Télévision : émissions SAGESSES BOUDDHISTES - Dossier relatif aux émissions de France 2 "SAGESSES BOUDDHISTES", avec ou sans sous-titres et avec une transcription écrite pour la plupart de ces émissions. L'émission est présentée chaque dimanche de 8h30 à 8h45.
Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE          Retour Télé_SANTE

TV - SAGESSES BOUDDHISTES - émissions Télévision France 2

PRÉSENTATION

* VIDÉOS DES ÉMISSIONS "SAGESSES BOUDDHISTES" :

- 15.06.2014 : Zen : pratiquer avec les autres avec Pierre Crépon
Pierre Crépon, moine zen et fondateur du temple zen de Vannes, parle des aspects positifs qui émanent de la pratique en groupe et des bienfaits qu'elle engendre.

PRÉSENTATION :

Dossier relatif aux émissions de télévision "Sagesses bouddhistes", avec une transcription écrite.

L'émission " Sagesses Bouddhistes" est présentée chaque dimanche sur France 2 de 8h30 à 8h45.

 


VIDÉOS SAGESSES BOUDDHISTES :

Les vidéos sont sur Youtube au lien :
https://www.youtube.com/user/mauricegaultier

o O o


Replay sur France 2 :
http://www.france2.fr/emissions/les-chemins-de-la-foi

Replay sur Pluzz.fr :
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes.html


o O o

Toutes les vidéos, sur Youtube, depuis septembre 2010 avec la Sangha des Colibris au lien :
http://www.youtube.com/user/colibris67

 

Toutes les vidéos, sur Dailymotion, depuis 2008 avec vchristophe :
http://www.dailymotion.com/vchristophe

 

D'autres vidéos au site de Mickaël (Bordeaux) :
http://www.dailymotion.com/user/sakiamuni/1


o O o

 

Site de l'UBF (Union Bouddhiste de France) :
http://www.bouddhisme-france.org/ et plus particulièrement :
http://www.bouddhisme-france.org/sagesses-bouddhistes/emissions-sagesses-bouddhistes/ : les émissions diffusées, les livres présentés...

 

Forum Bouddhiste : L'Arbre des Refuges :
http://www.larbredesrefuges.com/




SOUS-TITRES et TRANSCRIPTION ÉCRITE DES SOUS-TITRES

Les présentes transcriptions écrites sont faites avec l'aide des sous-titres.

 

Vous pouvez aussi voir l'émission sous 7 jours avec les sous-titres
en activant les sous-titres dans la barre de défilement au lien :
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes.html
(roue crantée "plus d'options" et cliquer sur "sous-titres")


Remarques :
Le site "Télé Scoop" présente une transcription écrite des émissions "Sagesses bouddhistes" au lien :
http://telescoop.tv/search/?q=Sagesses+bouddhistes&ref=home


Il existe aussi dans le site de l'UBF ("Union Bouddhiste de France" ) des archives depuis 1997 au lien :
http://www.bouddhisme-france.org/archives/voix_bouddhistes/ où sont présentés quelques extraits des émissions Sagesses Bouddhistes.
Voici à ce lien quels thèmes sont ainsi présentés : #archives_u_b_f




ÉMISSION SAGESSES BOUDDHISTES
sur France 2

Zen :
pratiquer avec les autres

 

VIDÉO DE L'ÉMISSION - PRÉSENTATION - TRANSCRIPTION ÉCRITE

Dimanche 15 juin 2014 - France 2 à 8h30

Pierre Crépon, moine zen et fondateur du temple zen de Vannes, parle des aspects positifs qui émanent de la pratique en groupe et des bienfaits qu'elle engendre.


Photo de l'album de Facebook

LA VIDÉO DE L'ÉMISSION :

Revoir sur Youtube (VFSTF) sous-titrée en français :
https://www.youtube.com/watch?v=RfIzuqv8MCg (14'54)



Revoir en replay (6 jours) :
http://www.france2.fr/emissions/les-chemins-de-la-foi
ou
http://pluzz.francetv.fr/videos/sagesses_bouddhistes.html



PRÉSENTATION :

Pierre Crépon, moine zen et fondateur du temple zen de Vannes, parle des aspects positifs qui émanent de la pratique en groupe et des bienfaits qu'elle engendre.

Invité : Pierre Crépon
Émission présentée par : Aurélie Godefroy

 

TRANSCRIPTION ÉCRITE DE L'ÉMISSION :

- Bonjour, et bienvenue. "Sagesses bouddhistes" reçoit ce matin Pierre Crépon, moine zen des aspects positifs de la pratique en groupe.

-Bonjour à tous et merci de votre présence. 
Bienvenue sur le plateau de "Sagesses bouddhistes". 
Si la pratique du zen est intime, sa mise en application, notamment a travers zazen, se fait souvent avec les autres. 
Tous les rituels du zen ne font-ils pas que célébrer cela, cette communion dans l'expression de la même réalisation, et notre gratitude vis-à-vis de ceux qui ont consacré leur vie à transmettre ces enseignements ? 
Pourquoi est-il conseillé de pratiquer avec les autres ? 
Quels écueils cela permet-il d'éviter ? 
Nous allons poser ces questions à notre invité, Pierre Crépon.

-Bonjour.

-Vous êtes le responsable du temple Zen Sôtô de Vannes, et le président de l'Association Zen Internationale, dont le centre principal est le temple de Gendronnière. 
Merci. 
Lorsque l'on songe à la pratique du zen, on imagine souvent que c'est une quête intérieure. 
Mais selon vous, il est important de pratiquer avec les autres. 
Pourquoi ?

-Les 2 aspects sont importants et liés. 
Mais c'est vrai qu'on met plus en avant l'aspect individuel, ce qui est normal car au départ, il y a une quête personnelle dans la pratique du zen. 
Il y a une quête de développement spirituel pour soi-même. 
Et notre civilisation qui est très tournée vers l'extérieur conduit à cette recherche d'un retour vers soi. 
Si on se tourne seulement vers une pratique seule et tournée vers soi, on arrive à une pratique autocentrée, égoïste, même. 
Et ça, c'est l'écueil principal. 
C'est pourquoi il faut toujours développer l'autre aspect, qui est la pratique avec les autres, l'ouverture au monde. 
Retour vers soi et ouverture vers le monde.

-Quels sont les autres dangers de pratiquer seul ?

-Ça se situe à plusieurs niveaux. 
Au niveau de la méditation, tout simplement. 
La méditation, comme beaucoup de gens savent, pour zazen, consiste a s'asseoir et a laisser passer les pensées. 
Si on est seul, c'est difficile de prendre une posture correcte.
On ne se rend pas compte soi-même de la posture qu'on a. 
Quelqu'un qui corrige est important. 
De même pour les pensées. 
Seul, c'est très difficile de cesser de suivre le flot des pensées. 
Mais plus généralement, indépendamment de cela, s'il n'y a pas le contact l'enseignement vivant à travers un maître ou des compagnons de pratique, on peut arriver à une compréhension dogmatique, à se renfermer sur soi-même, à être persuadé de sa propre réalisation alors qu'on tourne en rond. 
Dans la tradition, il y a toujours eu des ermites, des gens qui pratiquaient seuls. 
Arrivé à un certain niveau, on peut pratiquer seul. 
Mais au départ, et c'est très long, de pratiquer avec d'autres. 
La rencontre avec les autres à tous les autres moments, ça nous fait progresser.

-On imagine que pratiquer zazen demande une certaine discipline. 
Est-ce qu'aller dans un dojo peut nous aider à avoir cette discipline et ne provoquerait pas une forme d'émulation, de concentration collective ?

-Maître Deshimaru avait l'image du feu de cheminée avec les bûches. 
Il disait que si on ne met qu'une bûche, le feu n'est pas très fort. 
Si on pratique zazen seul, la concentration n'est pas très forte. 
Si on est plusieurs, le feu devient plus fort et l'atmosphère vous porte. 
Il y a aussi cette notion du bouddhisme qui est les amis de bien. 
En japonais, c'est "zen shi xi". 
Les amis de bien, ça désigne les maîtres, les enseignants, et plus généralement les compagnons de pratique. 
Rencontrer des amis de bien, c'est indispensable si on veut progresser.

-N'y a-t-il pas des difficultés à pratiquer avec les autres ? 
On a parlé des dangers à pratiquer seul, mais dans le cas contraire ?

-Les obstacles, c'est les relations humaines. 
Des qu'on met plusieurs humains ensemble, des problèmes peuvent arriver. 
Pas forcément, mais ça peut. 
Justement, un des aspects de la pratique, c'est de trouver l'harmonie entre les pratiquants. 
Ça s'est beaucoup développé dans les temples, en particulier au Japon. 
Le système est fait pour que l'harmonie règne. 
Chacun prend soin de l'autre. 
Donc cet aspect de la pratique, permet de progresser et on peut aussi l'appliquer dans la vie quotidienne, en dehors du temple.
Par exemple, on dit souvent que la méditation va favoriser le calme mental, une certaine attitude d'esprit, dont on parle beaucoup maintenant, qui va être opérant Mais de la même façon, ce qu'on développe dans une vie communautaire avec d'autres personnes, dans une retraite... 
Les retraites dans le zen sont collectives. 
Le mot "retraite" ne convient pas tout à fait. 
C'est plutôt "shin" qu'on emploie. 
Ces relations humaines qu'on développe, c'est aussi un apprentissage qu'on peut après appliquer dans notre vie, nos relations familiales, de travail... 
C'est vraiment un point important dont on parle moins, parce qu'on insiste sur le côté individuel de la pratique, la méditation, le retour sur soi, et on insiste moins sur l'autre pôle, celui avec les autres. 
Je voulais en parler aujourd'hui.

-Quand on pense au zen, la méditation nous vient à l'esprit. 
Mais il y a aussi l'aspect rituel. 
Est-ce important de pratiquer ces rituels avec les autres ?

-Il y a toujours deux pôles. 
Le pôle de la méditation et le pôle des rituels, c'est 2 aspects de la pratique dans une vie monastique, par exemple. 
Les deux se pratiquent ensemble. 
Mais dans le cas de la méditation, on est seul sur son coussin. 
Dans le cas des rituels, il y a des récitations de sutras ensemble, les voix s'harmonisent. 
Il y a une gestuelle, comme une chorégraphie, où chacun a sa place et doit le faire en fonction des autres. c'est vraiment un entraînement à réaliser quelque chose collectivement. 
Ceci dit, quelque part, c'est pas spécifique au zen. 
On retrouve ça dans toutes les traditions monastiques où il y a la prière et la liturgie. 
C'est la même chose. 
Mais dans le cas du zen, la présentation qu'on en fait en Occident est plus centrée sur un aspect, la méditation, et on oublie l'autre aspect, des cérémonies, rituels, où il y a cette action collective.
-Vous avez parlé des sutras. Là aussi, il y a cette notion de collectivité, car la formule "pour le bien de tous les êtres" est répétée.

-Les sutras sont dédiés au Bouddha, aux ancêtres, au patriarche ou à tous les êtres, donc il y a cet aspect d'englober d'autres personnes, même qui ne participent pas à la cérémonie.
Et par ailleurs, dans le quotidien d'un temple, il y a des récitations de stances, de versets, comme des petits poèmes, par exemple au réveil, au moment de faire sa toilette, à différents moments de la journée, des petits versets de 4 phrases généralement, dont une ou deux phrases se rapportent à l'action qu'on fait. 
Il y a toujours une phrase qui dit "avec tous les êtres". 
C'est vraiment comme un leitmotiv, qui indique qu'on est non seulement avec les personnes avec qui on pratique, mais plus généralement, qu'il y a une ouverture à toutes les existences.

-Ça rejoint le dernier point, qui est le point philosophique. 
Est-ce que vous pouvez nous en dire un mot, Pierre Crépon ?

-Il faut voir que la pratique et la doctrine s'emboîtent complètement. 
A la philosophie répond une pratique, et à la pratique répond une vision du monde. 
La vision bouddhique du monde, c'est que tout est interconnecté. 
Toutes les existences sont interconnectées. 
Dans le monothéisme, par exemple, il y a le dialogue avec Dieu. 
On ne peut pas parler de quelque chose de semblable dans le bouddhisme zen en tout cas. 
C'est plus une ouverture à cette interconnexion, à cette résonance. Les choses sont interconnectées et résonnent ensemble. 
C'est pas seulement les êtres humains, c'est les animaux...

-Les êtres animés.

-Et les êtres inanimés aussi. 
Tout l'univers résonne et s'interconnecte. 
La question, c'est de s'éveiller à cela. C'est pour ça qu'on dit "avec les autres". avec nos prochains, c'est avec tout l'univers. 
Et quand on parle de grande compassion, c'est ça. c'est ouvrir sa pratique vers tous les existants de l'univers.

-Lorsque l'on parle de la pratique du zen, on pense à la méditation en séance de zazen. 
Mais finalement, la pratique en groupe se poursuit après, dans les dojos, lors des repas, du ménage. 
Parlez-nous-en.

-C'est là que se situe, en fait, le cœur du zen. 
Enfin, il y a 2 cœurs. Il y a le cœur de la méditation et le cœur de la vie quotidienne, et la vie quotidienne avec les autres, comment faire pour rechercher l'harmonie. 
C'est un concept qu'on trouve en Extrême-Orient.
En japonais, on dit "wa", l'harmonie. 
Comment trouver l'harmonie entre tout le monde. 
C'est pour ça qu'il existe dans les temples ou dans les dojos une série de règles, de façons de faire, afin d'harmoniser les personnes ensemble. 
Cette recherche de "comment faire ensemble ?" est vraiment un moment précieux car c'est aussi un moment créatif. 
Dans chaque endroit et selon les personnes, diffère. 
Comment on fait ensemble ? 
Comment on fait la paix et pas la guerre ? 
En gros, c'est ça, le zen.

-Une dernière question. 
Vous dirigez le dojo de Vannes. 
Comment alliez-vous la pratique et votre pratique personnelle, plus solitaire ?

-Comme tout le monde, on commence par une recherche individuelle, et c'est après, par le développement de la pratique, que l'ouverture aux autres se fait naturellement, quand tout se passe bien. 
Donc à la fin, il n'y a pas de dualisme entre le retour vers soi et l'ouverture vers les autres. 
Donc cette pratique, c'est de résoudre ce qui pourrait être un antagonisme et comprendre que c'est une seule et même chose. 
On parlait des ermites. 
Un ermite, même s'il est seul, pratique avec tous les êtres, dans le meilleur des cas. 
Voilà... 
A la fin, il n'y a plus de contradiction. 
Ça ne veut pas dire que c'est toujours comme ça. Il y a des hauts et des bas.

-Merci beaucoup. 
Avant de nous quitter, voici quelques ouvrages à lire. 
2 livres publiés aux éditions Sully : 
"L'art du zazen", où notre invité nous fait découvrir le zazen, comme une expérience spirituelle qui nous mène à une ouverture plus vaste de notre vie.
Le tome 7 de l'oeuvre de maître Dogen, le "Shobogenzo, "la vraie Loi, Trésor de l'Oeil". 
La traductrice, Yoko Orimo, y a ajouté 80 pages de réflexions sur le problème de la traduction...


Une transcription écrite des sous-titres est aussi présentée au lien :
http://telescoop.tv/browse/514442/1/sagesses-bouddhistes.html



 



Retour ACCUEIL      Retour SOMMAIRE          Retour TV_SANTE