié : fermeté et tenue intérieures afin que ce qui veut sortir reste en vous et qu’on garde lié à la conscience tout à fait habituelle, objective que l’on a dans son corps physique. Mais il faut lutter constamment pour que ce deuxième homme qui s’est formé par le renforcement de la qualité lunaire en ne vous fausse pas compagnie

On sait que l’on introduit la nuit dans le jour par sa propre âme…

Ainsi la totale conscience, la maîtrise intérieure du fait dans lequel on entre par son expérience sont l’élément déterminant, pas le phénomène en soi, pas le fait en soi, mais la façon dont on y entre par l’expérience…

p. 9/10  La conscience de l’initié

Autre chose se produit. Dans ce ciel nocturne de l’esprit, Mercure luit maintenant d’une faible et merveilleuse lumière… De ce crépuscule scintillant et de ce scintillement crépusculaire où Mercure vient à votre rencontre sort cette entité que l’on désigne comme l’être divin Mercure… On a absolument besoin de lui, sinon la confusion s’installe…

Le mystique habituel se plonge en son être intérieur…

C’est seulement si tu sais que tu introduis magiquement la nuit intérieure dans le jour extérieur que tu trouveras le monde spirituel véritable, réel

Tout ce qui n’éveille pas la conscience dans le monde spirituel, mais qui continue d’avancer dans le sommeil et ne veut étudier que les effets comme l’occultisme extérieur, est sur un chemin erroné. Tout ce qui, en entrant dans le monde spirituel, aborde le monde spirituel comme une réalité, mais une réalité spirituelle, est sur un sentier juste

L’homme perçoit les actions de la Lune comme si elles étaient extérieures. Il fait entrer magiquement la nuit dans le jour. Et au lieu que pour celui qui observe habituellement le ciel la nuit, la totalité du ciel soit aussitôt uniformément brillante d’étoiles, du point de vue spirituel, l’astre Mercure se lève le premier. Et si, en suivant le chemin que j’ai décrit dans Comment parvient-on à des connaissances des mondes supérieurs ?, on est arrivé à former des imaginations, si on est parvenu à de véritables imaginations, on rencontre précisément dans ce monde de la Lune pendant le jour le mode des imaginations en tant que réalité.

Mais tandis que l’on entre dans les actions de Mercure, ces imaginations viennent se fondre dans leurs entités…

Et ainsi vous prenez conscience des actions de Mercure pendant que votre monde de vision débouche sur un monde vrai de perception du spirituel. Ceci ne peut être atteint de façon juste qu’avec une totale présence d’esprit, il faut sans cesse le rappeler.

Et ensuite, quand l’homme poursuit ses méditations, qu’il continue de fortifier son être intérieur et le rend de plus en plus actif, il atteint, outre l’action de Mercure, l’action de Vénus… On attend jusqu’au moment où vient à vous la sphère du Soleil…

Si l’homme ne se rend pas compte que, quand il sort de lui-même d’une façon ou d’une autre, il entre dans le cosmos et que le cosmos devient spirituel devant son regard spirituel, il est alors sur un chemin erroné…

 

L’APPREHENSION DE L’ORGANISME HUMAIN EN IMAGINATIONS

… Nous pouvons nous occuper autant que nous voulons de médiums et de faits scientifiques extérieurs, le monde spirituel s’y manifeste ; mais il ne s’exprime pas sur ce qu’il est en réalité…

Par le fait que ces organes se montrent en l’esprit, ce n’est plus seulement l’être humain terrestre qui est là, non, c’est l’homme qui englobe tout le cosmos…

De même que la sphère de la Lune a été précédemment introduite magiquement dans la conscience diurne habituelle, de même la sphère de Saturne est introduite magiquement maintenant dans la conscience scientifique et l’on se rend compte que les forces de Saturne agissent en chaque organe de façon particulière : les forces de Saturne agissent le plus fortement dans le foie, par exemple, assez faiblement dans les poumons, extrêmement peu dans la tête. On perçoit donc le but que l’on peut exprimer de la façon suivante : il te faut chercher Saturne absolument partout. Et de même qu’on a précédemment pénétré plus avant par la méditation, on pénètre maintenant, parce qu’on vit de plus en plus la vie dans cette quête de Saturne, de la structure spirituelle interne en chaque organe, on pénètre maintenant dans la sphère de Jupiter et on apprend à discerner que chaque organe est en réalité l’image terrestre d’un être spirituel-divin

Songez que tout cela, ce sont des effets qui vivent tout d’abord pour ainsi dire in statu nascendi, qui sont là, mais qui, tout en étant là, disparaissent aussitôt de nouveau. Si bien qu’il est certes facile de les appréhender ; mais il est impossible de les décrire, de les retenir, de leur donner une quelconque forme conceptuelle et imagée lorsqu’on est exposé à ce qui est ici le danger [à savoir] que tout ce que je vous ai raconté apparaît et de nouveau s’évanouit devant la conscience si bien qu’on ne parvient absolument pas à le regarder…

Entre dans le monde de la sphère de Saturne et Jupiter ce que l’on peut appeler la sphère de Mars. A partir de ce moment-là, les choses commencent à parler. A partir de ce moment-là, les choses deviennent manifestes par ‘inspiration'

 

11ème   Conférence – QU’EN EST-IL DE LA COMPREHENSION DE LA RECHERCHE SPIRITUELLE ?        

DEUX POSSIBILITES DE RECHERCHES

… Sur Terre l’homme n’étend la vie de son âme jusqu’au monde où il vit entre la mort et une nouvelle naissance que pendant le sommeil sans rêves où tout dans l’âme est sombre et obscur autour de lui et où il mène une vie dont il ne garde habituellement aucun souvenir…

Le chemin le plus sain pour pénétrer réellement dans le monde de l’esprit commence par la lecture ou une autre façon de recevoir ce qui est dit au sujet du monde de l’esprit…

 

NAISSNCE ET MORT ET LE MAL

… On devient méchant par les organes isolés. C’est dans les organes que réside la possibilité du mal…

Et comprendre est alors le meilleur moyen d’entrer soi-même dans le monde de l’esprit, comprendre et méditer sur ce dans quoi on est lorsque l’on comprend. Les autres règles de méditation sont alors des soutiens supplémentaires. Mais tel est pour l’homme d’aujourd’hui le juste chemin pour entrer dans le monde de l’esprit…

 

LA MANIFESTATION DU CELESTE DANS LE TERRESTRE PAR L’ART

… Tout sommet de l’évolution artistique humaine représente un élément dans le sensible, ou élève, pourrait-on dire, le sensible jusqu’à la sphère du spirituel…

Du point de vue artistique, le musical est l’avenir de l’humanité, y compris tout le musical qui peut exister par ailleurs dans les arts de la parole… Et il se peut qu’un jour – cela dépend seulement des hommes – l’impulsion du Christ se présente sous sa véritable forme jusque dans la manifestation extérieure, précisément dans l’élément musical…                                          

p. 10/10  La conscience de l’initié

 

 

Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL