Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL    

 

MYSTERES DU SEUIL

 Par Rudolf Steiner

ANTHROPOSOPHIE

Cliquez ici

 

 

  

D'OU VIENT LA MALADIE ? Cliquez ici 

 

 

 

 

 

AVERTISSEMENTS IMPORTANTS PAR L’AUTEUR DU RÉSUME :

Ce résumé de cinq pages (Time new Roman, corps de 9), réalisé à partir à partir d’un livre de 236 pages

ne peut en être qu’une présentation incomplète. 

Il est une invitation à lire, si vous en sentez l’intérêt, l’intégralité du livre.

Les points de suspension qui apparaissent correspondent à des parties de phrases volontairement retirées 

ou à plusieurs phrases omises, avant ou après le texte, pour ne pas alourdir le résumé.

Les parties surlignées et/ou en gras sont dues à l'auteur du résumé.

 Ce résumé ne reprend que très partiellement la présentation du livre original.

Un résumé est surtout utile à celui qui a d’abord lu avec attention le livre dans sa totalité.

Il est conseillé de compléter ce résumé par la lecture du  livre.

Ce livre étant en Copyright, vous êtes priés d'en respecter la propriété intellectuelle des auteurs 

pour toute citation éventuelle de phrases extraites du résumé.

 

Le résumé (5 pages) ne peut être qu'un aperçu de ce livre.

 

Vous pouvez commander ce livre, par exemple, à :  http://www.amazon.fr  ou http://www.alapage.com ou http://www.priceminister.com   

 

    

 

 

 
 

 MYSTERES DU SEUIL - Résumé (5 pages) :

 

  

 

 

MYSTERES DU SEUIL

 DIE GEHEIMNISSE DER SCHWELLE (GA 147)

GA 147 - Par Rudolf Steiner, Munich 24 au 31 août 1913 ©1980 Editions EAR, CH 1204 Genève – 236 pages (traduit par S. Hannedouche)

«… Il faudra seulement passer sur quelques imperfections de langage dans ces esquisses que je n’ai pas revues avant leur parution » (R. Steiner)

 

1ère  Conférence –  L’EVEIL DES ÂMES. DEGRES DU SOUVENIR RETROSPECTIF. L’ATTENTE                                                

… Il faut concevoir comme une importante expérience celle que l’âme fait lorsqu’elle traverse consciemment, durant la période du Devachan, ce qu’on appelle le Minuit des mondes

Au début de cette vie terrestre, pendant un temps assez long, une sorte de brume se répand cependant sur cette expérience, qui ne se réveille qu’à un stade ultérieur de la vie actuelle. Mais elle ne se réveille que si une certaine fermeté et un calme intérieurs se sont établis dans l’âme…

On ne peut ressentir d’une manière vraiment occulte la montée du souvenir vers le Minuit des mondes et vers l’expérience de l’incarnation antérieure que lorsque l’âme est dans cette disposition calme, de sorte que le fait n’assaille pas l’âme de façon tumultueuse et tragique…

Ahriman saisit les hommes au collet pour les empêcher de comprendre que les paroles ne deviennent vivantes dans leur essence profonde que lorsqu’on tient compte du contexte dans lequel elles sont prononcées…

Il peut arriver à maintes personnes de masquer le sens clair sous des paroles obscures ; mais aucun d’eux n’admettra facilement qu’en des paroles claires puisse se cacher un sens obscur. Cependant admettre que les paroles claires peuvent cacher un sens obscur, c’est admettre  une partie supérieure dans la nature humaine…

 

2ème  Conférence – CONSIDERATIONS SUR LA FRONTIERE QUI SEPARE LE MONDE DES SENS ET LES MONDES SUPRASENSIBLES. L’ETRE ET L’ACTIVITE DE LUCIFER ET D’AHRIMAN. COMMENT NAÎT LE MAL                                            

… Car il est naturel que tout ce que l’âme humaine peut d’abord éprouver dans le monde spirituel suprasensible soit pour ainsi dire de l’inconnu pour toutes les facultés et toutes les expériences de l’âme humaine…

Ces entités que nous appelons lucifériennes et ahrimaniennes sont présentes dans le monde, elles ont leur mission dans l’ordonnance du monde, et l’on ne peut pas les supprimer. En effet, il ne s’agit pas de les supprimer, mais  comme pour les poids sur les plateaux de la balance, d’équilibrer leurs impulsions sur les hommes et les autres êtres, de les compenser…

La mission de régulariser cette mort selon les décisions du monde spirituel incombe à Ahriman ; il est le seigneur qui régularise la mort. Le règne qui est essentiellement sien est le règne minéral, ce règne est toujours mort ; la mort est pour ainsi dire répandue sur le monde minéral…

Dans la nature extérieure qui nous entoure, Ahriman est le légitime Seigneur de la Mort et dans ce sens, on ne doit pas le tenir pour une Puissance mauvaise, mais comme une Puissance fondée dans l’ordonnance générale du monde….

Les hommes qui ne veulent rien savoir du monde spirituel, sont ceux qu’Ahriman possède, il les tient, car il a capté leur pensée et la pousse à rester dans le monde sensible. Lorsqu’un homme ne s’intéresse pas à l’occultisme, refuse de croire à un monde spirituel, il en résulte qu’il devient un grossier matérialiste…

Notre attitude envers Ahriman est juste quand nous reconnaissons que grâce à ses impulsions légitimes, notre âme peut avoir une relation normale avec le monde sensible, mais nous devons veiller à ce qu’il ne nous séduise pas de la manière qui vient d’être décrite…

Car ce recul craintif devant la puissance ahrimanienne conduit les hommes à mépriser le monde des sens, à s’en désintéresser au point de refuser la joie de l’apprécier à sa juste valeur…

Ahriman est pleinement justifié quand il pousse l’homme à considérer correctement le monde sensible…

Le suprasensible qui intervient plutôt dans le monde extérieur, nous le désignons pour certaines raisons comme « spirituel » ; celui qui agit plutôt dans l’être intérieur de l’homme, nous l’appelons « psychique ».

Ahriman est plus un être spirituel, Lucifer, plus psychique. Ahriman est pour ainsi dire le maître de tout ce qui se passe dans la nature extérieure, Lucifer pénètre de ses impulsions l’intérieur de l’homme.

Il existe en fait dans l’ordonnance du monde une mission de Lucifer tout à fait légitime. Elle consiste à arracher en quelque sorte l’homme et tout ce qui est âme au monde, de la vie qui se complait uniquement au domaine physique des sens.

S’il n’y avait pas de puissance luciférienne dans le monde, l’homme passerait en rêvant au milieu des perceptions du monde extérieur et des interprétations de son intelligence. L’existence humaine et celle de l’âme seraient une sorte de rêve à l’intérieur du monde sensible…

Partout où dans la vie de son âme, de ses pensées et de ses sentiments, l’homme crée quelque chose qui ne dépend pas uniquement du monde sensible mais s’élève au-dessus de celui-ci, Lucifer est la Puissance qui l’arrache à ce monde sensible.

Une grande part de la création artistique, celle qui élève et libère l’âme est une inspiration de Lucifer…

Mais Lucifer peut dépasser son domaine et c’est en cela qu’il s’oppose à l’ordonnance du monde. Lucifer sort de ses limites et a toujours tendances à les dépasser quand il veut pervertit l’âme dans ses sentiments.

Tandis qu’Ahriman s’attaque davantage à la pensée, Lucifer s’attaque à la vie du sentiment : aux émotions, penchants, passions, désirs, à tout ce qui, dans l’âme, a un caractère de sentiment pour le détacher du monde physique-sensible, le spiritualiser et se fonder ainsi une île à lui, isolée pourrait-on dire, île d’existence spirituelle, un règne luciférien au moyen de tout le butin sentimental dont il a réussi à s’emparer dans le monde des sens…

On peut se faire une idée de la manière dont Lucifer peut s’approcher de l’homme quand on considère une manifestation de la vie humaine – dont nous parlerons encore avec plus de précision -, celle que l’on désigne comme l’amour au sens le plus large et qui au fond, est la base de toute vie morale dans l’ordonnance du monde humain.

De cet amour au sens le plus large, on peut dire : lorsqu’il se manifeste dans le monde physique-sensible et agit à l’intérieur de la vie humaine, il est absolument protégé de toute emprise luciférienne illégitime, quand un être humain qui en aime un autre, uniquement pour celui-ci et non égoïstement pour soi…

p. 1/5  - Mystères du seuil

Cet amour dont la raison d’être n’est pas dans celui qui aime mais dans celui qui est aimé, cette forme d’amour dans le monde sensible échappe absolument à toute influence luciférienne. Mais si vous observez la vie humaine, vous remarquez bien vite qu’il existe aussi une autre sorte d’amour, celui par lequel on aime parce qu’on est satisfait soi-même, enthousiasmé, ravi de pouvoir aimer tel ou tel être. On aime alors pour sa propre satisfaction…

Cet amour qu’on pourrait appeler « amour égoïste » doit aussi exister, l’humanité ne doit pas en être privée…

Dans l’amour spirituel, cet élément personnel, individuel, on pourrait même dire « égoïste », est entièrement légitime.

Cet amour arrache l’homme au monde des sens et l’élève dans le monde spirituel, il l’engage à accomplir ce qui doit le rendre de plus en plus parfait.

Cependant Lucifer a tendance à entremêler ces deux mondes…

Ainsi tout amour qui peut être appelé égoïste, qui n’est pas là dans l’intérêt de celui qu’on aime, mais de celui qui aime, est exposé aux influences lucifériennes…

Une grande partie de notre littérature scientifique, littérature médicale actuelle tout particulièrement, est imprégnée de cette manière de concevoir l’amour. Si l’on voulait parler avec précision, on toucherait là à un domaine scabreux : la médecine témoigne en effet d’une complaisance toute particulière pour l’élément luciférien de l’amour quand elle dit et répète toujours aux hommes (c’est surtout le monde masculin qui est visé) qu’ils devraient exercer un certain domaine de l’amour parce qu’il est nécessaire à leur santé, donc dans leur propre intérêt…

Partout où il [Lucifer] suscite les impulsions artistiques et les belles formes, son activité prend un caractère de grandeur, de noblesse et de puissante élévation…

Combien de gens font de la philosophie superficiellement, sans se soucier si leur philosophie est en accord avec les nécessités de l’ordre mondial…

Pour que l’amour se développe de la manière dont le monde spirituel l’exige, il faut que l’homme pénètre de force intérieure son moi, que l’homme ait l’impulsion de se développer, le désir de se perfectionner…

Dans chaque âme humaine, il existe une tendance naturelle, un amour vivant pour le monde spirituel, même dans les âmes matérialistes. Les homes se rendent simplement impuissants à l’égard de cette impulsion. Mais il existe une loi : quand une force est retenue d’un côté elle ressurgit de l’autre. Et  il en résulte que l’instinct égoïste se transforme en passions et instincts sensuels…

Il faut savoir que ces instincts exécrables qui surgissent dans le monde des sens, pourraient, s’ils étaient utilisés dans le monde spirituel, réaliser les choses les plus nobles. Cela est extrêmement important…

Il y a énormément de gens qui « butinent », qui sont friands du monde spirituel et il faut reconnaître qu’en vérité la gourmandise dans le monde suprasensible est beaucoup plus grave qu’elle ne l’est dans le monde physique-sensible.

On peut donc « butiner » dans le monde spirituel ; il arrive alors très souvent qu’on rapporte les expériences qu’on y a faites dans le monde sensible, mais alors tout se densifie, se contracte. Ainsi un tel clairvoyant qui ne se conforme pas aux lois de l’ordonnance du monde, quand il revient dans le monde physique il y rapporte des images et des impressions densifiées et durcies. Il ne voit et ne pense pas seulement physiquement car il a devant lui dans son corps physique les reflets imagés du monde spirituel qui paraissent tout à fait semblables aux images sensibles mais n’ont en fait aucune réalité : ce sont des illusions, des hallucinations, des rêveries.

Dans le monde spirituel celui qui veut voir correctement ne confondra jamais la réalité avec l’imaginaire…

Rien de ce qui a le caractère de passions dans le monde sensible ne doit être transporté dans le monde spirituel, si l’âme ne veut pas succomber aux attaques et aux séductions de Lucifer…

Comme la connaissance de soi est difficile à cet endroit et que l’âme arrive très difficilement à discerner avec clarté certaines propriétés, qu’en outre les hommes ont le désir de pénétrer le plus rapidement possible dans le monde spirituel, il n’est pas étonnant qu’ils se disent : je suis déjà prêt et je vais maîtriser mes passions. Ceci est naturellement plus facile à dire qu’à faire. En particulier il existe des dispositions personnelles qu’on domine mal : l’orgueil, la vanité et autres choses semblables sont enracinées de telle sorte dans les âmes que s’avouer : tu es vaniteux et orgueilleux, tu es possessif, - n’est pas aisé. Quand on s’examine sur ce point, on se leurre le plus souvent…

Nous voyons donc que la disposition de l’âme doit être entièrement libérée de toute affectivité et de la passion qui n’ont d’importance que pour le monde physique-sensible, quand elle doit passer correctement le seuil du monde spirituel et qu’elle ne veut pas supporter dans le monde spirituel les conséquences nécessaires de la sentimentalité restée liée au monde sensible…

 

3ème  Conférence –  EXPERIENCES FAITES PAR L’ÂME DANS LE MONDE ELEMENTAIRE                                         

… La véritable nature de l’être humain ne peut se révéler que grâce à la conscience clairvoyante…

J’appellerai le premier monde où pénètre l’âme humaine devenue clairvoyante après qu’elle a franchi le Seuil, le « monde élémentaire »

Le monde élémentaire est tout autre chose que le monde sensible…

Vous êtes devant eux [ces êtres et ces phénomènes], vous êtes en dehors d’eux et vous savez aussi que tant que vous circulez dans le monde sensible, vous restez le même. Or cela change immédiatement quand on pénètre dans le monde élémentaire ; là, il est nécessaire que l’on s’adapte complètement avec toute sa vie intérieure à un être ou à un phénomène et qu’avec toute son âme on se transforme en cet être ou en cet événement…

Dans le monde élémentaire, on n’apprend à connaître un être que lorsque, d’une certaine manière, on participe à son continuel devenir. Dans le monde élémentaire, on ne peut donc avancer, quand on y a pénétré au-delà du Seuil, que si l’on se transforme à chaque pas en se glissant dans chaque phénomène particulier, dans chaque être…

L’âme de l’homme telle qu’elle est dans le monde sensible est trop faible pour se transformer ainsi continuellement, pour s’adapter à chaque être quand elle quand elle pénètre dans le monde élémentaire. C’est pourquoi il faut que ses forces augmentent, s’intensifient et pour cela, les préparations décrites dans la « Science de l’Occulte » et dans « l’Initiation » sont nécessaires, car elles conduisent toutes à rendre l’âme plus forte et plus résistante…

p. 2/5  - Mystères du seuil

En m’exprimant simplement, je dirais sans ambages qu’on doit savoir se comporter correctement dans les deux mondes…

Ce qui rend mobile face au monde spirituel c’est la vie des concepts en l’homme, c’est la faculté de rendre mobile l’activité de la pensée, de sorte que cette pensée devenue mobile, on peut plonger dans les êtres et les phénomènes. Quant à l’autre état, celui qu’on peut comparer au sommeil du monde sensible, c’est la volonté humaine qui doit être cultivée et renforcée.

Ainsi : pour la faculté de transformation, c’est la pensée ou la représentation qui doivent être cultivées, et pour l’autre état, la volonté

On ne peut développer aucun sentiment de soi dans le monde élémentaire si on ne concentre pas sa volonté, si on ne se veut pas soi-même… Pour le monde élémentaire, il est nécessaire de se vouloir soi-même ; et de même que le sommeil et la veille se succèdent dans le monde physique, dans ce monde élémentaire l’état de se sentir transformé en un être quelconque doit alterner avec une volonté renforcée de se sentir en soi-même…

Dans le monde élémentaire la faculté de métamorphose et la vie en soi, avec un sentiment de soi renforcé, alternent d’une manière beaucoup plus arbitraire que la veille et le sommeil dans le monde physique. Dans certaines circonstances, il peut même se produire que, par l’élasticité de cette conscience, les deux états soient présents en même temps, que d’une part on puisse pour ainsi dire se transformer et que cependant on retienne certaines parties de son âme pour rester en soi….

Il faut de plus considérer que si la pensée peut se développer jusqu’à la faculté de transformation pour s’adapter au monde élémentaire, par contre, la pensée saine et juste du monde physique est inutilisable pour le monde élémentaire

Dans le monde élémentaire, on ne peut pas se trouver devant des pensées passives comme dans le monde physique.

Quand l’âme clairvoyante est familiarisée avec le monde élémentaire, les pensées ne sont plus des choses que l’on commande, elles deviennent des êtres vivants

Cela devient tout différent quand l’âme plonge pour ainsi dire dans le monde élémentaire. Là, les pensées vivent une vie indépendante. Ce ne sont plus des pensées passives.

On doit pouvoir observer avec un calme total les sympathies et antipathies dans le monde élémentaire comme étant des propriétés inhérentes à ce monde…

Aussitôt qu’avec notre corps éthérique nous nous mouvons dans le monde élémentaire, les pensées deviennent – je dirais plus concrètes, plus vivantes, plus indépendantes, plus vraies dans leur essence…

Puis à nouveau, quand dans le monde élémentaire on s’est recueilli un certain temps en soi-même, et qu’on a fortement développé le sentiment volontaire de « Je me veux », quelque chose survient que l’on peut appeler le douloureux sentiment d’être seul, d’être abandonné, qui suscite le désir de sortir de cet état de se vouloir soi-même et de se livrer de nouveau à la transformation… Dans le monde élémentaire, quand on s’est plongé dans l’état de sommeil qui correspond au « ne vouloir que soi-même », le sentiment d’être abandonné exige qu’on se livre à nouveau à la faculté de transformation, c’est-à-dire : qu’on veuille s’éveiller

Le renforcement et l’affermissement de la vie de l’âme font donc partie de ces préparations, souvent indiquées par moi, en vue de la vie dans les mondes suprasensibles. L’affermissement et le renforcement de la vie de l’âme.

En premier lieu doivent être renforcées ces qualités de l’âme que l’on pourrait désigner comme les qualités de haute moralité qui se révèlent dans la fermeté du caractère, la certitude intérieure et le calme.

Le courage intérieur et la fermeté du caractère doivent avant toute chose exister dans l’âme, car la faiblesse de caractère affaiblit l’âme et c’est avec une vie de l’âme affaiblie qu’on pénètre dans le monde élémentaire….

J’ai  caractérisé dans « l’Initiation » comme la formation des fleurs de lotus qui chez l’aspirant à la clairvoyance se cristallisent pour ainsi dire dans le corps spirituel de l’homme, que cette formation peut se produire, - mais ne le devrait pas, - quand on néglige les moyens de se fortifier moralement.

Ces fleurs de lotus doivent être là si l’homme veut avoir la faculté de transformation ; car celle-ci consiste dans le fait que les fleurs de lotus déploient leurs pétales et les écartent de l’homme pour étreindre le monde spirituel et s’y ajuster.

Pour la vision clairvoyante, le développement de la faculté de transformation se marque dans le déploiement des fleurs de lotus, et la formation  d’un fort sentiment du Moi est une consolidation intérieure que l’on pourrait appeler une épine dorsale élémentaire. Il faut avoir développé les deux choses selon leur but : les fleurs de lotus pour pouvoir se transformer et quelque chose d’analogue à une épine dorsale physique, une épine dorsale élémentaire, pour que le Moi fortifié puisse se développer dans le monde élémentaire…

 

4ème  Conférence –   LA MONTEE DE L’ÂME DANS LE MONDE SPIRITUEL PROPREMENT DIT. LECTURE DE L’ECRITURE COSMIQUE DANS LE DOMAINE DE L’ESPRIT

Quand l’âme devenue clairvoyante progresse de plus en plus, elle passe du monde élémentaire dans le monde spirituel proprement dit…

A l’intérieur du monde élémentaire, l’âme devenue clairvoyante trouve autour d’elle bien des choses et des phénomènes qui, par leurs propriétés et leurs formes, rappellent ce qui existe dans le monde des sens. Mais quand elle accède au monde spirituel, les particularités, les marques distinctives des phénomènes et les entités lui apparaissent tout autrement que ce qu’elle connaît dans le monde des sens…

Or en ce qui concerne la relation que l’âme établit avec le monde des images du domaine de l’Esprit, il en est exactement de même. On n’a pas à faire une description de ce qu’on a devant les yeux, cela ressemble plutôt à une lecture et les images que l’on contemple sont au fond une écriture cosmique. L’attitude de l’âme est juste quand on sent qu’on a devant soi une écriture cosmique et que les images transmettent ce qu’est la réalité du monde spirituel devant laquelle se tisse leur ensemble.

C’est pourquoi on doit parler au sens propre du terme d’une lecture de l’écriture cosmique dans le domaine de l’Esprit…

En ce qui concerne les impressions justes venues du monde spirituel il est justifié de dire ! « Ne rien forcer, - rester paisiblement dans le calme, / De l’attente absolue à l’intérieur de l’âme. » (extrait de 3eveil des âmes », scènes 3 et 13…

Comme dans le monde physique-sensible les êtres sont faits de chair et de sang, dans le monde spirituel, ces êtres sont faits de la substance de la pensée ; ils sont des pensées, de pures pensées, mais des pensées vivantes douées d’une entité intérieure : ce sont des Êtres-pensées-vivants...

p. 3/5  - Mystères du seuil

5ème  Conférence –   PRESENCE DE LA TRINITE DANS LES PHENOMENES DU MONDE. UN CONTE DE DAME BALDE ET LES ENSEIGNEMENTS DE BENEDICTUS. PENSEE, PAROLE, ECRITURE. LUCIFER ET AHRIMAN.

… Dans la pensée solitaire règne la tentation de Lucifer et… dans les ouvrages écrits, dans tout ce qui est fixé par l’écriture ou l’imprimerie, règne l’élément ahrimanien !...

Entre les deux, entre la pensée solitaire et l’écriture nous avons la parole, la parole dans laquelle on ne peut être solitaire comme avec sa pensée. Par la parole on vit dans une société. Penser, on le peut quand on est isolé et seul. Cela a un sens de penser tout seul, mais quand on veut rester seul, on n’a pas besoin de la parole. La parole n’a de sens que dans la communauté. La parole n’appartient donc pas à la solitude de a personne humaine, elle n’entre en jeu que dans la communauté…

L’influence de Lucifer doit être le fondement de la pensée solitaire – et celle d’Ahriman le fondement de l’écriture…

La parole est destinée à exprimer et à répandre la sagesse, la connaissance, les pensées, les représentations…

On établit ainsi une relation juste entre Lucifer et la parole : ne pas condamner la pensée solitaire, mais en écoutant la parole qui a résonné à travers les époques, tenir compte de tout ce qui appartient à l’ensemble des hommes. Plus on adopte cette attitude, plus on reconnait à Lucifer une juste influence sur la parole. Il n’y a pas de soumission pure et simple à l’autorité de la parole ; au contraire, on protège la Parole qui porte la sagesse terrestre de civilisation en civilisation…

Placer la parole au milieu pour, à droite comme à gauche, - dans la pensée comme dans l’écriture, - laisser agir les polarités Lucifer et Ahriman qui s’opposent, c’est ainsi que doit se conduire celui qui veut rester sur un sol ferme…

Une trinité préside au courant entier de l’évolution du monde : d’un côté l’élément luciférien : la pensée solitaire ; de l’autre, l’élément ahrimanien : l’écriture, et au milieu le troisième élément : l’élément purement divin. Il [Capésius] vit l’importance significative du nombre trois dans le développement de la culture sur le plan terrestre et il pressentit que cette trinité devait se retrouver partout…

Dans chaque trinité deux choses s’opposent et doivent être mises en harmonie selon la mesure. Capésius apprit ainsi à connaître une loi cosmique puissante dont il savait maintenant que, d’une certaine manière, elle ne se trouverait pas seulement sur le plan physique, mais aussi dans les mondes supérieurs…

Quand on renforce et qu’on éveille l’âme de telle sorte qu’on voit et qu’on entend sa pensée, on a la méditation. La méditation est un état intermédiaire. Elle n’est ni pensée, ni perception… L’homme qui médite, qui vit dans ses pensées au point qu’elles deviennent vivantes en lu comme le sont les perceptions, vit et s’épanche dans le courant divin…

L’âme qui veut se préparer en vue d’acquérir les connaissances des mondes spirituels, doit s’habituer peu à peu à chercher partout dans le monde, en chaque point qu’elle peut atteindre, le nombre, et avant tout le nombre trois….

 

6ème  Conférence – LA FORMATION SPIRITUELLE POUR LE PROGRES DE LA CULTURE. RENCONTRE DE L’ÂME HUMAINE AVEC L’AUTRE SOI DANS LE MONDE SPIRITUEL. LE DIALOGUE SPIRITUEL AVEC LES ÊTREES-PENSEES.                                       

… Et c’est dans le monde physique qu’on doit s’approprier les notions pour ce qui, venant du monde spirituel brille et rayonne dans le monde physique… Quand on observe les différents arts tels qu’ils existent dans le monde physique-sensible, on compte d’abord cinq arts importants : l’architecture, la sculpture, la peinture, la musique et la poésie. Il y a des arts qui mènent ou unissent les différents éléments présents dans les arts précités : la danse, par exemple, qui en réunit certains…

Parmi ces cinq arts, l’architecture et la sculpture sont surtout exposés à l’impulsion ahrimanienne ; elle y est active car il y est question de formes… On peut… dire que la poésie et la musique sont des arts influencés par Lucifer et l’architecture et la sculpture des arts influencés par Ahriman…

Entre le caractère ahrimanien de l’architecture et de la sculpture et le caractère luciférien de la poésie et de la musique se place la peinture. D’une certaine manière elle est un terrain neutre…

Ici on peut dire : l’homme vit dans son corps physique quand il est dans le monde physique.

Quand il le quitte, quand il est hors du corps physique, il vit dans son corps éthérique et il a le monde élémentaire autour de lui. Quand il sort de celui-ci, il vit dans son corps astral dans le domaine de l’Esprit. A côté de cette expérience, de ce sentiment d’être dans le corps astral, il fait dans le monde spirituel la rencontre de l’autre Soi

Nous parlerons encore de ce qu’est en principe cet autre Soi. Il est ce que l’homme apprend à connaître quand, dans le monde spirituel, à l’intérieur de son corps astral, il apprend à ressentir, percevoir, vivre. Il est ce qui passe de vie terrestre en vie terrestre, d’incarnation en incarnation…

Comment agit cet autre Soi ? On dit avec raison que cet autre Soi appartient au domaine de l’Esprit, qu’il est un être-pensée parmi des Êtres-pensées. Chez ceux-ci les paroles sont des actes et ce qu’ils font, ils le font grâce à ce qu’on peut appeler l’Inspiration. La nature de l’homme est inspirée par le deuxième Soi. Qu’inspire-t-il alors ? Il inspire ce que nous appelons notre karma, notre destin. C’est ici que s’accomplit le processus mystérieux : ce que nous éprouvons de triste, de joyeux, tout ce qui se produit dans notre vie est inspiré du monde spirituel par notre autre Soi. Si vous marchez dans la rue et qu’il vous arrive quelque chose qui vous semble un hasard, c’est inspiré du monde spirituel par votre autre Soi. Ainsi dans le monde spirituel il existe quelque chose comme une inspiration et cette inspiration se réalise sur le plan physique provoquant les faits qui constituent votre destin en petit ou en grand…

Derrière les circonstances physiques de votre destin, se tiennent aussi des Entités et des actions spirituelles. Quelles sont ces Entités et ces actions spirituelles ? Ce sont vos inspirations ! des « Paroles-Actes » d’un dialogue spirituel échangé dans le monde spirituel. La parole cosmique est l’inspirateur du destin humain ! C’est un moment très important de la connaissance spirituelle, quand on rencontre son autre Soi…

Comme on transporte dans les périodes ultérieures de la vie les souvenirs des périodes antérieures, on doit transporter dans le monde spirituel ce que l’on a fortifié dans son âme grâce au plan physique. C’est avec une âme qui se souvient du plan physique que l’on doit pénétrer dans le monde spirituel. Et ensuite, on devra endurer quelque chose de bien précis que l’on peut décrire ainsi : Imaginez qu’à un moment de votre vie habituelle, toutes vos perceptions cessent…

Toutes votre manière de vivre précédemment cesserait et vous ne sauriez que ce dont vous pourriez vous souvenir. C’est exactement dans cet état que vous vous élevez avec la conscience clairvoyante dans le monde spirituel…

p. 4/5  - Mystères du seuil

A certains égards c’est facile à dire, mais se voir ainsi, à l’état de pur souvenir, sans aucun présent, ne pouvoir parler de son être que comme d’un être passé est une expérience extrêmement importante…

L’âme humaine qui s’élève dans le domaine de l’Esprit ressent à un certain moment : tu n’es que ce que tu as été…

 

7ème  Conférence – LE DEVELOPPEMENT DE JOHANNES THOMASIUS. LE DOUBLE. L’ESPRIT DE LA JEUNESSE DE JOHANNES. L’AUTRE PHILIA. L’ABIME DE L’ÊTRE                                         

… Il faut aussi avoir conscience que ce qu’on appelle : pensée, sentiment, volonté, est une maya ; c’est l’ombre de ces trois êtres projetée dans l’âme…

Si l’homme se trouve en face de ces pensées qui sont des êtres vivants, si Ahriman a l’occasion de rendre indépendante cette partie de l’âme humaine, de lui donner la forme humaine, et qu’on soit à ce moment dans le monde élémentaire, on se trouve alors devant cette partie indépendante de son entité comme devant son double.

Celui-ci est toujours une partie de l’âme humaine à laquelle Ahriman donne la forme humaine. Il faut en effet se rendre compte que quand on aborde le monde élémentaire, qu’on est en dehors de son corps physique, on ne peut pas se trouver en face de soi-même ; mais quand dans son corps éthérique, on pénètre dans l monde élémentaire, on peut être dans ce corps éthérique et pourtant le voir du dehors, comme on voit le Double. C’est cela qu’on entend par « le Double ». Au fond, pour parler nettement, il est une grande partie du corps éthérique lui-même…

Toutes les âmes ont… un karma qui n’est pas réglé…

On vit dans ce monde comme le font naturellement les enfants, pour la satisfaction de leur intérêt et de ce qui leur est utile, même si plus tard, ils deviennent clairvoyants. A un moment quelconque – cela dépend du Karma – la vision des mondes spirituels peut jaillir…

 

8ème  Conférence – LES INFLUENCES LUCIFERIENNES ET AHRIMANIENNES DANS LE PASSE ET DANS LE PRESENT. LE GARDIEN DU SEUIL. RECAPITULATION                                         

… En fait, nous venons au Gardien du Seuil en renforçant tout particulièrement notre sentiment du Moi. Ce sentiment du Moi nous devons le renforcer quand nous voulons nous élever dans le monde spirituel, mais alors se renforcent aussi toutes les tendances, les habitudes, les faiblesses et les préjugés qui dans le monde extérieur, sont retenus par l’éducation, la politesse, la civilisation extérieure. Au seuil du monde spirituel, de l’intérieur même de notre être les impulsions lucifériennes surgissent et tandis que l’homme a tendance à s’étourdir, Lucifer et Ahriman s’unissent aussitôt, d’où il résulte que l’entrée du monde spirituel est ainsi défendue à l’homme…

Lorsqu’on veut, avec une avidité toute particulière, pénétrer dans le monde spirituel, il advient alors vraiment, - ce qu’on peut appeler – qu’on butine dans le monde spirituel. Et ce que l’on butine là, condensé par Ahriman, se presse dans la conscience de l’homme sans pouvoir y pénétrer. L’homme ressent alors ce qu’il a butiné dans le monde spirituel sous une forme plus dense qui lui apparaît tout à fait semblable aux impressions physiques. Bref, il a des hallucinations, des illusions, il croit être devant un monde spirituel, parce qu’il s’est poussé jusqu’au Gardien du Seuil ; mais il ne l’a pas dépassé et il est repoussé avec sa gourmandise. Ce qu’il a butiné se condense en ce qui peut contenir de vraies images du monde spirituel, mais l’essentiel manque, c’st-à-dire une conception nette de la vérité et de la valeur de ce que l’âme voit…

Ne pas vouloir pénétrer dans le monde spirituel  pendant cette incarnation le Karma le permet, c’est manquer à son devoir vis-à-vis du progrès…

Rien n’est plus difficile à l’homme dans la vie, que de se connaître soi-même…

Rien n’est plus facile que de s’illusionner sur soi-même si l’on ne pratique pas constamment une connaissance de soi probe et absolument sincère. Mais cette connaissance de soi est très difficile à pratiquer directement…

Un bon exercice pour ceux qui aspirent au domaine spirituel serait de se dire toujours à nouveau quand ils agissent dans la vie, par exemple : je vais repasser en pensée les dernières trois ou quatre semaines, ou mieux les mois, et je vais replacer devant mes yeux les faits importants auxquels j’ai pris part. Je veux oublier systématiquement tout ce que j’aurais pu subir comme injustice. Je veux refuser toute excuse et ne pas rejeter la faute sur les autres. Je ne m’arrêterai pas à cette idée qu’un autre pourrait être plus coupable que moi… Que l’on essaie cet exercice et l’onverra que l’on acquiert intérieurement une tout autre relation avec le monde spirituel…

Ainsi donc, dans les autres mondes, on doit posséder un très fort sentiment de soi. Cette nécessité est importante pour vivre dans les mondes de la spiritualité. Mais on a aussi besoin pour ainsi dire du pôle opposé de l’affirmation justement faite : c’est-à-dire, de la connaissance que dans le monde physique, l’Esprit doit se fondre d’une manière particulière dans ce que l’on y appelle au sens large l’amour, la capacité d’aimer, la faculté de compatir, de partager la joie et la souffrance des autres…

Rien n’est si pénible, si amer à expérimenter que les résultats de l’absence d’amour et de la sécheresse de cœur que l’on a entretenus dans le monde physique…

On peut dire que l’amour vrai, sincère, la compassion noble et désintéressée sont de bonnes préparations pour l’âme qui veut s’élever par la clairvoyance dans les mondes spirituels…

Les âmes sans égoïsme, détachées d’elles-mêmes que l’on traite souvent de faibles dans la vie du monde sensible sont en fait des âmes fortes après la mort ; elles peuvent contempler longtemps à l’état de souvenir ce qu’elles ont apporté de l’existence physique dans le monde spirituel…

 

 PAROLES D’INTRODUCTION                                  

… Il est curieux de voir combien la pensée occidentale est peu capable d’être, avec son cœur et son âme, à l’écoute…         

o O o

Hors du livre :       Devachan : terme oriental pour désigner le monde purement spirituel, le « pays des Esprits ».

Ahriman = Satan : forme de pensée froide et calculatrice, rusée et logique.

Lucifer = Diable : égoïsme, passions, tendance à s’enorgueillir, à se surestimer, idées grandiloquentes.

 

p. 5/5  - Mystères du seuil

 

 

Retour ACCUEIL     Retour ANTHROPOSOPHIE      Retour ESSENTIEL