Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL    

LES GUIDES SPIRITUELS DE L'HOMME ET DE L'HUMANITE

PAR RUDOLF STEINER

ANTHROPOSOPHIE

Cliquez ici

 

 

  

D'OU VIENT LA MALADIE ? Cliquez ici 

 

 

 

 

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Ce résumé de deux pages (Time new Roman, corps de 9), réalisé à partir à partir d’un livre de 291 pages

ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées 

ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte, pour ne pas alourdir le résumé.

Les parties surlignées et/ou en gras sont dues à l'auteur du résumé.

 Ce résumé ne reprend que très partiellement la présentation du livre original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans sa totalité.

Il est conseillé de compléter ce résumé par la lecture du  livre.

Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs 

pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Le résumé (10 pages) ne peut être qu'un aperçu de ce livre.

 

Vous pouvez commander ce livre, par exemple, à :  http://www.amazon.fr  ou http://www.alapage.com ou http://www.priceminister.com   

 

      

 

 LES GUIDES SPIRITUELS DE L'HOMME ET DE L'HUMANITE - Résumé (2 pages) :

 

 

 

LES GUIDES SPIRITUELS DE L'HOMME ET DE L'HUMANITE (GA 15)

GA 15 - Par Rudolf Steiner, Copenhague, 5 au 8 juin 1911 ©1984 Editions E.A.R., CH 1204 Genève – 128 pages (traduit par Ch. Lazaridès)

 

 AVANT-PROPOS :

… Ce qui est  dit là est en tous points édifié sur les bases qui sont données dans mes livres « Théosophie » et « Science de l’Occulte ». Si quelqu’un devait tomber sur cet écrit sans connaître ces préliminaires, il pourrait le prendre pour un flot bizarre de quelque chose de purement fantaisiste. Les livres qui ont été mentionnés donnent les fondements scientifiques pour tout ce qui est dit ici…

 

Conférence I – LES TROIS PREMIERES ANNEES DE L’ENFANCE. L’ACQUISITION DE LA POSITION VERTICALE, DE LA PAROLE ET DE LA PENSEE. L’ACTION D’UNE SAGESSE SUPERIEURE DANS L’EDIFICATION DE L’ËTRE HUMAIN. LA CONSCIENCE DU « JE ». LES TROIS ANNEES DE LA VIE DU CHRIST SUR LA TERRE. L’ORIGINE DES EVANGILES. LA DIRECTION SPIRITUELLE DANS LA VIE DE L’INDIVIDU ET DANS CELLE DE L’HUMANITE PRISE DANS SON ENSEMBLE.

… Si on se demande : « Qu’as-tu fait, ou dit, à telle ou telle période de ta vie ? », il ressort alors que l’on a fait une foule de choses que l’on ne comprend en fait qu’à un âge plus avancé. On a fait des choses il y a sept ou huit ans, ou peut-être vingt ans, dont on sait précisément : « Ce n’est que maintenant, longtemps après, que ta compréhension peut vraiment atteindre à ces choses que tu as faites, ou dites, jadis. » Beaucoup de gens ne font pas de telles découvertes sur eux-mêmes, parce qu’ils ne cherchent pas à les faire…

Quand on réfléchit à ce qu’on a fait il y a trois, quatre, cinq ans en arrière, et qu’on remonte ensuite toujours plus loin, on arrive ainsi à un certain moment de l’enfance ; la mémoire rétrospective ne peut remonter au-delà. Les parents, ou bien d’autres personnes, peuvent raconter à l’individu ce qui se situe avant, mais son propre souvenir ne remonte que jusqu’à un certain point. Et c’est aussi le point du temps où l’homme a appris à se ressentir comme un Je (Ich : voir NOTES ci-après)…

Au cours de cette période [les toutes premières années de son enfance], l’homme doit non seulement modeler les formes de son cerveau, mais il doit aussi apprendre trois des choses les plus essentielles pour son existence terrestre.

La première, c’est qu’il apprend à orienter son propre corps dans l’espace. … Chez l’homme, c’est l’âme qui se met en relation avec l’espace et qui soumet l’organisation physique.

La deuxième chose que l’homme s’apprend à lui-même, et cela à partir de l’entité qui passe d’incarnation en incarnation tout en restant la même, c’est la parole… L’homme doit former le germe du développement de son larynx à cette période où il n’a pas encore sa conscience du Je. C’est avant ce moment auquel il peut remonter dans son souvenir qu’il doit poser le germe pour la formation de son larynx, afin que ce larynx puisse devenir l’organe de la parole…

Et il y a ensuite une troisième chose, dont on sait moins que l’homme l’apprend par lui-même grâce à ce qu’il porte dans son être intérieur d’incarnation en incarnation. Il s’agit de la vie même à l’intérieur du monde de la pensée.

Pourquoi tout cela est-il accompli à partir des profondeurs de l’âme se situant en dehors de la conscience ? Cela a lieu du fait que l’homme, pendant les premières années de sa vie, est avec son âme, avec tout son être, beaucoup plus relié aux mondes spirituels des hautes Hiérarchies que ce n’est le cas par la suite…

Ce n’est pas sans fondement que l’on dit que même le plus sage peut apprendre d’un enfant. Car ce qui travaille dans l’enfant, c’est la sagesse, laquelle n’entre pas par la suite dans la conscience ; grâce à elle, l’homme a quelque chose comme un « branchement téléphonique » avec les entités spirituelles dans le monde desquelles il se trouve entre la mort et une nouvelle naissance…

Les forces spirituelles affluent encore dans l’enfant depuis ce monde. Elles cessent d’affluer à ce moment jusqu’auquel peut remonter le souvenir normal…

L’entité humaine est arrivée à sa forme actuelle du fait que les entités que nous appelons lucifériennes et ahrimaniennes ont agit sur elle. Avec ces forces, l’entité humaine est d’une certaine façon devenue plus mauvaise qu’elle aurait dû le devenir si avaient été seules actives les forces provenant des guides spirituels de l’univers, qui voulaient développer l’homme d’une juste façon. C’est là qu’il faut chercher l’origine de la souffrance, des maladies et aussi de la mort, dans ce fait qu’en dehors des entités qui développent l’homme en ligne droite, sont aussi actives les entités lucifériennes et ahrimaniennes qui croisent sans arrêt cette évolution en droite ligne…

Les forces lucifériennes et ahrimaniennes… ne sont actives que dans tout ce que l’homme fait à partir de lui-même dans sa vie consciente…

Et à partir de cela il nous vient une pensée qui a une grande signification lorsqu’elle est comprise de manière juste. On la trouve exprimée en ces termes dans le Nouveau Testament : « Si vous ne devenez pas comme les petits enfants, vous ne pouvez pas venir dans les royaumes des cieux ! »…

Dans une telle perspective, ce qui doit apparaître comme l’idéal le plus élevé, c’est que l’homme puisse progresser suffisamment pour qu’au moment de la mort de la terre il ait pu s’approprier tous les fruits qu’il peut obtenir de la vie terrestre…

Qu’est-ce que l’homme a donc en lui ? Il a véritablement en lui un homme supérieur, un homme divin, par qui il peut se sentir imprégné de manière vivante, et il peut dire : il est mon guide en moi

On peut dire toutefois qu’en réalité le souvenir rétrospectif peut parvenir jusqu’au début de la quatrième année de vie ; seulement, il est encore si faible pour le début de la conscience distincte du Je qu’il passe inaperçu. On peut donc dire que ces forces supérieures qui sont déterminantes pour l’être humain dans les années de l’enfance, peuvent être actives pendant trois ans

Reconnaître les forces qui sont actives dans l’homme pendant son enfance, cela signifie reconnaître le Christ dans l’homme… Dans les trois premières années de l’enfance, ces forces [du Christ] agissent sans que l’homme n’y fasse rien. Dans le cours ultérieur de la vie, elles peuvent agir si l’homme cherche le Christ en lui à travers une immersion intérieure…

p. 1/2 Les guides spirituels de l’homme et de l’humanité

Dans les premières années de la vie, l’homme apprend physiquement à marcher à partir de l’esprit ce qui veut dire que l’homme se trace sa voie à partir de l’esprit. Il apprend à parler, ce qui veut dire façonner la vérité à partir de l’esprit, ou bien en d’autres termes : l’homme développez au cours des trois premières années de sa vie la vérité à partir du son

Il apprend à présenter « la vérité » au moyen de son organisme et il apprend à exprimer à partir de l’esprit « la vie » dans le corps… Et c’est d’une certaine façon pleine de sens que l’essence du Je du Christ se manifeste par ces paroles : « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie. »…

De tels mots comme Voie, Vérité et Vie sont capables d’ouvrir les portes de l’éternité. Ils résonnent pour l’homme à partir des profondeurs de son âme lorsque la connaissance de soi devient véritable, réelle…

C’est dans un double sens que ces considérations ouvrent une perspective sur la direction spirituelle de l’homme et de l’humanité…

 

Conférence II –  L’EVOLUTION PROPRES AUX ENTITES SPIRITUELLES DIRIGEANTES. ACTION DES ENTITES ANGELIQUES AU COURS DES DIFFERENTES EPOQUES POST-ATLANTEENNES. LES ENTITES RETARDATAIRES LUCIFERIENNES ET LEUR TÂCHE DANS L’EVOLUTION. LANGUE ORIGINELLE ET DIFFERENCIATION DES LANGUES. LA CRISE SPIRITUELLE AUTOUR DES ANNEES 1250 ET LES DEEBUTS DE L’ESOTERISME MODERNE. EQUILIBRE ENTRE LE PRINCIPE DE LA CLAIRVOYANCE ET CELUI DE L’INITIATION.

… Aux temps atlantéens, les hommes ressentaient toutes les impressions extérieures d’une telle façon, que l’âme qui voulait exprimer par une sonorité quelque chose faisant partie du monde extérieur, était obligée de le faire au moyen d’une consonne

Par contre, ce qu’on éprouvait à l’intérieur en tant que douleur ou que joie, ou bien encore ce qu’un autre être pouvait ressentir, cela on l’imitait dans la voyelle. On peut voir par ce fait que, dans la parole, l’âme s’unit aux processus ou aux entités extérieures…

Tous les êtres peuvent toujours avancer ; tout se trouve dans une évolution continuelle…

Nous vivons à une époque où, à côté des dirigeants normaux de l’humanité, interviennent aussi les entités retardataires de la civilisation égyptienne et chaldéenne…

Nous vivons en fait véritablement, à notre époque, une résurgence de la civilisation égyptienne…

Ce n’est qu’en s’efforçant de s’élever avec humilité et dans la clarté, et non dans l’exaltation, que peut se faire quelque chose de salutaire pour le progrès de l’humanité…

La simple clairvoyance doit être complétée par un discernement clair de ce qui est vu dans le monde suprasensible…

Un homme qui est capable de voir dans le monde spirituel, on l’appelle dans l’ésotérisme un « clairvoyant ». Mais il ne suffit pas d’être simplement clairvoyant. Celui-ci peut voir en effet mais il ne peut distinguer. Celui qui a acquis la capacité de différencier les uns des autres les êtres et les événements des mondes supérieurs est appelé un « initié »…

 

Conférence III – LES ENTITES SPIRITUELLES DIRIGEANTES DANS LEUR LIEN AU CHRIST. L’HOROSCOPE DE L’ÊTRE HUMAIN ET SON ARRIERE-PLAN SPIRITUEL. L’ACTION PERMANENTE DU COSMOS DANS LA VIE DU CHRIST. CARACTERE UNIQUE DE LA VENUE DU CHRIST SUR LA TERE. L’INSPIRATION DE COPERNIC, GIORDANO BUNO, KEPLER, GALILEE AU DEBUT DES TEMPS MODERNES. LE RENOUVELLEMENT DE L’EXPERIENCE DE PAUL DEVANT DAMAS AU XXe SIECLE.

… La science de l’esprit doit reconnaître dans le Christ non seulement une entité terrestre mais encore une entité cosmique.

Dans un certain sens, l’homme est avant tout un être cosmique. Il vit une double vie : l’une dans le corps physique entre la naissance et la mort, et une autre vie dans les mondes spirituels entre la mort et une nouvelle naissance…

Si on photographiait le cerveau d’un homme au moment où il est né, et si on photographiait alors aussi l’espace céleste se trouvant précisément au-dessus du lieu de naissance de cet homme, cette dernière image se révélerait être absolument la même que celle du cerveau de cet homme. Les étoiles sont disposées dans l’image du ciel à la façon dont certaines parties le sont dans l’image du cerveau. L’homme porte en lui une image de l’espace céleste et, de plus, chacun en a une image qui est différente, selon qu’il est né ici ou là et à tel ou tel moment.

Cela est une indication du fait que l’homme est né de l’univers entier…

 

 LA MISSION DE LA NOUVELLE REVELATION DE L’ESPRIT –

Paroles d’introduction au cycle de conférences « Les guides spirituels de l’homme et de l’humanité » - 5 juin 1911

IMPORTANCE D’UNE TOLERANCE AUTHENTIQUE. LE CHRIST EN TANT QUE CENTRE DE GRAVITE DE TOUTE L’EVOLUTION TERRESTRE. LA POSSIBILITE D’ERREUR ACCRUE A NOTRE EPOQUE. CONDITIONS PARTICULIERES D’UNE NOUVELLE REVELATION DE L’ESPRIT.

… En fait une époque arrive, dans laquelle les hommes doivent vivre beaucoup de choses nouvelles en rapport avec toute l’évolution de notre terre. Les hommes devront penser de façon neuve à propos de maintes choses…                                    

 

 NOTES

4 « Ich » est le mot allemand pour « Je », « J’ » ou « Moi ». Rudolf Steiner a souvent signalé l’importance de la sonorité et du graphisme de ce mot, ainsi par exemple le 19 janvier 1907 à Stuttgart : « … Les mots, et même les lettres ont tous un sens caché plus profond. Notre « Ich » allemand, avec la combinaison des lettres I, C, H, contient en lui les initiales de Jésus Christ : I-CH (Iesus Christus). Les grands initiés amenèrent ce mot à rendre Ich = Jésus Christ… Le « Ich » allemand donne de la force dans l’âme. Le fait que ces lettres soient les initiales du nom du Christ doit rendre ce mot vivant pour nous. Le Christ est présent tous les jours et il agit à travers toutes les langues. Plus on va vers l’Est et plus la langue est riche ; plus on va vers l’ouest et plus elle est pauvre… »…                                                                                                                                

p. 2/2 Les guides spirituels de l’homme et de l’humanité

 

 

Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL