Télévision : émissions SAGESSES BOUDDHISTES - Dossier relatif aux émissions de France 2 "SAGESSES BOUDDHISTES", avec ou sans sous-titres et avec une transcription écrite pour la plupart de ces émissions. L'émission est présentée chaque dimanche de 8h30 à 8h45.
Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE          Retour Télé_SANTE          Retour SAGESSES BOUDDHISTES

TV - SAGESSES BOUDDHISTES - émissions Télévision France 2
Le tombeau de l'empereur Qianlong
Une extraordinaire découverte

* VIDÉO DES ÉMISSIONS "SAGESSES BOUDDHISTES" :

- 14.09.2014 : Le tombeau de l'empereur Qianlong - Une extraordinaire découverte
Sagesses Bouddhistes vous propose de découvrir le tombeau de l’empereur Qianlong (1711 – 1799) au cœur de la Cité Interdite, non dévoilé au Public.

PRÉSENTATION :

Dossier relatif aux émissions de télévision "Sagesses bouddhistes", avec une transcription écrite.

L'émission " Sagesses Bouddhistes" est présentée chaque dimanche sur France 2 de 8h30 à 8h45.

 


VIDÉOS SAGESSES BOUDDHISTES :

Les vidéos sont sur Youtube au lien :
https://www.youtube.com/user/mauricegaultier

o O o


Replay sur France 2 :
http://www.france2.fr/emissions/les-chemins-de-la-foi

Replay sur Pluzz.fr :
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes.html


o O o

Toutes les vidéos, sur Youtube, depuis septembre 2010 avec la Sangha des Colibris au lien :
http://www.youtube.com/user/colibris67

 

Toutes les vidéos, sur Dailymotion, depuis 2008 avec vchristophe :
http://www.dailymotion.com/vchristophe

 

D'autres vidéos au site de Mickaël (Bordeaux) :
http://www.dailymotion.com/user/sakiamuni/1


o O o

 

Site de l'UBF (Union Bouddhiste de France) :
http://www.bouddhisme-france.org/ et plus particulièrement :
http://www.bouddhisme-france.org/sagesses-bouddhistes/emissions-sagesses-bouddhistes/ : les émissions diffusées, les livres présentés...

 

Forum Bouddhiste : L'Arbre des Refuges :
http://www.larbredesrefuges.com/




SOUS-TITRES et TRANSCRIPTION ÉCRITE DES SOUS-TITRES

Les présentes transcriptions écrites sont faites avec l'aide des sous-titres.

 

Vous pouvez aussi voir l'émission sous 7 jours avec les sous-titres
en activant les sous-titres dans la barre de défilement au lien :
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes.html
(roue crantée "plus d'options" et cliquer sur "sous-titres")


Remarques :
Le site "Télé Scoop" présente une transcription écrite des émissions "Sagesses bouddhistes" au lien :
http://telescoop.tv/search/?q=Sagesses+bouddhistes&ref=home


Il existe aussi dans le site de l'UBF ("Union Bouddhiste de France" ) des archives depuis 1997 au lien :
http://www.bouddhisme-france.org/archives/voix_bouddhistes/ où sont présentés quelques extraits des émissions Sagesses Bouddhistes.
Voici à ce lien quels thèmes sont ainsi présentés : #archives_u_b_f



 


Le tombeau de l'empereur Qianlong
Une extraordinaire découverte


 

VIDÉO DE L'ÉMISSION - PRÉSENTATION - TRANSCRIPTION ÉCRITE

Dimanche 14 septembre 2014 - France 2 à 8h30

Sagesses Bouddhistes vous propose de découvrir le tombeau de l’empereur Qianlong (1711 – 1799) au cœur de la Cité Interdite, non dévoilé au Public.


Photo de l'album de Facebook

LA VIDÉO DE L'ÉMISSION :

Revoir sur Youtube VOSTF sous-titrée en français :
https://www.youtube.com/watch?v=kmbH6Je7fcE (14'49 )



Revoir sur Dailymotion VOSTF :
http://www.dailymotion.com/video/x2yl7e9 (14'50)

Revoir en replay (6 jours) :
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes_,109169354.html
ou
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes_,125459026.html


PRÉSENTATION :

Sagesses Bouddhistes vous propose de découvrir le tombeau de l’empereur Qianlong (1711 – 1799) au cœur de la Cité Interdite, non dévoilé au Public.
Cet empereur de la dynastie, 4ème de la dynastie Qing avait développé des liens très profonds avec le bouddhisme et le Tibet.

Émission présentée par : Aurélie Godefroy

 

Autres informations :

Lu au lien http://www.bouddhisme-france.org/sagesses-bouddhistes/emissions-sagesses-bouddhistes/article/le-tombeau-de-l-empereur-qianlong-une-extraordinaire-decouverte.html

Livres présentés lors de cette émission

l’ABCDaire de la Cité Interdite
Editions : Editions Flammarion
ISBN : 2 08 011792 0
Un livre simple et clair, joliment illustré, qui permet de comprendre tous les aspects de la Cité interdite à travers des thèmes principaux : la Cité en elle-même, la Cour et les Arts, les souverains dont l’empereur Qianlong, y ayant vécus, et le contexte général de cette grandiose cité, reflétant toute la puissance chinoise de l’époque.

La Chine ancienne
Editions : Editions Hazan
ISBN : 978 2 7541 0110 3
Un livre-guide richement illustré et très complet, qui offre un très large panorama de 18 siècles d’histoire de Chine, à travers des figures marquantes, l’organisation du pouvoir, ainsi que la religion et la philosophie. A ne pas manquer pour ceux qui s’intéressent à ce domaine.

L’art de la Chine
Editions : Editions du Rouergue
ISBN : 978 2 8415 6842 0
Loin de l’imagerie traditionnelle et des clichés occidentaux, cet ouvrage nous fait découvrir les richesses d’un art et d’une civilisation majeurs.


Informations complémentaires :


Adresse du centre de Françoise Wang-Toutain :
Détchène Eusel Ling / 12 Rue Paul Vaillant Couturier / 94140 Alfortville
Site internet : www.detchene-eusel-ling.com

 

TRANSCRIPTION ÉCRITE DE L'ÉMISSION :

- Bonjour, et bienvenue. "Sagesses Bouddhistes" reçoit Françoise Wang-Toutain, chercheuse au CNRS, qui nous fait visiter le tombeau de l'empereur Qianlong situé au cœur de la cité interdite,

-Bonjour à toutes, bonjour à tous, c'est avec bonheur que nous vous retrouvons pour "Sagesses bouddhistes".
Nous avons souhaité ce matin vous faire partager une découverte, celle du tombeau de l'abondance de l'empereur Qianlong, un empereur mandchou qui vécut au 18ème siècle.
Nous vous avions déjà parlé de son parcours hors du commun, lors de notre émission consacrée aux chapelles tibétaines de la Cité interdite, qui montrait son attachement profond pour le bouddhisme tibétain. Quelle est la particularité de cette tombe ?
Que révèle-t-elle ?
J'ai l'immense plaisir d'accueillir pour en parler avec nous Françoise Wang-Toutain.

-Bonjour, Aurélie.

-Merci d'être avec nous. Bouddhiste depuis 30 ans, vous êtes aujourd'hui disciple et traductrice de votre maître.
Directrice de recherche au CNRS, vous travaillez sur des documents anciens chinois et tibétains.
Avant d'aborder plus précisément pourriez-vous nous parler de la personnalité de cet empereur au parcours hors du commun ?

-On peut déjà le resituer au niveau historique en disant que c'est le 4e parmi cette dynastie des Qing, la dynastie mandchou, et qu'il a régné au 18e siècle.
Et il est très célèbre pour son intérêt pour la culture chinoise.
Egalement pour le fait qu'il a revendiqué une identité mandchou.
On connaît mieux depuis deux décennies le fait qu'il a un intérêt...
C'est un personnage qui a de multiples facettes.
C'est un grand collectionneur d'art qui connaissait très bien la sensibilité taoïste.
C'est un personnage qui a fait beaucoup pour la culture chinoise en compilant des encyclopédies qui sont des ouvrages de référence.
Et c'est un homme qui a marqué le paysage chinois par ÎOUÎGS SES COHSÎFUCÎÎOHS.
C'est celui qui a donné à l'empire, qui est actuellement considéré comme la Chine, sa plus grande extension. Il est important.

-Comment en êtes-vous venue à travailler sur son tombeau ?

-Ça s'est fait par hasard.
J'étais à Pékin à l'occasion d'un colloque.
Un collègue chinois m'a dit : "Puisque tu t'intéresses "à la diffusion du bouddhisme tibétain, "en Chine, tu devrais aller voir le tombeau de l'empereur Qianlong."
Nous y sommes allés ensemble, et en arrivant sur le site que je n'avais jamais vu, ça a été un étonnement profond, stupéfiant, extraordinaire.

-Avant de rentrer plus en détails sur ce que vous avez découvert, je vous propose de regarder un petit sujet qui nous présente

-Nous sommes à Qing Dongling, à plus de 100km au nord-est de Pékin. Entre le 17ème et le 20ème siècle, 5 empereurs furent enterrés dans ce site exceptionnel, classé par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité.
La construction du tombeau de l'empereur Qianlong commença en 1743 et dura près de 10 ans.
De l'extérieur, ce tombeau suit l'architecture traditionnelle des mausolées impériaux chinois.
Mais son ouverture officielle en 1977 a fait découvrir une décoration intérieure très particulière.
A 54 m sous terre, un espace de 372 mètres carrés fut aménagé en 6 chambres funéraires.
Des représentations ainsi que des inscriptions sur les murs confèrent à ce tombeau un caractère bouddhique inhabituel.
On ne trouve ni chinois ni mandchou parmi ces inscriptions.
Elles sont en tibétain ou en lantsa, une écriture indienne.
Près de 30 000 lettres sont ainsi gravées avec une calligraphie raffinée.
Ce sont des dharanis ou mantras.
Huit grands bodhisattvas ornent les portes de pierre fermant l'accès aux chambres funéraires, alors que les 4 rois célestes gardent l'entrée du tombeau, et contribuent ainsi à y créer un espace sacré.
On peut également reconnaître sur les murs les 8 signes de bon augure, ainsi que les offrandes aux 5 sens.
L'étude des inscriptions de la dernière chambre funéraire a mis en évidence une disposition spatiale hiérarchisée de l'écrit dont l'ordre s'apparente à celui qui est suivi dans la tradition tibétaine lorsque l'on dépose des mantras spécifiques dans les différents éléments architecturaux d'un stoupa qui aurait été créé ici virtuellement par les textes.
L'ultime souhait de cet empereur a la personnalité fascinante et qui, dans cet empire à dominante confucéenne, souhaitait se faire enterrer selon des rites bouddhiques.

-Donc, Françoise Wang-Toutain, la particularité de cette tombe, c'est qu'elle représente

-Ce caractère bouddhique, on le voit à deux niveaux.
Il y a tout d'abord les représentations qui ont été évoquées dans le film, notamment les 8 grands bodhisattvas.
Il y a les 4 rois célestes.
On trouve également les 35 bouddhas de confession qui sont représentés sur les voûtes.
Et c'est surtout ces inscriptions qui sont des dharanis, des formules qui, lorsqu'elles sont récitées, permettent de développer en soi des qualités, ou qui vont être utilisées dans certains rituels.
Les dharanis, j'en ai identifié pratiquement 150 à l'intérieur de ce tombeau.
Les dharanis qui ont été choisies ont pour fonction de purifier le mauvais karma et de permettre d'obtenir une bonne renaissance dans la vie suivante.
On se trouve dans le cadre d'un rituel funéraire indo-tibétain.
Et on a l'impression, quand on rentre dans ce tombeau, lorsqu'on connaît mieux la nature de ces inscriptions, que c'est un rituel qui imprègne les murs à l'infini.
Ce rituel funéraire qui est destiné à une meilleure renaissance pour l'empereur, les impératrices et les concubines, ce rituel, il va les accompagner de façon infinie.

-Comment avez-vous travaillé sur le site pour transcrire ces inscriptions ?

-Ça a été un travail en même temps passionnant et un peu fastidieux.
Au départ, je n'avais pas le droit.
La première fois que j'y suis allée, j'ai eu de la chance.
On ne le voit pas dans le film, mais sur les cercueils, des prières sont gravées sur les cercueils impériaux. allée, j'ai reconnu une prière très connue par les pratiquants bouddhiques, qui est la prière de confession des 35 bouddhas.
En 2004, ces inscriptions n'étaient pas identifiées.
Et le fait que j'ai pu identifier déjà ce premier texte a fait que les autorités m'ont fait confiance, les autorités du site, mais je n'avais pas le droit de prendre de photos.
Il fallait noter à la main.
Il y a 30 000 caractères, il y a eu un mois de travail.
Des fois avec des jumelles, parce que les voûtes sont très hautes, à plus de 6m de haut.
Ça n'a pas été un travail facile pour les yeux.
J'étais entourée de mantras, de représentations de bouddhas, de bodhisattvas.
Il y avait l'idée d'arriver à comprendre pourquoi cet empereur avait choisi d'ornementer ainsi sa tombe.

-Ces travaux vous ont menée à une découverte stupéfiante qui est celle de ce stoupa virtuel.
Comment l'avez-vous trouvé ?

-Alors... C'était fastidieux, mais l'intérêt d'avoir relevé à la main les inscriptions, ça permettait peu à peu de réfléchir au fur et à mesure que j'écrivais à essayer de voir pourquoi on avait choisi telle ou telle inscription.
Si les 1res chambres funéraires, c'est assez clair, on a essentiellement des dharanis qui purifient le mauvais karma, et permettent d'obtenir une renaissance, dans la dernière chambre où sont conservés les cercueils, il y avait un mur où il n'y avait que des dharanis liées au protecteur. Il y avait un mur où il n'y avait que tel type de dharanis. Ainsi de suite, chaque mur avait des spécificités.
En regardant la façon dont les dharanis sont disposées selon la tradition tibétaine à l'intérieur des stoupas, je me suis aperçue que chaque élément architectural d'un stoupa correspond à un type de dharani.
On ne dépose tel type de dharani qu'à l'intérieur de telle partie du stoupa.
Dans le soubassement, ventre, c'est tel type de dharanis, et dans les parties supérieures, etc.
Quand on reprend les inscriptions qui sont gravées sur les murs de la 3e chambre, et qu'on suit les murs dans le sens de la circumambulation, en fait, on a un stoupa qui se déroule de façon virtuelle, pour arriver juste au-dessus des cercueils au sommet du stoupa.
C'est peut-être un peu difficile à expliquer comme ça, en parlant.
Pour arriver à mettre en évidence cette hypothèse très importante, il y a eu un travail de numérisation qui a été entrepris au niveau du CNRS avec différents laboratoires de Marseille.
On a réussi à recréer de façon virtuelle ce stoupa qui n'existe que par la présence de cet écrit.
C'est exceptionnel.

-Qu'est-ce que cela nous dit sur cet empereur Qianlong ?

-On l'a souvent dit, le patronage du bouddhisme tibétain par cet empereur est connu depuis longtemps, mais il a souvent été, et pendant très longtemps, expliqué comme une stratégie politique.
Or, s'il s'agissait d'une stratégie politique visant à contrôler les populations mongoles, pourquoi aller faire quelque chose d'aussi sophistiqué et complexe à l'intérieur de sa tombe ?
Pour moi, c'est un argument puissant pour attester de l'intérêt sincère de cet empereur pour le bouddhisme tibétain.
Il voulait être enterré comme un empereur "à la roue", un roi chakravartin.
On a également des représentations de lui où il s'est fait représenter en tant que maître tibétain.
Donc il avait ce désir finalement d'être inhumé, comme un grand maître tibétain, ou comme un grand empereur, un roi chakravartin.

-Françoise Wang-Toutain, vous écrivez un livre actuellement sur ce sujet ?

-Outre l'identification des différentes inscriptions et l'histoire de la diffusion de chacun de ces textes à la fois en Chine et au Tibet, j'ai essayé de trouver dans quelle mesure Qianlong est véritablement original dans la conception de ce tombeau.
Peut-on trouver des prototypes dans l'histoire des tombeaux en Chine, ou dans l'histoire des stoupas en Inde ?
C'est arriver à déterminer l'originalité de Qianlong en concevant un tel tombeau.

-Pourriez-vous nous dire juste un mot sur les soucis de conservation de ce tombeau, et ce qu'on pourrait faire pour tenter de le protéger?
-C'est effectivement un problème très grave.
Il y a des infiltrations d'eau très importantes à l'intérieur de ce tombeau.
Et une partie des inscriptions que j'avais réussi à lire en 2004 sont actuellement rongées par ces infiltrations d'eau et mon idée, c'est que le plus grand nombre de personnes soit au courant de l'intérêt capital de ce lieu.
Non seulement pour les bouddhistes, mais également pour ceux qui s'occupent d'architecture.
Pour ceux qui s'occupent de façon générale de la conception d'un stoupa.
Et j'espère sincèrement qu'avec les outils que nous avons pu développer au niveau de la numérisation, tout a été conservé au niveau numérique, nous pourrons aider à un projet de véritable protection de ce lieu.

-Merci beaucoup, Françoise Wang-Toutain. Bon courage, et bonne chance pour la poursuite de ce très beau projet.
Pour terminer, voici quelques livres que nous vous proposons. "L'ABCdaire de la Cité interdite", chez Flammarion.
Un livre simple et clair qui vous permettra de comprendre tous les aspects de la Cité interdite à travers les œuvres, les hommes et le contexte.
"La Chine ancienne", publié aux éditions Hazan.
Et enfin, "L'art de la Chine", de Christine Kontler, chez Rouergue

C'est la fin de notre émission.
Vous pouvez la revoir pendant une semaine sur pluzz.fr Merci à tous de votre fidélité.
Nous vous retrouvons avec grand plaisir la semaine prochaine.

 


Une transcription écrite des sous-titres est aussi présentée au lien :
http://telescoop.tv/browse/638459/sagesses-bouddhistes.html?q=sagesses%20bouddhistes


 


Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE          Retour Télé_SANTE          Retour SAGESSES BOUDDHISTES