Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL    

L'INITIATION 

 ou COMMENT PARVIENT-ON A DES CONNAISSANCES DES MONDES SUPERIEURS ?

ANTHROPOSOPHIE

Cliquez ici

 

 

  

D'OU VIENT LA MALADIE ? Cliquez ici 

 

 

 

 

L'INITIATION

 

ou COMMENT PARVIENT-ON A DES CONNAISSANCES DES MONDES SUPERIEURS ?

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Ce condensé d'une page et ce résumé de 7 pages, réalisé à partir à partir d’un livre

ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées 

ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte, pour ne pas alourdir le résumé.

Les parties surlignées en gras sont dues à l'auteur du résumé.

 Ce résumé ne reprend que très partiellement la présentation du livre original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans sa totalité.

Il est conseillé de compléter ce résumé par la lecture du  livre : L'INITIATION

Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs 

pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Le résumé (7 pages) ne peut être qu'un aperçu de ce livre.

 

Vous pouvez commander ce livre, par exemple, à :  http://www.amazon.fr  ou http://www.alapage.com ou http://www.priceminister.com   

 

    

 

 Remarque : Livre à télécharger gratuitement   

Une version du livre "COMMENT ACQUERIR DES CONNAISSANCES SUR LES MONDES SUPERIEURS (L'INITIATION)" par Rudolf Steiner, peut être téléchargée à partir du site suivant :

http://users.skynet.be/etc/ZipFiles/Initiation_RS.pdf

 

 

 

L'INITIATION ou

COMMENT PARVIENT-ON A DES CONNAISSANCES DES MONDES SUPERIEURS ?

   

 L’INITIATION ou COMMENT PARVIENT-ON À DES CONNAISSANCES DES MONDES SUPERIEURS ?

CONDENSE (1 page)

Par Rudolf Steiner, 1904  © 1993 Editions Novalis – F - 78360 Montesson

 

1 – COMMENT PARVIENT-ON A DES CONNAISSANCES DES MONDES SUPERIEURS ?

* CONDITIONS :

Une certaine disposition fondamentale de l’âme doit constituer le commencement. Le chercheur en occultisme appelle cette disposition fondamentale le sentier de la vénération, de la dévotion à l’égard de la vérité et de la connaissance.

Celui qui est totalement immergé dans la civilisation, entièrement tournée vers l’extérieur, de notre époque a beaucoup de mal à pénétrer jusqu’à la connaissance des mondes supérieurs.

L’élève en science occulte est incité à créer dans sa vie des moments où, dans le silence et la solitude, il se plonge en lui-même…

* LE CALME INTERIEUR

3ème loi : « Oriente chacun de tes actes, chacune de tes paroles de façon à ce qu’il ne soit empiété de ton fait sur la libre décision volontaire d’aucun être humain ».

- Ménage-toi des instants de calme intérieur et apprends pendant ces instants à discerner l’essentiel de l’inessentiel…

L’expérience que vit l’autre ou son acte, on les observe seulement.

    Ce à quoi il faut tendre dans ces instants d’isolement, c’est alors de regarder, de juger ses propres expériences

et actes comme si on ne les avait pas soi-même vécus ou faits, mais que ce soit un autre.

    Cette méditation est le moyen d’accéder à la connaissance suprasensible…

2 – LES DEGRES DE L’INITIATION

    * LA PREPARATION

    La préparation consiste en une façon très précise de cultiver la vie du sentiment et de la pensée

    Ce qui importe est de diriger son attention sur les deux, dans un parfait équilibre intérieur…

    L’on parvient ainsi à un stade où l’on écoute les paroles d’autrui de façon entièrement dépourvue d’égoïsme, en mettant totalement entre parenthèses sa personne propre, son opinion et sa manière de ressentir.

    * L’ILLUMINATION

    Observer d’une façon bien précise divers êtres de la nature, à savoir, par exemple, une pierre transparente, de belle forme (un cristal), une plante et un animal.

    Veillez à accroître sans cesse son sentiment de compassion à l’égard du monde des humains et des animaux, son sens de la beauté de la nature…

* LE CONTROLE DES PENSEES ET DES SENTIMENTS

Le courage et la confiance en soi sont deux flambeaux qu’il ne faut pas laisser s’éteindre sur le chemin  de la science

REGLE : Sache garder le silence à propos de tes visions spirituelles. Bien plus, sache même garder le silence à ce sujet vis-à-vis de toi-même…

3 – L’INITIATION

On apprend à « garder le silence », mais au sujet de tout autre chose…

] « Breuvage de l’oubli » : agir sans se laisser constamment déranger par la mémoire inférieure.

] « Breuvage du souvenir » : faculté d’avoir constamment présents à l’esprit les mystères supérieurs…

Il doit avoir constamment une totale confiance dans le présent immédiat. Il doit pouvoir détruire les voiles du souvenir qui se déploient autour de l’être humain à chaque instant de sa vie…

4 – POINTS DE VUE PRATIQUES

On doit tendre à développer tout particulièrement sa patience.

Lorsque je suis en colère ou que je m’irrite, j’érige un rempart autour de moi dans le monde de l’âme et les forces qui doivent faire naître et développer mes yeux spirituels ne peuvent pas accéder jusqu’à moi…

Font partie des particularités de l’âme qui doivent être combattues, tout autant que la colère et l’irritation, par exemple : la poltronnerie, la superstition et la manie des idées toutes faites, la vanité et l’orgueil, la curiosité et le besoin excessif de communiquer, la tendance à faire des différences entre les gens selon des critères extérieurs de rang, de sexe, de groupe social, etc…

PENSEE : « Il ne s’agira pas que j’aie une opinion différente de celle de l’autre, mais que l’autre puisse trouver par lui-même ce qui est juste, si j’y apporte une quelconque contribution »…

La douceur et l’habitude de faire le silence avec une patience véritable ouvrent l’âme au monde des âmes, l’esprit au monde des esprits…

5 – LES CONDITIONS DE LA FORMATION OCCULTE

Il faut toujours garder présent à l’esprit que l’on n’a plus besoin d’apprendre ce sur quoi on peut déjà porter un jugement. Si l’on ne veut donc que juger, on ne peut tout simplement plus rien apprendre…

6 – DE QUELQUES EFFETS DE L’INITIATION

5 – Absence de préjugés à l’égard des phénomènes de la vie : « foi », « confiance ». Aborder tout homme, tout être avec cette confiance. Confiance dans l’efficacité de ce qu’il entreprend. Il est prêt à tout instant à soumettre son opinion et avis d’une nouvelle opinion et à la rectifier. Il reste constamment réceptif à tout ce qu’il advient. Pas de pusillanimité, ni de scepticisme.

6 – S’efforcer de maintenir égale son humeur, qu’il soit touché par la douleur ou par la joie = équanimité… Etre toujours aussi armé.

3 forces fondamentales de l’âme, le vouloir, le ressentir et le penser.

Effet d’un développement négligé : intolérant négatif à l’égard de son entourage, hésitant. Peut devenir sensible aux dispositions intérieures d’autres âmes (va les fuir ou les haïr). Si opinions contraires : ne va pas écouter ou va se comporter de manière choquante.                                                                                                                                                                         1

L’Initiation ou Comment parvient-on à des connaissances des mondes supérieurs ?- CONDENSE

 

 L'INITIATION - Résumé pratique (7 pages) :

 

L'INITIATION ou

COMMENT PARVIENT-ON A DES CONNAISSANCES DES MONDES SUPERIEURS ?

 

L’INITIATION ou COMMENT PARVIENT-ON A DES CONNAISSANCES DES MONDES SUPERIEURS ?

Par Rudolf Steiner - 1904 – © 1993 Editions Novalis – 78360 Montesson (traduction par Geneviève Bideau)

 

1 – COMMENT PARVIENT-ON A DES CONNAISSANCES DES MONDES SUPERIEURS ?

* CONDITIONS :

Il n’existe pas d’obstacle pour celui qui la recherche avec sérieux…

1ère loi : Il existe pour tous les initiés une loi naturelle qui les amène à ne priver nul homme qui cherche du savoir auquel il peut prétendre à bon droit.

2ème loi : Mais il existe une loi toute aussi naturelle qui dit qu’à personne ne peut être livrée aucune partie du savoir occulte pour laquelle il n’a pas vocation…

C’est seulement dans sa propre âme que l’homme peut trouver les moyens qui ouvrent pour lui la bouche des initiés.

Une certaine disposition fondamentale de l’âme doit constituer le commencement. Le chercheur en occultisme appelle cette disposition fondamentale le sentier de la vénération, de la dévotion à l’égard de la vérité et de la connaissance.

Celui qui est totalement immergé dans la civilisation, entièrement tournée vers l’extérieur, de notre époque a beaucoup de mal à pénétrer jusqu’à la connaissance des mondes supérieurs.

Il ne peut le faire que s’il travaille énergiquement sur lui-même…

L’être humain a en son pouvoir de se perfectionner lui-même, de se transformer entièrement avec le temps…

La vénération vivifie chez l’élève en science occulte tous les sentiments de l’âme.

Le manque de considération, l’antipathie, la sous-estimation de ce qui mérite d’être reconnu entraîne la paralysie et la mort progressive de l’activité connaissante…

L’être humain apprend à s’adonner toujours moins aux impressions du monde extérieur et développe au lieu de cela une vie intérieure animée…

L’élève en science occulte est incité à créer dans sa vie des moments où, dans le silence et la solitude, il se plonge en lui-même…

Il n’apprend pas pour amasser et constituer ses propres trésors de savoir, mais pour mettre ce qu’il a appris au service du monde.

PRINCIPE : « Toute connaissance que tu cherches dans le seul but d’enrichir ton savoir, d’amasser en toi des trésors, t’écarte de ton chemin ; mais toute connaissance que tu recherches pour mûrir sur le chemin de l’ennoblissement de l’homme et de l’évolution de l’univers te fait faire un pas en avant ».

PHRASE RESUMEE : « Toute idée qui ne devient pas pour toi un idéal tue en ton âme une force ; mais toute idée qui devient pour toi un idéal crée en toi des forces de vie ».

 

* LE CALME INTERIEUR

3ème loi : « Oriente chacun de tes actes, chacune de tes paroles de façon à ce qu’il ne soit empiété de ton fait sur la libre décision volontaire d’aucun être humain ».

- Ménage-toi des instants de calme intérieur et apprends pendant ces instants à discerner l’essentiel de l’inessentiel…

L’expérience que vit l’autre ou son acte, on les observe seulement.

    Ce à quoi il faut tendre dans ces instants d’isolement, c’est alors de regarder, de juger ses propres expériences

et actes comme si on ne les avait pas soi-même vécus ou faits, mais que ce soit un autre.

    L’élève en occultisme doit chercher à acquérir la force de se placer soi-même à certains moment tel un étranger face à lui-même. C’est avec le calme intérieur de celui qui juge qu’il doit aller à la rencontre de soi-même…

    Tout homme porte aussi en son être intérieur, outre – nous l’appellerons ainsi – l’homme qu’il est tous les jours, un homme supérieur.

    Cet homme supérieur reste caché jusqu’à ce qu’on l’éveille… Faire sienne une « vie supérieure » pendant les moments d’isolement.

    Peu à peu cette « vie supérieure » ne manquera pas d’exercer son influence sur la vie habituelle…

    Cette vie de l’âme en pensées qui s’élargit toujours plus jusqu’à devenir une vie dans une entité spirituelle, la gnose, la science de l’esprit l’appellent méditation (réflexion contemplative).

    Cette méditation est le moyen d’accéder à la connaissance suprasensible…

    On constatera toujours que ceux qui ont un véritable savoir sont les hommes les plus modestes et que rien n’est plus éloigné de leur esprit que ce que les hommes appellent appétit de pouvoir…

    Les moyens du développement spirituels peuvent être désignés sous les noms de trois degrés :

                1 – La préparation – Elle développe les sens spirituels.

                2 – L’illumination – Elle allume la lumière spirituelle.

                3 – L’initiation – Elle ouvre le commerce avec les entités supérieures de l’esprit.

p. 1/7- L’Initiation ou Comment parvient-on à des connaissances des mondes supérieurs ?


 

2 – LES DEGRES DE L’INITIATION

   * LA PREPARATION

    La préparation consiste en une façon très précise de cultiver la vie du sentiment et de la pensée

    Ce qui importe est de diriger son attention sur les deux, dans un parfait équilibre intérieur…

    Le monde de l’âme, ce que l’on appelle le plan astral, commence à laisser poindre pour lui une lueur…

    En science de l’occulte, on ne fera de progrès que si l’on prend garde à ses pensées et à ses sentiments tout autant que l’on prend garde aux pas qu’on fait dans le monde physique…

    L’élève en occultisme doit également veiller à cultiver le monde des sons

    En tant qu’élève en occultisme, on doit apprendre à éprouver de tels sentiments à l’égard de la nature toute entière.

    La nature toute entière commence à murmurer à l’être humain des secrets par les sons qu’elle fait retentir.

    Ce qui auparavant était pour son âme bruit incompréhensible devient par là langage de la nature plein de sens. Il commence à entendre avec l’âme

    Les élèves se sentent tenus d’écouter à certains moments en guise d’exercices les pensées les plus opposées et de réduire totalement au silence tout acquiescement et surtout tout jugement négatif.

    L’on parvient ainsi à un stade où l’on écoute les paroles d’autrui de façon entièrement dépourvue d’égoïsme, en mettant totalement entre parenthèses sa personne propre, son opinion et sa manière de ressentir.

    A travers les paroles qu’il entend il pénètre dans l’âme de l’autre…

    La perception du « verbe intérieur » s’éveille. Il entend qu’on lui parle de façon spirituelle.

    A celui-là seul qui parvient par une écoute non égocentrique à être réceptif véritablement de l’intérieur, sans mouvement d’opinion personnelle ou de sentiment personnel, peuvent parler les entités supérieures dont parle la science de l’esprit.

    Aussi longtemps que l’on projette brutalement une opinion quelconque, un sentiment quelconque vers ce qui est destiné à être entendu, les Entités du monde de l’esprit restent silencieuses…

    Alors agissent en ton âme des forces qui te rendent clairvoyant de la même manière que les forces de la nature ont formé tes yeux et tes oreilles à partir d’une substance vivante…

 

   * L’ILLUMINATION

    Observer d’une façon bien précise divers êtres de la nature, à savoir, par exemple, une pierre transparente, de belle forme (un cristal), une plante et un animal.

    Il faut que les pensées qui sont mentionnées ici traversent l’âme en étant accompagnées de sentiments très vifs.

    Et aucune autre pensée, aucun autre sentiment ne doivent venir s’interposer et troubler l’observation intensément attentive…

    Au début, les sentiments ne sont là qu’aussi longtemps que dure l’observation, plus tard, ils continuent d’agir après-coup. Et ensuite, ils deviennent quelque chose qui reste vivant en l’âme.

    Il se forme à partir de ces sentiments et des pensées qui s’y attachent des organes de clairvoyance.

    Les organes qui se forment de cette façon sont des yeux de l’esprit

    La science occulte désigne donc ce qui pour l’organe clairvoyant émane de la pierre du nom de « bleu » ou « bleu-rouge ».

    Ce qui est ressenti comme venant de l’animal du nom de « rouge » ou « jaune-rouge ».

    La couleur émanant de la plante est un « vert » qui se transforme peu à peu en un limpide « rose-rouge » éthérique…

    Veillez à accroître sans cesse son sentiment de compassion à l’égard du monde des humains et des animaux, son sens de la beauté de la nature…

 

* LE CONTROLE DES PENSEES ET DES SENTIMENTS

Le courage et la confiance en soi sont deux flambeaux qu’il ne faut pas laisser s’éteindre sur le chemin  de la science occulte.

Tout repose en définitive sur le fait que l’être humain porte constamment avec lui corps, âme et esprit, mais qu’il n’est au plein sens du terme conscient que de son corps, non de son âme et de son esprit.

Et l’élève en occultisme devient conscient de son âme et de son esprit, de la même façon que l’homme habituel est conscient de son corps…

C’est pourquoi il importe de donner à ses sentiments et à ses pensées l’orientation juste.

Alors on développe les perceptions de ce qui est invisible dans la vie habituelle…

Que l’on s’attache à cette pensée : l’invisible deviendra visible. Si je ne pouvais pas penser, ce qui deviendra visible que plus tard ne pourrait pas non plus s’annoncer à moi dès à présent.

Ce que l’on pense là, il faut aussi le ressentir intensément.

Il faut éprouver en soi dans le calme, sans aucune immixtion perturbatrice d’autres pensées, cette pensée unique qui a été indiquée plus haut.

Et il faut se donner du temps, de telle sorte que la pensée et le sentiment qui s’y joint s’enfoncent pour ainsi dire en l’âme…

REGLE D’OR : Quand tu tentes de faire un pas avant dans la connaissance des vérités occultes, fais en même temps trois pas en avant dans le perfectionnement de ton caractère vers le bien…

REGLE : Sache garder le silence à propos de tes visions spirituelles. Bien plus, sache même garder le silence à ce sujet vis-à-vis de toi-même…

Je n’ai absolument pas le droit d’avoir peur ; je ne dois penser qu’à ce qu’il faut faire (en ce qui concerne ce qu’il ressent profondément)…

Il doit être capable de penser : « Je veux oublier que j’ai de nouveau échoué dans cette entreprise et la tenter de nouveau comme si rien ne s’était passé »…

L’initiation consiste en ce que l’on apprenne à nommer les choses de l’univers par le nom qu’elles ont dans l’esprit de leurs divins auteurs…

p. 2/7- L’Initiation ou Comment parvient-on à des connaissances des mondes supérieurs ?

3 – L’INITIATION

L’initiation est le plus élevé des degrés d’une formation occulte sur lequel puissent encore être donnés dans un écrit des indications qui soient compréhensibles par quiconque.

« Tous les préjugés doivent te quitter » et « Si tu n’as pas de bon sens, tous tes pas sont en vain »…

EPREUVES : 1 Maîtrise de soi (épreuve du feu) ; 2 Faculté de jugement (épreuve de l’eau) ; 3 Présence d’esprit (épreuve de l’air)

Ce n’est pas « Faire » les vérités supérieures qui importe, mais bien plutôt les représenter de la façon juste, avec le tact juste. On apprend à « garder le silence », mais au sujet de tout autre chose…

] « Breuvage de l’oubli » : agir sans se laisser constamment déranger par la mémoire inférieure.

] « Breuvage du souvenir » : faculté d’avoir constamment présents à l’esprit les mystères supérieurs…

Il doit avoir constamment une totale confiance dans le présent immédiat. Il doit pouvoir détruire les voiles du souvenir qui se déploient autour de l’être humain à chaque instant de sa vie…

 

4 – POINTS DE VUE PRATIQUES

On doit tendre à développer tout particulièrement sa patience.

PENSEE : « Certes, je dois tout faire pour former mon âme et mon esprit ; mais je vais attendre dans le plus grand calme d’être trouvé par les puissances supérieures digne d’une certaine illumination »…

PENSEE : « Une offense de cette sorte ne change rien à ma valeur ».

La patience exerce une attraction sur les trésors du savoir supérieur.

Avant toute chose, tout désir ou convoitise doit se taire…

Celui qui s’habitue à la vérité à l’égard de soi-même s’ouvre les portes qui conduisent à une conscience supérieure.

Connaissance juste : « N’avoir aucune sorte de souhait avant d’avoir saisi ce qui est juste dans un domaine donné »…

Lorsque je suis en colère ou que je m’irrite, j’érige un rempart autour de moi dans le monde de l’âme et les forces qui doivent faire naître et développer mes yeux spirituels ne peuvent pas accéder jusqu’à moi…

Le don de clairvoyance ne vient qu’une fois réprimées toutes les particularités qui ne laissent pas éclore les facultés requises qui sommeillent.

Font partie des particularités de l’âme qui doivent être combattues, tout autant que la colère et l’irritation, par exemple : la poltronnerie, la superstition et la manie des idées toutes faites, la vanité et l’orgueil, la curiosité et le besoin excessif de communiquer, la tendance à faire des différences entre les gens selon des critères extérieurs de rang, de sexe, de groupe social, etc…

Tout ce qu’un être humain dit sans l’avoir totalement épuré dans ses pensées est une pierre sur le chemin de l’éducation occulte.

Lorsque, par exemple, quelqu’un me dit quelque chose et que je dois y répondre, je dois m’efforcer de prêter davantage attention à l’opinion, au sentiment, voire au préjugé de l’autre qu’à ce que j’ai moi-même à dire en cet instant au sujet de l’objet de la discussion.

PENSEE : « Il ne s’agira pas que j’aie une opinion différente de celle de l’autre, mais que l’autre puisse trouver par lui-même ce qui est juste, si j’y apporte une quelconque contribution »…

La douceur écarte de toi les obstacles et ouvre tes organes.

Et avec la douceur se formera bientôt en l’âme un autre trait : l’attention tranquille à toutes les finesses de la vie de l’âme dans l’entourage, en même temps que l’on fait taire totalement les mouvements propres de son âme.

La douceur et l’habitude de faire le silence avec une patience véritable ouvrent l’âme au monde des âmes, l’esprit au monde des esprits…

La situation est particulièrement favorable pour celui qui peut accomplir sa formation en occultisme, entièrement dans la verdure du monde des plantes ou entouré de monts ensoleillés et de l’activité chaleureuse d’âmes simples.

 

5 – LES CONDITIONS DE LA FORMATION OCCULTE

Il dépend entièrement de la libre volonté de l’individu qu’il veuille ou non fouler les mêmes chemins…

La formation repose sur un développement de la vie intérieure.

   1ère CONDITION : Il faut être attentif à renforcer sa santé du corps et de l’esprit. Volonté de vivre de façon saine. Ce n’est que d’un homme en bonne santé que peut venir une connaissance saine…

2ème CONDITION : Se ressentir comme un membre de la totalité de la vie…

3ème CONDITION : Le disciple doit pouvoir s’élever jusqu’au point de vue selon lequel ses pensées et ses sentiments ont autant d’importance pour le monde que ses actions.

4ème CONDITION : Faire sien le point de vue selon lequel l’entité véritable de l’être humain réside dans une réalité non pas extérieure, mais intérieure…. ] « Balance spirituelle » : Cœur ouvert – Fermeté intérieure – Ténacité inébranlable.

5ème CONDITION : Persévérance dans l’exécution d’une décision une fois qu’on l’a prise.

Ici seul l’amour pour une action est déterminant. Dans cet amour doit venir se déployer tout ce qui pousse le disciple en occultisme à une action…

6ème CONDITION : Développement du sentiment de gratitude à l’égard de tout ce qui échoit à l’être humain.

Développer en soi cet amour universel qui est nécessaire pour parvenir à la conscience supérieure.

7ème CONDITION : Concevoir sans cesse la vie dans le sens qu’exigent ces conditions. Tout ce qui est intérieur doit s’exprimer dans quelque chose d’extérieur…

L’amour pour l’être humain doit peu à peu s’élargir à l’amour pour tous les êtres et même pour tout ce qui existe…

Travail et dévotion sont des sentiments fondamentaux. Seul l’amour du travail, non celui du succès fait avancer…

Il faut toujours garder présent à l’esprit que l’on n’a plus besoin d’apprendre ce sur quoi on peut déjà porter un jugement. Si l’on ne veut donc que juger, on ne peut tout simplement plus rien apprendre…

Il est absolument vrai que la vérité et la vie supérieure habitent en l’âme de tout être humain et que chacun peut et doit trouver lui-même. Mais elles se trouvent dans les profondeurs et on ne peut les faire remonter des profondeurs où elles sont enfouies qu’après avoir ôté des obstacles…

p. 3/7- L’Initiation ou Comment parvient-on à des connaissances des mondes supérieurs ?

6 – DE QUELQUES EFFETS DE L’INITIATION

Il faut partir des principes d’une véritable science occulte que celui qui s’y consacre le fasse en pleine conscience.

Il ne doit rien entreprendre, rien exercer dont il ne sache quel est l’effet…

Plus l’être humain progresse dans l’évolution de son âme, plus l’organisme de son âme se structure de façon régulière…

] CORPS PHYSIQUE : Formes en « roues » (chakras) ou « fleurs de lotus » : 1 entre les yeux, 2, 3, 4, 5 et 6 bas ventre…

2 larynx : rend possible de percevoir par la clairvoyance la forme de pensée d’un autre être animé (et aussi les lois de la nature),

3 cœur : ouvre la voie à une connaissance clairvoyante de l’état d’esprit d’autres âmes (et aussi animaux et plantes),

4 estomac : on acquiert la connaissance des capacités et des talents des âmes (rôle des animaux, plantes, pierres, métaux… dans la nature),

Nombre de « pétales » : larynx (16), cœur (12), estomac (10). Larynx 8 sont dues à un passé lointain, 8 sont à développer…

* DEVELOPPEMENT DES 8 DU LARYNX (/16) :

1 – Façon dont on acquiert ses représentations. Se prendre en main, être un miroir fidèle du monde extérieur.

2 – Décisions de l’être humain. Ne prendre ses décisions qu’à partir d’une réflexion complète et fondée, avec des motifs mûrement posés…

3 – Se rapporte à la parole. Seul doit franchir les lèvres ce qui a sens et signification, ni trop longuement, ni trop brièvement, ne pas parler pour parler.

4 – Régler son agir extérieur. Agir de façon à ce qu’il soit au diapason des actions de ses semblables et de ce qui se déroule dans son entourage.

5 – Organisation de la vie toute entière. S’efforcer de vivre conformément à la nature et à l’esprit, ni activisme, ni nonchalance, vie harmonieuse…

6 - Ce vers quoi tend l’être humain. Se donner des buts en rapport avec les idéaux, les grandes tâches d’un être humain, comprendre ses devoirs.

7 – Effort d’apprendre de la vie le plus grand nombre de choses possibles. Ses expériences peuvent être une aide dans ses décisions et ses activités.

8 – De temps en temps plonger son regard dans son espace intérieur, descendre en soi-même, tenir conseil avec soi-même, former et examiner ses principes de vie, parcourir en pensée les fruits de sa connaissance, peser avec soin ses devoirs, réfléchir au contenu et au but de la vie, etc…

La véracité, la sincérité, l’honnêteté sont des forces constructives. Le mensonge, la fausseté, la malhonnêteté sont des forces destructives.

Les choses ne doivent plus donner de la peine, mais doivent être devenues une manière de vivre qui va de soi. Tout doit être devenu habitude.

Etre un homme sensé qui tienne à un penser clair. Avoir à cœur la plus grande clarté lorsqu’il parle.

Moins on parle de ces choses, mieux c’est. Seul devrait parler celui qui est arrivé à un certain degré de clarté…

* DEVELOPPEMENT DES 6 DU COEUR (/12) :

1 – Régler, maîtrise intérieur du cours des pensées (contrôle des pensées), pas des feux follets.

2 – Introduire une cohérence dans son agir (contrôle des actions). La suite de ses actes doit découler de façon logique du premier.

3 – Ne pas se laisser détourner par telle ou telle influence du but fixé, tant que l’on considère ce but comme juste. Surmonter les obstacles.

4 – Patience (tolérance) à l’égard des hommes, des autres êtres et aussi des faits. Refréner toute critique superflue si imparfait, méchant, mauvais… Au contraire, chercher à comprendre tout ce qu’il advient, pas de jugements négatifs, accepter l’inévitable, tourner la chose en bien. Se mettre à la place de l’autre.

5 – Absence de préjugés à l’égard des phénomènes de la vie : « foi », « confiance ». Aborder tout homme, tout être avec cette confiance. Confiance dans l’efficacité de ce qu’il entreprend. Il est prêt à tout instant à soumettre son opinion et avis d’une nouvelle opinion et à la rectifier. Il reste constamment réceptif à tout ce qu’il advient. Pas de pusillanimité, ni de scepticisme.

6 – S’efforcer de maintenir égale son humeur, qu’il soit touché par la douleur ou par la joie = équanimité… Etre toujours aussi armé.

Effet d’un développement négligé : intolérant négatif à l’égard de son entourage, hésitant. Peut devenir sensible aux dispositions intérieures d’autres âmes (va les fuir ou les haïr). Si opinions contraires : ne va pas écouter ou va se comporter de manière choquante.

L’effet sur l’organisme de l’âme se produit à coup sûr, même si c’est lentement. L’observation de ces principes est indispensable…

* DEVELOPPEMENT DE L’ESTOMAC (/10) :

 Maîtriser de façon consciente les impressions des sens elles-mêmes. Se rendre maître de ce qui agit sur vous, venant du monde extérieur. Il faut parvenir à ne pas recevoir effectivement les influences que l’on ne veut pas recevoir. On ne peut développer en soi une faculté de ce genre que par une vie intérieure forte. Ce que l’on voit, il faut vouloir le voir et ce vers quoi on ne tourne pas son attention doit réellement ne pas exister pour vous.

L’élève doit éviter toute accumulation désordonnée de perceptions visuelles et auditives d’où la pensée est absente.

Ne doit être là pour lui que ce vers quoi il tend l’oreille ou dirige le regard.

Si antipathie à l’égard d’une chose, la combattre et chercher à établir une relation consciente avec la chose en question…

La vie de l’âme doit devenir une vie placée sous le signe de l’attention, sinon tenir véritablement loin de soi.

C’est dans ce domaine que le plus grand soin est nécessaire, car le jeu des souvenirs inconscients est ici immensément actif.

p. 4/7- L’Initiation ou Comment parvient-on à des connaissances des mondes supérieurs ?

* DEVELOPPEMENT FLEUR DE LOTUS A 6 PETALES AU MILIEU DU CORPS : Tendre à une maîtrise totale de l’être humain tout entier par la conscience de soi, si bien que chez lui corps, âme et esprit sont en totale harmonie. Les fonctions du corps, les tendances et les passions de l’âme, les pensées et les idées de l’esprit doivent être totalement mises en accord les unes avec les autres…

L’âme ne doit pas être poussée par le corps à des désirs et des passions qui parlent à l’encontre d’un penser pur et noble…

Tant que l’être humain a besoin de se mortifier, il ne peut devenir un élève en occultisme à un certain niveau…

Ne plongera pas facilement dans la confusion celui qui est parvenu à l’équilibre parfait entre la vie des sens (le corps), la passion (l’âme) et l’idée (l’esprit).

] CORPS ETHERIQUE : Son développement permet d’acquérir la faculté de percevoir ce que l’on appelle « le verbe intérieur »…

Le corps éthérique est ce corps subtil qui se montre au clairvoyant comme une sorte de double du corps physique…

Tout corps qui vit a un corps éthérique. Les plantes et les animaux l’ont aussi. Dans les minéraux des traces en sont perceptibles…

Les courants et les mouvements sont entièrement indépendants du vouloir et de la conscience de l’être humain, de même que l’activité du cœur et de l’estomac dans le monde physique n’est pas dépendante de la volonté consciente…

Est crée pour les courants du corps éthérique un point central provisoire, dans la tête, point de départ des mouvements.

Lorsqu’il est consolidé comme il convient, le point central situé dans la tête est ensuite déplacé plus loin vers le bas, dans la région du larynx.

C’est ce qui se produit en prolongeant la pratique des exercices de concentration et de méditation ] « verbe intérieur »…

QUATRE FACULTES (QUALITES) POUR ACCEDER A UNE CONNAISSANCE SUPERIEURE = sentier des épreuves.

1 – Capacité de distinguer dans ses pensées le vrai de l’apparence, la vérité de la simple opinion (distinguer l’inessentiel de l’importance).

2 – Juste appréciation de ce qui est vrai et réel par opposition à l’apparence.

3 – Exercice des 6 qualités : contrôle des pensées, contrôle des actions, persévérance, patience, foi et équanimité (§ cœur)…

4 – Amour de sa propre liberté intérieure (désir de libération).

Il faut qu’elles soient assimilées par l’âme au point de fonder des habitudes intérieures.

Le subtil corps éthérique de l’être humain se transforme sous l’influence de ces habitudes de l’âme.

La qualité 4 amène à maturité le corps éthérique. Quand cette qualité devient habitude de l’âme, alors l’homme se libère de tout ce qui n’est lié qu’aux facultés de sa nature personnelle. Il cesse de considérer les choses de son point de vue particulier.

Les mystères du monde spirituel trouvent accès à son être intérieur. Telle est la libération…

Se perfectionner n’est en aucune façon de l’égoïsme. On sert d’autant mieux l’ensemble que l’on est soi-même plus parfait…

Il peut exercer par ses propres pensées et sentiments une forte influence sur une certaine sorte de ces formes…

Outre le fait que les choses qui font en réalité partie d’un monde extérieur, elles se présentent de surcroît comme l’image-reflet de ce qu’elles sont réellement…

L’accès sûr au monde supérieur est celui qui passe par la connaissance et l’appréciation solidement fondées de sa propre entité. Ce sont donc des images spirituelles que l’être humain rencontre tout d’abord sur sa route…

* FLEUR A 2 PETALES DANS LA REGION DES YEUX : Pour mettre son moi supérieur avec des entités spirituelles d’un niveau plus élevé…

L’homme spirituel mûrit dans le soi physique. Nécessité de vivre et de penser sainement dans le monde physique…

Il découvre la loi de sa vie, le karma : compréhension du soi supérieur, de l’enseignement de l’incarnation de ce soi supérieur dans un soi inférieur, de la loi par laquelle la vie dans le monde physique est régie selon des rapports spirituels – la loi du karma – et, enfin de l’existence des « grands initiés de l’humanité ».

On dit aussi d’un élève qui a atteint ce degré que le doute a totalement disparu pour lui…

 

7 – MODIFICATIONS DANS LA VIE DE REVE DE L’ELEVE EN OCCULTISME

Un signe annonciateur du fait que l’élève a atteint le degré d’évolution ou va l’atteindre est la transformation dans sa vie de rêve.

Leurs imagent s’ordonnent. On peut y déceler loi, cause et effet. Et le contenu des rêves se modifient également…

Se mêlent des images de rêve qui sont l’expression de choses et de situations d’un autre monde…

Le rêveur est au plein sens du mot éveillé pendant la vie de rêve : il se ressent comme le maître et conducteur de ses représentations imagées…

Il doit devenir capable de percevoir les observations faites dans le rêve de façon aussi complète que pendant la veille…

Il chemine de lieu en lieu dans l’espace spirituel. On l’appelle dans le langage de la science de l’esprit le « voyageur »…

La patrie spirituelle, on l’a formée soi-même en pleine conscience. Ce processus de formation est « se construire comme une hutte »…

Les plus hautes acquisitions du clairvoyant qui a atteint le degré du voir qui vient d’être caractérisé est celle où se montrent à lui les réactions astrales que produisent les instincts et les passions des animaux et des hommes…

Une ville commerçante a une autre atmosphère astrale qu’un lieu où se trouve une université…

p. 5/7- L’Initiation ou Comment parvient-on à des connaissances des mondes supérieurs ?


8 – L’ACQUISITION DE LA CONTINUITE DE LA CONSCIENCE

La vie de l’être humain se déroule dans l’alternance de 3 états : veille, sommeil peuplé de rêves et sommeil profond sans rêve.

Ses rêves perdent leurs caractères insignifiants irréguliers et incohérents, et deviennent de plus en plus un monde imprégné de règles, cohérent…

Par l’activité de concentration et de méditation, l’être humain travaille sur son âme…

Il se produit un élargissement sans cesse accru de la conscience pendant le sommeil profond…

 

9 – LA DISSOCIATION DE LA PERSONNALITE AU COURS DE LA FORMATION SPIRITUELLE

L’âme est en pleine activité pendant le sommeil…

L’âme vit sans interruption dans des mondes supérieurs et est active au sein de ceux-ci…

C’est sur cette terre qu’il faut réellement chercher la tâche qui incombe à l’être humain…

L’être humain transforme la terre en implantant en elle ce qu’il apprend à partir du monde des esprits…

De grandes transformations se produisent chez l’élève dans les corps subtils. Ces transformations sont liées à certains processus d’évolution des 3 forces fondamentales de l’âme, le vouloir, le ressentir et le penser.

On appelle « normale » la vie d’un être humain que lorsqu’on y observe entre le penser, le ressentir et le vouloir une relation qui est fondée sur les lois de la nature humaine.

Tout ceci provient de ce que dans les corps subtils de l’être humain, les centres des trois forces – penser, ressentir et vouloir – sont liés les uns aux autres d’une façon conforme à une loi. Et ce lien qui existe dans l’organisme subtil de l’âme a aussi son reflet dans le grossier corps physique.

Le cerveau du clairvoyant ayant atteint un degré élevé se dissocie en 3 entités qui agissent de façon autonome : le cerveau du penser, celui du ressentir, celui du vouloir…

Et la relation entre eux n’est désormais plus établie par des lois qui seraient implantées en eux-mêmes, mais doit être instaurée par la conscience supérieure elle-même, désormais éveillée, de l’être humain.

Aucun lien ne s’établit entre une représentation et un sentiment ou un sentiment et une décision volontaire, etc. s’il ne crée pas lui-même ce lien. L’élève acquiert une parfaite maîtrise de l’interaction des 3 forces de l’âme ; mais en revanche, cette interaction est aussi entièrement placée sous sa responsabilité…

Par suite de la séparation, il est possible si l’on néglige les prescriptions de la science occulte de s’égarer de 3 façons :

1 – L’une d’elles peut se produire lorsque les voies qui relient ces forces sont détruites avant que la conscience supérieure ait suffisamment progressé dans la connaissance pour tenir les rênes ] une nature violente qui marche d’une action débridée à l’autre…

2 – Quand le sentiment s’affranchit sans mesure des rênes des lois naturelles ] état de dépendance (révérer) ou d’exaltation religieuse…

3 – Quand le penser est prépondérant ] attitude contemplative enfermée en elle-même, hostile à la vie. Nulle pensée ne les incite à une action ou un sentiment. Ils se présentent partout comme des natures indifférentes, froides…

Donc 3 sentiers dévoyés : une forme violente d’humanité, l’exaltation du sentiment, l’aspiration froide et sans amour à la sagesse.

L’élève doit rechercher tout ce qui correspond à ses forces et facultés qui l’amène à s’insérer et à vivre dans son environnement sans heurts et dans l’harmonie. Et il doit éviter tout ce qui porte préjudice à cette harmonie, tout ce qui introduit dans sa vie de l’agitation ou de la hâte…

 

10 – LE GARDIEN DU SEUIL (rencontres quand on s’élève dans les mondes supérieurs)

* « PETIT GARDIEN DU SEUIL » : au moment où les fils qui relient la volonté, le penser et le ressentir à l’intérieur des corps plus subtils (le corps astral et le corps éthérique) commencent à se défaire…

C’est un être autonome. Il peut ‘‘dire’’ : « Jusqu’à présent régnaient sur toi des puissances qui étaient pour toi invisibles… Ces puissances vont désormais délier en partie les rênes qui les rattachaient à toi. Et tu dois faire maintenant toi-même une partie du travail qu’elles ont fait pour toi… Mais maintenant vont t’être révélés à toi-même tous les bons et tous les mauvais côtés de tes vies passées…

C’est seulement lorsque tu auras réparé tout ce que tu as fais d’injuste dans le passé et que tu te seras purifié au point qu’il te soit totalement impossible d’accomplir à l’avenir quelque chose de mal qu’alors mon être se sera transformé en lumineuse beauté… Ne tente pas de franchir ce seuil avant de te sentir entièrement libre de toute crainte et prêt au sens le plus haut de la responsabilité… Le royaume où tu pénètres à présent te feras faire la connaissance d’êtres de nature suprasensible. La félicité sera ton lot dans ce royaume. Mais la première connaissance que tu fais de ce royaume, il faut que ce soit moi-même, moi qui suis ta propre créature… Tu as pu me former ; mais tu as aussi de ce fait contracté l’obligation de me transformer. »…

Tout homme reçoit, au sens le plus vrai du terme, de l’âme de la famille, du peuple ou de la race sa part de travail…

Il doit collabore en le sachant à celles de son peuple, de sa race.

Autre exhortation : « Ne franchis pas mon seuil avant qu’il soit clair pour toi que tu éclaireras la ténèbre avant toi »…

p. 6/7- L’Initiation ou Comment parvient-on à des connaissances des mondes supérieurs ?

 

La sensation de la liberté nouvelle l’emportera sur tous les autres sentiments ; et du fait de cette sensation, ses nouveaux devoirs et sa nouvelle responsabilité apparaîtront à l’être humain comme quelque chose qu’à ce qui constitue un degré de la vie il doit assumer…

 

11 – LA VIE ET LA MORT – LE GRAND GARDIEN DU SEUIL

L’être humain se trouve face au « grand Gardien du Seuil » lorsque la désagrégation des liens s’étend aussi aux parties physiques du corps (tout d’abord au cerveau en particulier)…

Après le petit Gardien du Seuil, l’être humain peut maintenant expliquer les raisons pour lesquelles il a certains penchants et habitudes. Les faits essentiels de la vie – maladie et santé, mort et naissance – se dévoilent aussi à ses regards. Il s’aperçoit qu’il a tissé avant sa naissance les causes qui devaient nécessairement le faire revenir à la vie. Il connaît désormais l’entité en lui qui est construite dans le monde visible de façon imparfaite et qui ne peut aussi être amenée à sa perfection que dans ce monde visible…

Cette force capable de voir un monde « supérieur » se développe progressivement par les expériences dans le monde « inférieur ».

On comprendra donc de ce point de vue pourquoi le « seuil » du monde suprasensible est gardé par un « Gardien ».

Il ne peut en effet être permis en aucun cas à l’être humain de porter vraiment son regard sur ces domaines avant qu’il ait acquis les facultés nécessaires pour cela.

Il sait que le suprasensible était là en premier lieu et que tout le sensible s’est développé à partir de celui-ci…

Mais ce monde suprasensible de jadis avait besoin de passer par le monde sensible…

Par là est donnée la compréhension de la maladie et de la mort dans le monde sensible.

La mort n’est en effet rien d’autre que l’expression du fait que le monde suprasensible de jadis était arrivé à un point à partir duquel il ne pouvait plus continuer par lui-même. Une mort universelle aurait été nécessaire pour lui s’il n’avait pas reçu une nouvelle impulsion de vie. Il est ainsi un être double, un être mortel à son stade final et un être immortel à son stade initial…

Le temps qui s’écoule entre la naissance et la mort est seulement l’expression de tout ce que la vie nouvelle a pu arracher au passé en train de mourir.

Et la maladie n’est rien que la continuation de l’action des parties de ce passé qui sont en train de mourir.

Ses actions, ses sentiments et ses pensées sont tout d’abord sous la domination de ce qui est en train de dépérir et de mourir…

Une fois que l’être humain a reconnu de quoi il doit se libérer, une sublime forme de lumière apparaît sur son chemin.

Les organes du penser, du ressentir et du vouloir sont alors devenus des instruments au pouvoir de l’âme humaine qui exerce sa domination sue eux à partir de régions suprasensibles. Le deuxième « Gardien du Seuil » vient à la rencontre de cette âme et dit : « Pour toi-même, tu n’as plus besoin de ta corporéité physique sous sa forme actuelle… Mais il faut que commence maintenant pour toi une époque où tes forces libérées poursuivront le travail sur ce monde des sens. Jusqu’à présent, tu n’as délivré que toi-même, maintenant tu peux, toi qui t’es libérée, libérer aussi tous ceux qui mangent avec toi la paix du monde des sens… Je te défends donc l’entrée dans les domaines les plus élevés du monde suprasensible tant que tu n’as pas employé au rachat des êtres qui t’entourent toutes les forces que tu as acquises »… Il apporte ses dons en offrande sur l’autel de l’humanité…

Ce que l’être humain recevra dans les régions supérieures du suprasensible n’est rien qui vienne vers lui, mais seulement quelque chose qui émane de lui : l’amour pour les êtres qui l’entourent. C’est le sentier blanc opposé au sentier noir…

Accélérer sa venue n’est pas la tâche des occultistes blancs. C’est pourquoi ils placent le dévouement désintéressé et l’esprit de sacrifice plus haut que toutes les autres qualités. Ils ne refusent personne sans appel, car même l’homme le plus égoïste peut se purifier. Conduire à une félicité égoïste ou se borner à vivre dans le monde suprasensible est en dehors des limites de leur tâche…

 

12 – POSTFACE A LA HUITIEME EDITION

L’une des illusions est de ranger la véritable science de l’esprit à proximité de la superstition, du rêve visionnaire, de la médiumnité…

Il n’est possible que s’il peut se rendre aussi libre et indépendant de la vie du corps. Dans la vie de l’âme habituelle, le penser est en effet presque toujours mêlé à d’autres activités de l’âme : percevoir, ressentir, vouloir, etc. De tout le vaste champs de la vie de l’âme on peut détacher quelque chose qui ne consiste qu’en pures pensées. En pensées qui ne consistent qu’en elles-mêmes, d’où est exclu tout ce que procure la perception ou la vie intérieure déterminée par le corps. Cette sorte de pensées se manifestent par elles-mêmes, parce qu’elles sont, en tant que réalité essentielle spirituelle, suprasensible…

On vit avec le penser pur dans le suprasensible ; mais on ne fait l’expérience que de ceci de façon suprasensible ; on ne fait l’expérience de rien d’autre qui soit suprasensible…

On trouve si on lit comme il convient et surtout si on lit complètement

Tout processus de connaissance dirigé vers le suprasensible fait appel à l’être humain tout entier… 1

 

p. 7/7- L’Initiation ou Comment parvient-on à des connaissances des mondes supérieurs ?

 

 

 

 

Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL