Télévision : émissions SAGESSES BOUDDHISTES - Dossier relatif aux émissions de France 2 "SAGESSES BOUDDHISTES", avec ou sans sous-titres et avec une transcription écrite pour la plupart de ces émissions. L'émission est présentée chaque dimanche de 8h30 à 8h45.
Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE          Retour Télé_SANTE          Retour SAGESSES BOUDDHISTES

TV - SAGESSES BOUDDHISTES - émissions Télévision France 2
Rencontre avec Maha Sangharaja Bour Kry

* VIDÉO DES ÉMISSIONS "SAGESSES BOUDDHISTES" :

- 17.08.2014 : Maha Sangharajah Bour Kry (1ère partie)
Rencontre avec S.S. le Vénérable Maha Sangharajah Bour Kry, Grand patriarche suprême de l’ordre Dhammayutta du Royaume du Cambodge

- 24.08.2014 : Maha Sangharajah Bour Kry (2ème partie)
Rencontre avec S.S. le Vénérable Maha Sangharajah Bour Kry, Grand patriarche suprême de l’ordre Dhammayutta du Royaume du Cambodge

.

PRÉSENTATION :

Dossier relatif aux émissions de télévision "Sagesses bouddhistes", avec une transcription écrite.

L'émission " Sagesses Bouddhistes" est présentée chaque dimanche sur France 2 de 8h30 à 8h45.

 


VIDÉOS SAGESSES BOUDDHISTES :

Les vidéos sont sur Youtube au lien :
https://www.youtube.com/user/mauricegaultier

o O o


Replay sur France 2 :
http://www.france2.fr/emissions/les-chemins-de-la-foi

Replay sur Pluzz.fr :
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes.html


o O o

Toutes les vidéos, sur Youtube, depuis septembre 2010 avec la Sangha des Colibris au lien :
http://www.youtube.com/user/colibris67

 

Toutes les vidéos, sur Dailymotion, depuis 2008 avec vchristophe :
http://www.dailymotion.com/vchristophe

 

D'autres vidéos au site de Mickaël (Bordeaux) :
http://www.dailymotion.com/user/sakiamuni/1


o O o

 

Site de l'UBF (Union Bouddhiste de France) :
http://www.bouddhisme-france.org/ et plus particulièrement :
http://www.bouddhisme-france.org/sagesses-bouddhistes/emissions-sagesses-bouddhistes/ : les émissions diffusées, les livres présentés...

 

Forum Bouddhiste : L'Arbre des Refuges :
http://www.larbredesrefuges.com/




SOUS-TITRES et TRANSCRIPTION ÉCRITE DES SOUS-TITRES

Les présentes transcriptions écrites sont faites avec l'aide des sous-titres.

 

Vous pouvez aussi voir l'émission sous 7 jours avec les sous-titres
en activant les sous-titres dans la barre de défilement au lien :
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes.html
(roue crantée "plus d'options" et cliquer sur "sous-titres")


Remarques :
Le site "Télé Scoop" présente une transcription écrite des émissions "Sagesses bouddhistes" au lien :
http://telescoop.tv/search/?q=Sagesses+bouddhistes&ref=home


Il existe aussi dans le site de l'UBF ("Union Bouddhiste de France" ) des archives depuis 1997 au lien :
http://www.bouddhisme-france.org/archives/voix_bouddhistes/ où sont présentés quelques extraits des émissions Sagesses Bouddhistes.
Voici à ce lien quels thèmes sont ainsi présentés : #archives_u_b_f



 


Rencontre avec
Maha Sangharajah Bour Kry
1ère partie


 

VIDÉO DE L'ÉMISSION - PRÉSENTATION - TRANSCRIPTION ÉCRITE

Dimanche 17 août 2014 - France 2 à 8h30
Émission déjà diffusée le 2 septembre 2012

Rencontre avec S.S. le Vénérable Maha Sangharaja Bour Kry, Grand patriarche suprême de l’ordre Dhammayutta du Royaume du Cambodge


Photo de l'album de Facebook

LA VIDÉO DE L'ÉMISSION :

Revoir sur Youtube VFSTF sous-titrée en français :
https://www.youtube.com/watch?v=Y8k_QsymFZQ (14'51)

 



Revoir sur Dailymotion :
http://www.dailymotion.com/video/x23xh6s (14'50)


Sagesses bouddhistes 17.08.2014 Rencontre avec... par conscience33

Revoir en replay (6 jours) :
http://www.france2.fr/emissions/les-chemins-de-la-foi/videos/107856043
et
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes_,107856043.html


PRÉSENTATION :

Sagesses Bouddhistes vous propose une rencontre avec Sa Sainteté Maha Sangharajah Bour Kry, qui eut lieu lors de son séjour en France en été 2012. 
Ce Grand Patriarche oeuvre inlassablement au bien de l’humanité dans les plus vastes domaines. 
Sa Sainteté reçoit en sa pagode de Créteil.

Très active dans les domaines religieux, humanitaires et sociaux, Sa Sainteté Mah Sangharajah Bour Kry est à l'origine du renouveau de l'ordre dhammayutta, largement détruit en raison des événements dramatiques survenus au Cambodge dans le passé.

Émission présentée par : Aurélie Godefroy

 

 

Autres informations :

Site de Dhammayutta en français : http:// dhammayutta.free.fr/

Présentation de Vatt Khémararam : http:// dhammayutta.free.fr/ chemin_vatt.htm

Activités à Vatt Khémararam : http:// vattkhemararam.wordpress.co m/

Lu au lien :
http://www.bouddhisme-france.org/sagesses-bouddhistes/emissions-sagesses-bouddhistes/article/rencontre-avec-s-s-le-venerable-maha-sangharaja-bour-kry-1ere-partie.html

ADRESSE DU CENTRE :
Vatt Khemararam 16 Rue Saint Simon 94000 Créteil 01 42 07 85 60
http://dhammayutta.free.fr
métro : Créteil Université (ligne 8)

LIVRES PRÉSENTÉS LORS DE CETTE ÉMISSION :

Cambodge
Editions : Editions Aubanel
ISBN : 978 2 7006 0663 8
Du Mékong aux capitales royales, en passant par la magnifique site d’Angkor, ce livre dévoile les richesses immenses du Cambodge et plonge le lecteur au cœur de l’Asie Nicolas Cornet est photographe et journaliste et il partage depuis plus de 20 ans, son temps entre l’Europe et l’Asie.

Histoire des Khmers l’odyssée du peuple cambodgien
Thach Toan
Editions : L’Harmattan Editions
ISBN : 978 2 296 07365 4
L’histoire des Khmers est l’histoire du peuple cambodgien. Le mot "khmer " est en effet un mot indigène utilisé pour désigner les habitants du Cambodge.

Les Khmers dont l’origine propre se trouve dans le continent indien ont une identité très particulière et ont subi par le passé bien des influences, notamment religieuses, venues d’Inde telles le brahmanisme et le bouddhisme. C’est ainsi que sur les Temples d’Angkor, l’on retrouve l’influence brahamique. Un ouvrage donnant un éclairage inédit et authentique sur les Khmers.

 

TRANSCRIPTION ÉCRITE DE L'ÉMISSION :

-Bonjour à toutes, bonjour à tous ! Et merci de votre fidélité. 
C'est avec un immense plaisir que nous vous retrouvons ce dimanche matin pour la première partie de notre entretien avec sa Sainteté Maha Sangharajah Bour Kry. 
Ce maître important de l'école theravada joue un rôle déterminant en France et dans le monde. 
Je vous propose aujourd'hui de mieux faire sa connaissance à travers l'expression de son histoire, notamment lors de sa petite enfance au Cambodge, et le récit de son arrivée en France et ses différentes activités, dans le domaine social, religieux ou encore de l'éducation. 
Partons sans plus attendre à sa rencontre !

-Votre Sainteté, bonjour.

-Bonjour.

-Vous êtes le Grand patriarche suprème de l'ordre Dhammayutta au Royaume du Cambodge où vous êtes né et où vous vivez la plupart du temps.
Vous êtes également le supérieur du temple Vatt Khémararam, ici même, à Créteil.
Vous êtes de passage ici.

-Merci.

-Vous êtes né au Cambodge en 1945. 
Est-ce que vous pouvez nous raconter quels souvenirs vous gardez de votre enfance dans ce pays ?

-Depuis mon tout jeune âge, j'ai été fasciné par le bouddhisme. 
A chaque jour saint du Bouddha, j'ai observé les huit préceptes avec ma grand-mère. 
J'aimais imiter les moines. 
Mes jeux consistaient à la célébration de cérémonies religieuses. 
Même si je ne connaissais pas le sens. de l'enseignement du Bouddha, j'étais néanmoins très attiré par le bouddhisme.

-Vous avez ensuite décidé, à la fin de vos études secondaires, de prendre l'ordination majeure. 
Pour quelles raisons ? 
Est-ce que cela a été une décision naturelle, finalement, pour vous ?

-Il n'y a pas de raisons particulières. 
A la différence du Bouddha qui a quitté la vie familiale car il voyait que le monde était rempli de souffrances, j'ai décidé de devenir moine uniquement parce que j'aimais le bouddhisme, à tel point que mes proches parents pensaient que j'étais fou. 
Je ne suivais pas la voie traditionnelle des étudiants qui après leurs études allaient chercher du travail. 
Ma famille a refusé au départ l'idée que je devienne moine. 
Ma tristesse fut très intense jusqu'à ce que mes proches parents cèdent à ma demande.
Mes fonctions religieuses successives furent secrétaire de Mékon, qui est l'autorité ecclésiastique provinciale de Battambang, représentant de Mékon, de l'ordre Dhammayutta et aussi chef d'un monastère à la frontière khmère-thaïlandaise, en 1974 et jusqu'à 1975.

-Alors, ensuite arrive le coup d'état, au Cambodge, en 1970, puis l'arrivée des Khmers rouges, vous êtes contraint de fuir votre pays.
Vous allez dans un premier temps en Thaïlande, puis pour la France. 
Cette période a dû être compliquée pour vous. 
Quels souvenirs en gardez-vous ? 
Comment ça s'est passé ?

-A cette époque, c'était la guerre civile entre les Khmers rouges et les troupes du maréchal Lon Nol. 
La ville a été bombardée. 
La population a beaucoup souffert, y compris la communauté monastique. 
Ils manquaient de tout ! 
La vie était très difficile pour toute la population. 
Je me suis alors réfugié en Thaïlande, en tant que moine, puis j'ai continué ma route d'exil vers la France.

-Comme vous venez de le dire, vous avez fui en Thaïlande, puis en France. 
Quelle fonction vous avez occupée en Thaïlande pendant votre exil ?

-A mon arrivée en France, en 1977, avec un petit groupe de moines et de laïques exilés, nous avons créé à Paris la première association religieuse appelée : "Association bouddhique khmer". 
En 1980, la communauté religieuse s'élargissant, elle achète un terrain à Créteil, en banlieue parisienne, grâce à l'ensemble des dons reçus. 
En ma qualité de membre le plus ancien de la communauté religieuse en exil, j'en ai pris la direction, comme le veut la tradition. 
J'ai bâti un temple qui deviendra le premier de ce genre en Europe. 
Il s'appelle Vatt Khémararam. 
Il fut consacré par une cérémonie conformément à la tradition bouddhique. 
En 1982, j'ai créé le Secours bouddhique international, organisation à vocation humanitaire. 
Grâce à cet organisme, j'ai ainsi pu me rendre dans les camps de réfugiés d'Asie du Sud-Est pour y prodiguer toute l'aide matérielle et morale possible. 
L'organisation a également fourni une aide financière et humanitaire aux plus démunis et aux sinistrés victimes des inondations, en France et au Bangladesh.

-Votre Sainteté, cela n'a pas été trop dur à faire ? 
Est-ce que vous vous êtes retrouvé face à certaines difficultés ?

-A vrai dire, il n'y a pas eu de réelles difficultés. 
Il s'agissait juste de nous adapter à cette nouvelle existence pour vivre en harmonie. avec la population et avec la culture française.

-Vous revenez ensuite dans votre pays. 
Nous sommes en 1991. 
Vous êtes alors nommé septième patriarche de l'ordre Dhammayutta, le plus haut rang de l'ordre. 
Cela a permis à cet ordre de renaître. 
Dans quelles circonstances, plus exactement, est-ce que cela s'est déroulé ?

-Au Cambodge, l'ordre monastique Dhammayutta existait depuis 200 ans. 
Mais les religieux ont été décimés par la folie des Khmers rouges. 
Lorsque j'ai accompagné sa majesté le roi Norodom Sihanouk, à son retour au Cambodge, en 1991, j'ai été élevé au rang de premier grand patriarche de l'ordre Dhammayutta du deuxième Royaume du Cambodge.

-Justement, votre Sainteté, est-ce que vous pouvez nous raconter l'histoire de cet ordre Dhammayutta ! 
On ne le connaît pas forcément très bien en France. Racontez-nous, un petit peu, cet ordre !

-L'ordre Dhammayutta existait, au Cambodge, depuis 200 ans, au même titre que l'ordre Maha Nikaya. 
Ces deux ordres monastiques du premier royaume ont cessé d'exister suite aux événements liés au putsch du maréchal Lon Nol et à la tragédie perpétrée par des Khmers rouges. 
En 1991, sa majesté le roi Norodom Sihanuk en tant que chef d'état et président du conseil national suprême, retourne au Cambodge et recrée l'ordre Dhammayutta. 
Les monastères de cet ordre se sont développés dans les principales villes du royaume. 
Je suis très heureux et ému de constater que l'ordre Dhammayutta puisse renaître de ses cendres.

-Quelles sont vos activités, depuis, dans votre pays, au Cambodge, votre Sainteté ?

-Depuis les accords de Paris, signés en 1991, par toutes les factions, je retourne régulièrement au Cambodge, où j'oeuvre inlassablement à la relance de la vie monastique et à la reconstruction. des monastères et des écoles, laissés en abandon durant des décennies de guerres et de privations. 
J'ai également créé un centre d'accueil pour les enfants déshérités, laissés à l'abandon.
C'est l'Institut bouddhique, à Kompong Speu.

-Parlons maintenant, votre Sainteté, de vos activités internationales qui sont nombreuses. 
Lesquelles comptent plus particulièrement pour vous ?

-Je participe à diverses conférences à travers le monde, dont les thèmes principaux sont la paix et l'harmonie. 
J'oeuvre pour resserrer des liens de solidarité avec d'autres pays bouddhistes et non-bouddhistes. 
Je vais aux rencontres interreligieuses, notamment au Liban. 
Il y a aussi les échanges culturels, tel que le Festival bouddhiste. 
J'ai aussi participé à la conférence sur l'environnement et l'écologie, en Norvège, et sur le sida, aux Etats-Unis et en Thaïlande. 

-Votre Sainteté, vous êtes très impliqué, dans le dialogue interreligieux. 
Quelles sont, selon vous, les valeurs œcuméniques justement à développer ? 
Pourquoi est-ce si important pour vous ?

-En ce qui concerne le dialogue interreligieux, cela doit être un échange entre les pensées et les idées. 
Le bouddhisme et son enseignement sont des facteurs possibles de développement et de rayonnement moral, intellectuel, culturel, économique et politique d'une nation, car cet enseignement prône la tolérance. 
Presque toutes les religions sont basées sur la foi. 
Or, dans le bouddhisme, le Bouddha veut mettre l'accent sur le voir, savoir et comprendre et non pas sur la foi et la croyance. 
Le bouddhisme prône la tolérance envers les autres religions. 
Il montre ainsi son esprit démocratique et humaniste.

-Pour terminer cette émission, votre Sainteté, j'aimerais que vous nous disiez, quels sont pour vous les défis et les challenges. auxquels notre monde contemporain doit faire face, aujourd'hui, en Orient, au Cambodge, comme en Occident ?

-A propos des principaux défis, il y a principalement la lutte contre la violence et les conflits, en adoptant une attitude pacifique, compatissante, de compréhension mutuelle, de persévérance, et surtout de contentement.
Une bonne cohabitation entre familles et entre pays, la lutte contre l'exclusion, l'inégalité, l'éradication de la pauvreté, et surtout, avoir une compassion, à toute épreuve !

-Merci beaucoup, votre Sainteté. 
On vous retrouve dimanche prochain pour la suite de cet entretien.

-Merci beaucoup.

-Si vous souhaitez aller plus loin, voici deux ouvrages "Cambodge", aux éditions Aubanel, signé Nicolas Cornet, et "Histoire des Khmers, l'Odyssée du peuple cambodgien", de Thach Toan, publié chez l'Harmattan. 
Vous pouvez voir et revoir cette émission pendant une semaine sur le site Internet de France 2. 
Merci à tous de nous avoir suivis ! 
Nous vous retrouvons pour la suite de cet entrerien dimanche prochain. 


Une transcription écrite des sous-titres est aussi présentée au lien :
http://telescoop.tv/ browse/606750/ sagesses-bouddhistes.html

 


Rencontre avec
Maha Sangharajah Bour Kry
2ème partie


 

VIDÉO DE L'ÉMISSION - PRÉSENTATION - TRANSCRIPTION ÉCRITE

Dimanche 24 août 2014 - France 2 à 8h30
Émission déjà diffusée le 9 septembre 2012

 


Photo de l'album de Facebook

LA VIDÉO DE L'ÉMISSION :

Revoir sur Youtube VFSTF sous-titrée en français :
https://www.youtube.com/watch?v=45MgoX-myqA (14'50)

 



Revoir sur Dailymotion :
http://www.dailymotion.com/video/x24h641 (14'50)


Sagesses bouddhistes 24.08.2014 VFSTF 2-2... par conscience33

Revoir en replay (6 jours) :
http://www.france2.fr/emissions/les-chemins-de-la-foi/videos/108264328
ou
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes_,108264328.html


PRÉSENTATION :

Sagesses Bouddhistes vous propose une rencontre avec Sa Sainteté Maha Sangharajah Bour Kry, qui eut lieu lors de son séjour en France en été 2012. 
Ce Grand Patriarche oeuvre inlassablement au bien de l’humanité dans les plus vastes domaines. 
Sa Sainteté reçoit en sa pagode de Créteil.

Très active dans les domaines religieux, humanitaires et sociaux, Sa Sainteté Mah Sangharajah Bour Kry est à l'origine du renouveau de l'ordre dhammayutta, largement détruit en raison des événements dramatiques survenus au Cambodge dans le passé.

Émission présentée par : Aurélie Godefroy

 

Autres informations :

Site de Dhammayutta en français : http:// dhammayutta.free.fr/

Présentation de Vatt Khémararam : http:// dhammayutta.free.fr/ chemin_vatt.htm

Activités à Vatt Khémararam : http:// vattkhemararam.wordpress.co m/

 

TRANSCRIPTION ÉCRITE DE L'ÉMISSION :

-Bonjour à tous et merci de nous retrouver sur le plateau de France 2 pour la seconde partie de notre entretien avec sa Sainteté Maha Sangharaja Bour Kry, ce grand maître cambodgien de la tradition theravada.
Nous avons pu découvrir ensemble la semaine dernière, son histoire et ses activités.
Nous avons choisi dans cette seconde partie d'aborder plus particulièrement son action en faveur de l'éducation des moines à travers la création d'institut, de lycée ou d'université afin d'assurer la transmission du bouddhisme. Je vous propose de regarder sans plus attendre cet entretien.

-Votre Sainteté, bonjour.

-Bonjour.

-Je rappelle que vous êtes le grand patriarche suprême de l'ordre Dhammayut du royaume du Cambodge.
Vous y êtes né en 1945 et vous y vivez la plupart du temps.
Vous êtes également le supérieur du temple Vatt Khemararam, ici-même à Créteil.
Merci d'être avec nous aujourd'hui.

-Alors, nous avons vu la semaine dernière votre parcours, votre enfance, vos actions à travers le monde.
J'aimerais que l'on s'attarde un peu plus aujourd'hui sur votre action notamment dans le domaine de l'éducation car c'est très important pour vous.
Expliquez-nous pourquoi, votre Sainteté.

-L'éducation me tient à cœur car l'homme doit acquérir la connaissance et l'intelligence pour pouvoir s'intégrer au sein d'une société et la faire évoluer.
En premier lieu, la famille, puis ensuite le pays.
Nous avons besoin des ressources humaines dans tous les domaines.
Les érudits et les personnes compétentes sont indispensables pour le développement d'une société.
En ce qui concerne l'ordre monastique Dhammayutta, nous avons manqué cruellement de religieux capables de transmettre la connaissance aussi bien religieuse que séculaire.
D'où la nécessité de mettre en place un système éducatif qui répond à ces besoins.

-Vous avez créé pour cela une association votre Sainteté, l'association Sangharajah Bour Kry.
En quoi consiste-t-elle ?

-En parallèle à l'association bouddhique khmère, j'ai créé l'association culturelle Sangharajah Bour Kry.
Cette association culturelle reçoit des donations des disciples et a pour objectif de distribuer des bourses d'étude en faveur des jeunes cambodgiens défavorisés et d'apporter l'aide humanitaire à ceux qui en ont besoin.

-Cette association est destinée aux laïcs.
l y a aussi autre chose, destinée directement aux jeunes moines, notamment dans le fait de les envoyer à l'étranger pour qu'ils connaissent d'autres pays.
Pour quelles raisons faites-vous cela ?

-Des jeunes moines sont envoyés à l'étranger pour acquérir de nouvelles connaissances.
Ils étudient en France, aux Etats-Unis, en Indonésie, en Thaïlande, au Sri Lanka et en lnde de nouvelles compétences qui leur seront très utiles.
Notamment dans les métiers de l'informatique, de la technologie, et de l'Internet.
Toutes ces différentes techniques du futur sont indispensables au développement du bouddhisme theravada khmer.

-Pour vous, c'est donc important qu'ils aient accès aux connaissances de l'Occident, qu'ils connaissent ces pays ?

-Oui, bien sûr, c'est très important.
Car l'Occident leur apporte les connaissances technologiques ainsi que les structures et l'organisation à mettre en place pour développer des projets au Cambodge et pouvoir à leur tour les transmettre.
Il n'y a pas d'incompatibilité entre la vie religieuse et la vie laïque active.
Elles sont très complémentaires.
Par ailleurs, les échanges culturels avec des étudiants étrangers sont pour eux d'une très grande richesse.

-Votre Sainteté, vous avez créé différentes structures que l'on va examinées.
La première d'entre elles est l'institut bouddhique Preah Sihanouk Dhammadhiraj C'est en 1995 que vous avez créé cet institut.
Il est destiné aux jeunes Cambodgiens défavorisés.
Alors comment vous est venue cette idée et comment est-ce que vous l'avez-vous mise en place ?

-L'institut bouddhique a été créé en 1995 et placé sous le patronage de sa majesté le roi Norodom Sihanouk. Il est situé à 45 km de Phnom Penh dans la province de Kampong Speu, la province la plus pauvre du pays.
Cet établissement est destiné en priorité à l'éducation des jeunes Cambodgiens les plus défavorisés en renouant avec le rôle traditionnel des écoles bouddhiques et en réhabilitant les valeurs des familles khmères.
C'est également pour participer à la reconstruction du pays, et aussi un moyen d'éradiquer la pauvreté.

-Alors, pour les jeunes religieux maintenant, en 2000, vous avez posé la première pierre du lycée bouddhique Preah Sanghareach Bour Kry.
C'est une structure qui est destinée à former les moines et les novices.
Comment est-elle constituée cette structure et comment fonctionne-t-elle ?

-Dès sa création en l'an 2000, le lycée bouddhique fonctionnait avec les donations et le financement obtenu par le biais de l'association culturelle que j'ai créée en France.
Le programme d'études est basé sur l'enseignement scolaire normal et religieux.
La structure du lycée comporte deux cycles de 3 ans.
A la fin du cycle d'étude de 3 ans, un concours est organisé et permet d'obtenir un diplôme reconnu par l'Etat.

-Dans le prolongement de la création de ce lycée, votre Sainteté, vous avez souhaité créer une université, l'université bouddhique Preah Siahmoniraja.
A quel besoin répond-elle plus précisément ?

-L'université bouddhique porte le nom de l'actuel roi du Cambodge, sa majesté Norodom Sihamoni.
Elle est placée sous ses auspices, et de plus, elle est reconnue par l'Etat.
Les lycéens qui terminent leurs études secondaires ont besoin de poursuivre leurs études au niveau universitaire.
Cependant, les universités au Cambodge n'étaient pas adaptées pour répondre aux besoins des étudiants démunis comme les moines, les novices de l'ordre Dhammayutta ainsi que les laïcs, hommes et femmes.
Les étudiants poursuivent leurs études gratuitement.
Ils peuvent également bénéficier de bourses d'études tout au long de leur cursus universitaire.

-Alors, ce qu'il faut préciser votre Sainteté, c'est que vous avez bénéficié du soutien sans faille de la royauté du Cambodge.
Pouvez-vous nous dire quels liens vous entretenez avec eux ?

-Le roi père et la reine mère ont toujours soutenu le bouddhisme, à titre personnel et aussi d'une manière officielle.
Car le bouddhisme est une religion d'Etat, inscrite dans la constitution du Cambodge.
De ce fait, le roi est le protecteur du bouddhisme.
Mes relations et entretiens avec le roi actuel sont officielles en tant que grand patriarche suprême.
Et d'une manière plus privée, nous avons une relation très proche, moi en tant que précepteur, lui comme disciple.

-Alors, j'aimerais que l'on parle de l'une de vos autres actions qui est très importante.
Elle a été mise en place avec l'UNESCO.
Il s'agit du "Buddhist Sangha".
En fait, c'est une structure qui a été créée pour protéger les traditions, les coutumes du Cambodge.
Comment a-t-elle été mise en place et comment vous travaillez avec cette structure ?

-Le projet "Buddhist Sangha" a été initié par le bureau de l'UNESCO à Bangkok avec au départ le soutien de la Norvège et de la Nouvelle-Zélande.
Le projet a débuté au Laos puis s'est étendu à travers la région du bouddhisme theravada en Asie, notamment au royaume du Cambodge.
Le but de ce projet est de préserver le patrimoine bouddhiste au Cambodge ainsi que la culture des arts traditionnels par le biais de la pagode car les moines étaient détenteurs de ce savoir.
Ce projet s'adresse également aux jeunes démunis qui n'ont pas suivi le cursus scolaire normal.
De ce fait, j'ai offert l'enceinte de la pagode comme centre de formation.

-Votre Sainteté, on a énuméré les différentes structures que vous avezmises en place dans les domaines laïcs, religieux ou culturels.
On imagine que le but est de promouvoir les valeurs du bouddhisme à travers le monde.
Quelles sont selons vous les principales à mettre en avant et à essayer de diffuser tant en Orient qu'en Occident ?

-Les valeurs du bouddhisme se résume en 3 valeurs principales.
La patience, la tolérance et la compassion.
Si l'on applique ces principes, alors les hommes pourront vivre en harmonie et en paix les uns avec les autres.
En outre, ils pourront développer un nouvel esprit d'humanisme et d'altruisme qui englobe la compassion et la bienveillance envers tous les êtres, instaurant ainsi la culture de la paix dans notre société contemporaine ainsi que dans la société khmère.

-Votre Sainteté, vous avez participé à différents sommets consacrés à l'environnement, à la protection de l'environnement.
Ce sujet vous tient particulièrement à cœur.
Comment vous envisagez cette lutte contre la déforestation notamment.
Qu'est-ce que l'on peut mettre en place ?

-Prenons l'exemple du bouddha.
Le bouddha est né sous un arbre.
Il a atteint l'illumination sous l'arbre de la bodhi.
Et finalement, il mourut sous l'arbre sala.
Toute son existence fut liée à la nature.
Le bouddha a également interdit aux moines de couper des arbres et de donner l'ordre à d'autres de le faire.
Nous vivons en harmonie avec l'environnement et nous devons unir nos efforts pour préserver la faune et la flore.
Faire cesser la destruction massive de la forêt amazonienne, mettre un terme au massacre des baleines, arrêter la prolifération du nucléaire et veiller aux changements climatiques.

-Pour conclure cette émission votre Sainteté, est-ce que vous avez des souhaits à formuler pour nos contemporains ?

-L'enseignement de Bouddha est basé sur l'impermanence.
Un moine ne devrait pas faire de projet dans l'avenir.
Il doit vivre au jour le jour.
Toutefois, le bouddhisme dépend de la communauté laïque qui subvient aux besoins des religieux.
Le projet va dans la continuité de ce que j'ai déjà entrepris dont l'accent a été mis dans l'éducation et la formation des jeunes pour renforcer leur capacité intellectuelle.
Mon but est de développer les infrastructures, afin d'accueillir encore plus de jeunes démunis, afin de développer des ressources humaines de qualité pour relever le défi qu'est la renaissance de l'ordre Dhammayutta, en particulier, et du bouddhisme theravada khmer, en général.
Et pour la paix dans le monde.

-Merci infiniment, votre Sainteté, d'avoir été avec nous tout au long de ces émissions.

-Merci beaucoup.

-Avant de nous quitter, voici deux livres que nous vous conseillons.
Tout d'abord, "Les Khmers" de Bruno Dagens, avec le guide belles lettres des civilisations, ainsi que "Sagesse d'Asie" aux éditions du Toucan.
Merci de nous avoir suivis.
Vous pouvez voir et revoir cette émission pendant toute cette semaine sur le site internet de France 2, rubrique tous les programmes et "Chemins de la Foi".
Je vous souhaite une excellent journée.
A dimanche prochain.

 

Une transcription écrite des sous-titres est aussi présentée au lien :
http://telescoop.tv/browse/616449/sagesses-bouddhistes.html?q=sagesses%20bouddhistes



Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE          Retour Télé_SANTE          Retour SAGESSES BOUDDHISTES