Télévision : émissions SAGESSES BOUDDHISTES - Dossier relatif aux émissions de France 2 "SAGESSES BOUDDHISTES", avec ou sans sous-titres et avec une transcription écrite pour la plupart de ces émissions. L'émission est présentée chaque dimanche de 8h30 à 8h45.
Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE          Retour Télé_SANTE          Retour SAGESSES BOUDDHISTES

TV - SAGESSES BOUDDHISTES - émissions Télévision France 2
Le koan dans le chan : une voie directe vers l'Eveil

* VIDÉO DES ÉMISSIONS "SAGESSES BOUDDHISTES" :

- 26.10.2014 : Le koan dans le chan : une voie vers l'Úveil
Le koan est un petit texte court, déstabilisant, ressemblant à une énigme, dicté par le maître à son disciple afin de l'aider dans sa compréhension des principes fondamentaux du bouddhisme.

PRÉSENTATION :

Dossier relatif aux émissions de télévision "Sagesses bouddhistes", avec une transcription écrite.

L'émission " Sagesses Bouddhistes" est présentée chaque dimanche sur France 2 de 8h30 à 8h45.

 


VIDÉOS SAGESSES BOUDDHISTES :

Les vidéos sont sur Youtube au lien :
https://www.youtube.com/user/mauricegaultier

o O o


Replay sur France 2 :
http://www.france2.fr/emissions/les-chemins-de-la-foi

Replay sur Pluzz.fr :
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes.html


o O o

Toutes les vidéos, sur Youtube, depuis septembre 2010 avec la Sangha des Colibris au lien :
http://www.youtube.com/user/colibris67

 

Toutes les vidéos, sur Dailymotion, depuis 2008 avec vchristophe :
http://www.dailymotion.com/vchristophe

 

D'autres vidéos au site de Mickaël (Bordeaux) :
http://www.dailymotion.com/user/sakiamuni/1


o O o

 

Site de l'UBF (Union Bouddhiste de France) :
http://www.bouddhisme-france.org/ et plus particulièrement :
http://www.bouddhisme-france.org/sagesses-bouddhistes/emissions-sagesses-bouddhistes/ : les émissions diffusées, les livres présentés...

 

Forum Bouddhiste : L'Arbre des Refuges :
http://www.larbredesrefuges.com/




SOUS-TITRES et TRANSCRIPTION ÉCRITE DES SOUS-TITRES

Les présentes transcriptions écrites sont faites avec l'aide des sous-titres.

 

Vous pouvez aussi voir l'émission sous 7 jours avec les sous-titres
en activant les sous-titres dans la barre de défilement au lien :
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes.html
(roue crantée "plus d'options" et cliquer sur "sous-titres")


Remarques :
Le site "Télé Scoop" présente une transcription écrite des émissions "Sagesses bouddhistes" au lien :
http://telescoop.tv/search/?q=Sagesses+bouddhistes&ref=home


Il existe aussi dans le site de l'UBF ("Union Bouddhiste de France" ) des archives depuis 1997 au lien :
http://www.bouddhisme-france.org/archives/voix_bouddhistes/ où sont présentés quelques extraits des émissions Sagesses Bouddhistes.
Voici à ce lien quels thèmes sont ainsi présentés : #archives_u_b_f



 


Le koan dans le chan :
une voie directe vers l'Eveil


 

VIDÉO DE L'ÉMISSION - PRÉSENTATION - TRANSCRIPTION ÉCRITE

Dimanche 26 octobre 2014 - France 2 à 8h30

Le koan est un petit texte court, déstabilisant, ressemblant à une énigme,
dicté par le maître à son disciple afin de l'aider dans sa compréhension des principes fondamentaux du bouddhisme.


Photo de l'album de Facebook

LA VIDÉO DE L'ÉMISSION :

Revoir sur Youtube VOSTF sous-titrée en français :
https://www.youtube.com/watch?v=AxNAAx6nkJs (14'50)

>



Revoir sur Dailymotion VOSTF :
http://www.dailymotion.com/video/x28nir5 (14'51)


Sagesses bouddhistes - Le koan dans le chan... par conscience33

Revoir en replay (6 jours) :
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes_,111381635.html



PRÉSENTATION :

Le koan est un petit texte court, déstabilisant, ressemblant à une énigme, dicté par le maître à son disciple afin de l'aider dans sa compréhension des principes fondamentaux du bouddhisme.

Invitée :
Catherine Despeux

Émission présentée par : Sandrine Colombo

 

Autres informations :

Lu au lien : http://www.bouddhisme-france.org/sagesses-bouddhistes/emissions-sagesses-bouddhistes/article/le-koan-dans-le-chan-une-voie-directe-vers-l-eveil.html

Livres présentés lors de cette émission :

La passe sans porte
Traduits et annotés par Catherine Despeux
Editions : Editions Points
Ces 48 koans, les plus appréciés du bouddhisme chan, compilés au XIIème siècle par le moine chinois Wumen Huikai ont été traduits et annotés par Catherine Despeux qui leur donne un précieux éclairage sociologique et interprétatif.

Le Koan zen
Editions : Editions Fayard
C’est l’ouvrage français de référence sur les koans, un ouvrage précieux écrit il y a 35 ans, et qui livre de nombreuses clés sur le rôle et la complexité de ces courts poèmes à l’apparence irrationnelle. Le kôan zen et les mondô, ces véritables duels de la parole entre un maître zen et un disciple, sont réputés impénétrables. Mais derrière leur absurdité apparente, il y a un sens pour celui qui accepte de reconnaître la structure paradoxale de la réalité propre au bouddhisme zen. Par quelles voies et par quelle conversion du regard ?

Un monde se lève, le court poème d’Eveil, son art et sa philosophie
Antoine Marcel
Editions : Editions Accarias l’Originel
L’auteur donne à voir comment les koans sont l’intuition subite de l’esprit et la part divine en l’homme qui s’éveille au contact du monde sensible.

Tch’an, Zen, Racines et Floraisons
Editions : Editions les Deux Océans
Un grand classique très précieux qui propose un ensemble exceptionnel de textes et d’études sur les différents aspects du bouddhisme chan : ses racines, son éclosion et son épanouissement, textes réunis et traduits pas un collectif de chercheurs dont Catherine Despeux.

 

TRANSCRIPTION ÉCRITE DE L'ÉMISSION :

Arlène Tempier :-"Sagesses Bouddhistes" reçoit Catherine Despeux, spécialiste de la pensée et des religions chinoises, qui va nous parler de la place et de I'originalité du Koan dans la tradition Chan.

L'ÉMISSION :

-Bonjour et bienvenue.
Nous allons nous intéresser aux koans, petits textes aussi courts qu'édifiants qui servent, depuis près d'un millénaire, à l'enseignement et à la pratique du bouddhisme chan ou zen.
En méditant sur le koan, le disciple atteint parfois l'éveil.
Conçus pour déstabiliser le mental, ils permettent d'accéder à la compréhension des principes fondamentaux du bouddhisme.
Avec notre invitée Catherine Despeux, nous rappellerons ce qu'est le bouddhisme chan, puis nous tenterons d'expliquer ce que sont les koans, leur diversité, leur fonction et leur aspect.
Catherine Despeux, bonjour.

-Bonjour.

-Vous êtes professeur de langue et de philosophie chinoise à l'Inalco, spécialiste de l'histoire de la pensée et des religions chinoises.
Vous avez publié de nombreux ouvrages et traduit notamment "La passe sans porte", l'un des principaux recueils de koans.
Vous êtes également membre de l'Institut d'Etudes Bouddhiques.
Merci d'être là.
On va d'abord s'intéresser au bouddhisme chan.
Qu'est-ce que c'est ?

-C'est une école du bouddhisme chinois qui est née au 6ème siècle de notre ère autour d'une personne qui est probablement d'origine étrangère, soit indienne, soit persane, soit d'Asie centrale, et qui a pour nom Bodhidharma.
C'est devenu le personnage légendaire du chan qui se serait installé au temple Shaolin, temple très connu aujourd'hui pour ses arts martiaux.
Et c'est une école qui, comme la plupart des écoles a formé une lignée de transmission et a des caractéristiques typiques des écoles chinoises.
C'est un bouddhisme un peu sinisé.

-Le chan et le zen, c'est pareil ?

-Chan, c'est la moitié d'un terme chinois, "tchana", qui est une transcription du Sanscrit "dhyana", qui désigne des techniques de concentration.
Et "chan" est la prononciation chinoise du caractère qui, en japonais, se dit "zen", et en coréen, se prononce "son".
Donc c'est la même chose, si ce n'est que le chan de la culture chinoise et le zen a des spécificités japonaises.

-Quelles méthodes trouve-t-on dans le chan ?

-Le bouddhisme chan veut insister sur l'expérience intérieure, l'expérience personnelle, qui a la primauté sur l'interprétation doctrinale ou l'exégèse des textes.
Il insiste sur le fait que le langage est un outil inapproprié, à la fois pour communiquer un enseignement qui se veut une expérience intérieure personnelle, et pour l'exprimer.
D'où certaines caractéristiques de ce bouddhisme, comme un rapport particulier entre le maître et le disciple qui s'est traduit par des entretiens entre maître et disciple.
Le disciple, au cours de sa quête vers l'éveil, pouvait, lorsqu'il avait des questions, demander à voir le maître pour suivre ses conseils ou pour lui faire part de son expérience.
Cela a amené le chan à développer des méthodes qui...
Qui suppléent au langage, comme des cris, des coups, des gestes ou des comportements...
Qui vont déstabiliser le disciple, mais qui sont aussi une façon d'essayer de transmettre un enseignement qui ne passe pas par le raisonnement.
Et dans ces méthodes, il y a la méditation assise, bien entendu, qui est commune à beaucoup d'autres écoles du bouddhisme, "zazen", en japonais.
Et le koan.

-On va s'intéresser aux koans.
Qu'est-ce que c'est ?
Ce sont de petits textes courts, mais est-ce que ce sont des questions ?
Des dialogues ?

-On a gardé le mot "koan", mais c'est la prononciation japonaise d'un terme chinois qui est "gong an".
Ce terme signifie "cas public", c'est un terme de juridiction qui désignait les cas qui étaient portés devant le tribunal et qui devaient être résolus.
Donc le koan, c'est un cas qui est porté devant une assemblée de moines, d'un disciple ou d'un maître ou d'un dialogue entre les deux qui vont essayer de résoudre une question à propos du bouddhisme ou à propos de l'éveil.
Il y a toutes sortes de koans, mais ils ont été pris dans un type de littérature qui est spécifique au chan, qu'on appelle "les entretiens" de maîtres avec des disciples.
Les disciples ont réuni les perles ou les moments les plus importants de dialogues entre un maître et un disciple.
Ce sont souvent des histoires édifiantes, en situation.
Et ces entretiens, ou bien ces enseignements particulièrement percutants des maîtres au cours de sermons, ont été tirés de leur contexte pour en faire des koans, c'est-à-dire des cas qui étaient présentés aux disciples qui devaient les résoudre.

-Quand on veut consulter un koan, on a plusieurs recueils ?

-A l'heure actuelle, oui, il y a 200 ou 300 koans qui ont été réunis au cours des siècles, dont principalement trois recueils, un premier qui a été fait au 12ème siècle, qui est un recueil de 100 koans qui a été traduit en anglais.
Et un recueil du 13ème siècle, "La passe sans porte"...

-Que vous avez traduit.

-Qui recueille 48 koans parmi les plus célèbres.
Et il y a un 3ème recueil, un peu plus tardif, qui reprend ces koans.

-Ce sont de petits dialogues avec souvent une affirmation assez inattendue.
Que peut-on appeler un "koan de circonstance" ?

-Ces koans, au fond, on a l'impression, à la première lecture, que ce sont parfois des textes paradoxaux, des textes absurdes, insolites, qu'on ne comprend pas intellectuellement.
Mais il ne faudrait pas croire pour autant que ce koan ne demande pas une recherche analytique, intellectuelle.
Au contraire.
A côté de cela, c'est vrai que quand on a un koan comme "Quel est le son d'une seule main ?", c'est un peu difficile de comprendre ce que le maître veut dire derrière cela.

-On va donner d'autres exemples pour montrer comment le langage est inadéquat pour exprimer cette pensée.
Donnez-nous un exemple de koan.

-Peut-être un des koans les plus célèbres qui est, au fond, le koan qui... est l'emblème d'une caractéristique du chan.
C'est l'histoire suivante.
Un jour, le bouddha se trouve à faire un sermon, et au cours de ce sermon, au lieu de se mettre à parler, il montre à l'auditoire une fleur qu'il tient entre ses doigts.
Et parmi ses disciples, l'un d'entre eux, qui s'appelle Mahakashyapa, sourit.
Et le bouddha dit : "La quintessence de mon enseignement, je la transmet à Mahakashyapa".
C'est une façon d'illustrer le fait que le chan ne s'appuie pas sur le langage et considère que le silence et l'expérience immédiate dans le quotidien sont la meilleure façon de faire comprendre cette expérience d'éveil.
Ça, c'est une histoire qui est donnée comme koan au disciple qui va méditer dessus jusqu'à le résoudre.

-Il peut passer sa vie à essayer de résoudre ce koan ?

-Un disciple pouvait avoir un koan qui lui était donné par son maître, et il doit le maintenir toute sa vie.
Le koan devient, au fond, une méthode pour concentrer l'esprit, pour que la personne s'investisse complètement dans ce koan, et l'un des koans que l'on donne le plus souvent, c'est "Qui suis-je ?" "Où suis-je ?"
Quel est le sens de la venue en Chine "de Bodhidharma ?"
Des questions dans lesquelles le disciple ne doit pas rester dans la dualité.
La non-dualité est un des principes philosophiques de base du bouddhisme et le koan permet au disciple de travailler sur tous ces principes du bouddhisme : "Qu'est-ce que la nature de bouddha ?"
Et pour cela, le moyen utilisé est un moyen dans lequel le disciple s'investit à fond.
Il va douter, il va passer par des expériences parfois difficiles.
Au fond, le koan met le disciple dans une situation de souffrance parfois très grande.
Il doute, jusqu'au moment où il n'a plus d'issue, et à ce moment-là, il lâche tout et il peut percevoir sa nature intérieure.

-Peut-on citer un autre koan dont la fonction est de ramener le disciple dans l'instant présent ?

-Un maître chan, qui s'appelle tchao tchou, voit un jour un nouveau disciple qui entre dans sa congrégation, et le disciple lui dit : "Maître, pourriez-vous me donner "un enseignement ?"
Le maître lui dit : "As-tu mangé ton riz ?"
L'autre répond: "Oui."
Et le maître lui dit : "Eh bien, va laver ton bol."
C'est une façon de le ramener a l'instant présent, puisqu'il est dans une quête qui l'empêche d'être dans la pleine présence, et c'est aussi une façon très importante pour le bouddhisme de montrer que le meilleur enseignement c'est dans la réalité quotidienne, toujours dans le concret.
Les maîtres chan prennent souvent des exemples dans le quotidien.

-Un dernier koan, peut-être ?
Sur la non-dualité.

-Un dernier koan.
On peut citer l'exemple de deux disciples qui voient un drapeau qui bouge au vent.
L'un d'eux dit : "C'est le drapeau qui bouge."
L'autre moine dit : "Non, c'est le vent."
Le maître arrive et dit : "Ce n'est ni le vent ni le drapeau, c'est votre esprit."

-Merci, Catherine Despeux, d'avoir répondu à nos questions.
Voici des indications de lecture.
D'abord, "La passe sans porte. "Les énigmes des grands maîtres zen", de Wumen Wikai.
Ces 48 koans compilés au 12ème siècle ont été traduits et annotés par Catherine Despeux qui leur donne un précieux éclairage sociologique.
"Le koan zen", de Toshihiko Izutsu.
C'est l'ouvrage français de référence sur les koans qui livre de nombreuses clés sur le rôle et la complexité de ces courts poèmes.
"Un monde se lève. Le court poème d'éveil, son art et sa philosophie", d'Antoine Marcel.
L'auteur donne à voir comment les koans sont l'intuition subite de l'esprit et la part divine de l'homme.
Et enfin, "Tch'an Zen, racines et floraisons".
Il s'agit d'études et de textes présentés par un collectif de chercheurs, dont notre invitée, sur l'origine et le développement du bouddhisme chan.

C'est la fin de notre émission.
Vous pouvez la revoir sur le site de France 2.
Merci de nous avoir suivis.
Rendez-vous dimanche prochain.

Une transcription écrite des sous-titres est aussi présentée au lien :
http://telescoop.tv/browse/705864/sagesses-bouddhistes.html?q=sagesse%20bouddhiste

 


Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE          Retour Télé_SANTE          Retour SAGESSES BOUDDHISTES